Bienvenue sur Inking the Souls !
Venez incarner un mutant, un traqueur,
un veilleur ou même un simple humain
Donnez votre avis sur la MAJ #4 du 16/02/2019
en cliquant par ici
Nous sommes actuellement en Avril, Mai 2018
Le printemps est là, les journées s'allongent et les épisodes
de pluie se font de plus en plus espacés, au profit de
week-end ensoleillés. Les beaux jours approches !
Privilégiez les humains et les traqueurs !
Nous commençons à en manquer,
et on vous assure qu'ils sont très mignons :puppy:

Partagez
Aller en bas

Tea time for sad times • Marlena

le Lun 3 Sep - 22:15
Helena M. Percy
humaine
Age : 23
Messages : 683
Date d'inscription : 14/01/2018
Crédits : CrazyDiva
Métier : Designer Graphique
Voir le profil de l'utilisateur

♛ Marcus & Helena
i didn't make the cookies

▼▲▼


Rien allait. Strictement, rien allait.
Plus depuis l'anniversaire de Calixte et contrairement à ce qu'elle avait cru, ça n'avait rien à voir avec le fait qu'Helena ait finalement décidé d'y aller. Calixte... Calixte qui était dans le coma depuis ce jour là, Calixte que la belle blonde s'efforçait d'aller voir tous les jours à l'hôpital en espérant à chaque fois qu'il finisse par ouvrir les yeux. Mais il ne le faisait jamais et cela se répercutait sur l'humeur de la jeune Percy au travail. Plus morose encore qu'à son habitude, moins inventive, à peine productive...
Mais la belle blonde n'avait pas été la seule a être affectée par les évènements du Cosmic Ballroom, loin de là. Tout Killingworth en restait sous le choc. Et surtout : Marcus en était dévasté. A l'instant même où Hel avait reçu son message de détresse - car s’en était un - elle avait ramassé ses propres sentiments pour pouvoir s'occuper de son ami. Et puis aujourd’hui n’était pas n’importe quel jour :  c’était l’anniversaire de Marcus, et il était juste hors de question qu’il passe cette journée à broyer du noir. Alors la belle blonde lui avait demandé de venir... ordonné , presque. Lui laissant à peine le choix, prête à venir le chercher elle même s’il fallait. Il avait proposé un café en ville, mais ce n'était pas le genre d'endroit pour les sujets qu'ils allaient aborder, alors la jeune Percy avait allumé sa petite station radio et commencé à faire le thé.
Helena n’osait même pas imaginer ce que son grand ami devait ressentir... Pandora elle aussi était dans un mauvais état depuis le Cosmic. La jeune Percy voyait encore la belle rousse avec le visage perlé de larmes de sang et à chaque fois, un sombre frisson glissait le long de sa colonne vertébrale. Comme ce soir la, dans la station de métro avec Byron, quand ils avaient découvert le corps sans vie d’une victime du Poison Prince... Et suivant ses visions venaient les cris, les corps qui s’effondraient, le mouvement de panique de la foule, les lumières affolées de la pièce qui répondaient aux sirènes des voitures de police... Ça son cerveau ne l’oubliait pas ! Pourquoi fallait il qu’il en soit ainsi ?
Tout en finissant de remplir la théière d’herbes, Hel secoua doucement la tête pour tenter de chasser ces horribles pensées loin d’elle. Mais la tentative était vaine. Et si Calixte mettait des mois à se réveiller ? Et s’il mettait des années ? Et s’il ne se réveillait pas... Le sifflement soudain de la bouilloire fit sursauter Helena qui manqua de laisser tomber le sachet de reines des prés qu’elle tenait en main.
Attrapant la bouilloire, elle en versa doucement dans la théière et augmenta un peu la musique de son petit poste radio au passage. La pièce principale de son appartement se remplit d’une mélodie de jazz entraînante qui contrastait parfaitement avec l’humeur douloureuse de la jeune femme. Cette histoire allait jouer en défaveur des mutants, c’était évident. Tout le monde - les politiques et les journalistes en première ligne - allaient se jeter sur cette histoire pour démontrer la dangerosité des mutants. Comme si un humain n’avait jamais tué en masse. Comme si un déséquilibré en manque d’attention, un gamin en recherche de vengeance, un detraqueur de l’aristocratie, n’aurait pas pu venir faire exploser une bombe en pleine salle ou empoisonner l’alcool...
Mais personne ne voudrait entendre ça, parce qu’il ne s’agissait que de spéculations et que dans la réalité des faits, c’était bien un mutant qui avait causé ce désastre... Hel craignait déjà que de nouvelles restrictions soient mises en place dans les prochains jours. Qu’allaient ils donc faire ? Autoriser les sorties des mutants uniquement de 20 heures à 21 heures le soir et impérativement sous surveillance des autorités ? C’était ridicule, le système courrait déjà à sa perte et la belle blonde sentait bien que ça ne pourrait qu’empirer. Poussant un soupire, la jeune femme posa deux tasses sur la table pendant que le thé continuait à infuser. À ce moment là, la sonnette se fit entendre. Baissant un peu le volume des notes de jazz, Helena traversa à vive allure la pièce de vie pour ouvrir en grand la porte à son ami. Après avoir croisé son regard une fraction de seconde, elle passa ses deux mains autour du cou et le prit dans ses bras, le cœur serré.
La belle blonde avait l’habitude de passer de si bon moment avec Marcus, elle allait avoir un mal fou à ne pas pleurer si elle apercevait un peu trop de sa tristesse.
Se reculant, Helena mima un sourire aux ombres tristes.

‹‹ Joyeux anniversaire, Marcus. ››

Posant encore un baiser sur sa joue, la jeune femme se recula pour le laisser entrer dans l’appartement.
Après avoir refermé la porte derrière lui, la belle blonde le laissa s’installer à son aise. Depuis le temps, il savait qu’il pouvait faire comme chez lui dans l’appartement de l’aînée des Percy.
Revenant dans la cuisine, Helena termina de servir le thé avant de prendre une inspiration et de lever ses yeux clairs vers ceux de Marcus.

‹‹ Comment tu vas ? ››

La question avait été posé sans aucune trace de légèreté. Il n’était en aucun cas question de faire comme si de rien était - cela reviendrait à jouer la comédie et Hel était juste terrible à ça. Il ne s’agissait pas de discerner s’il allait bien mal, il s’agissait de définir à quel point ça n’allait pas. Et le regard sérieux et perçant de la jeune femme témoignait de toute l’importance de la situation.

CODAGE PAR AMATIS

Re: Tea time for sad times • Marlena

le Mer 17 Oct - 0:39
Marcus B. O'Sullivan
chronologiste
Age : 36
Messages : 140
Date d'inscription : 03/03/2018
Crédits : google
Métier : Aide à la personne, intérimaire.
Voir le profil de l'utilisateur



Tea time for sad times

« Life is real, life is real, life is real, so real. Life is cruel. Life is a bitch. Life is real - so real. » - Life is real, Queen.


Presque aussitôt après avoir envoyé son message à Helena, Marcus le regretta. Surtout lorsqu'elle lui proposa de venir chez elle, plutôt que dans un lieu public. Ce qui n'était pas idiot, pour ce dont il voulait lui parler. Seulement il n'avait pas voulu s'imposer, puis avait hésité avant d'accepter finalement. Pas qu'il ne voulait pas la voir, ou faire le déplacement jusque chez elle. Au contraire. Mais avec le recul de l'instant, il se dit qu'elle avait peut être envie et besoin de se reposer, après les événements du Cosmic Ballroom, car après tout, elle aussi y avait été. Cependant, d'un autre côté il s'en voulait de ne pas être allé la voir, juste pour s'assurer qu'elle allait bien. Et maintenant, il s'en voulait de ne pas rester avec son frère. De ne pas avoir insisté auprès de lui pour qu'ils sortent ensemble. Au cinéma, ou à la salle de jeu. Seulement Charlie était fatigué, se déplacé lui coûtait. Il n'était pas venu à l'hôpital avec lui, ce matin, pour voir Pandora, et ce n'était pas plus mal quelque part. S'il avait apprit qu'elle était enceinte, il l'aurait très certainement étouffé avec son oreiller. Parfois, ça l'attristait de le voir toujours seul son frère. Lui qui accordait une place si importante à la famille. Il était bien le premier de la fratrie que tout le monde voyait père avant son frère, ainsi que sa soeur. Hélas, ça n'arriverait sans doute jamais. Tout ça à cause d'un fichu dépistage…
Alors il semblerait que cette année, les trente six ans lui passaient encore plus au-dessus que le reste.
- « A quoi bon le faire sans Pandora ? Mais si tu as envie de le fêter, sort avec tes amis. Je vais m'occuper des bestioles et me reposer. » Qu'il lui avait dit avant de s'enfermer dans sa chambre.
Plus le temps passait, plus Marcus avait l'impression de perdre son jumeau. Et le fait de ne rien pouvoir y faire ne l'aidait pas à se sentir mieux.
Alors sur le moment, courir vers Helena lui avait semblé être la meilleure option. Parce qu'en plus d'être proche, elle savait tout de lui. De sa mutation, de sa maladie, de celle de son frère, de la situation de sa petite soeur. Et puis ça avait toujours été si facile de parler avec Helena. Parce que et bien qu'il soit tombé amoureux d'elle au début de leur rencontre, aujourd'hui il la considérait comme une seconde petite soeur.
Un peu comme Byron, dont certains voyaient souvent leur bonne entente d'un mauvais oeil, à cause de leur différence d'âge. Mais le gamin était comme un petit frère qu'il n'avait jamais eut. Un petit frère mutant de surcroît. Il est vrai qu'il aurait put lui envoyer un message, également, pour se retrouver dans leur cantine préféré, ou dans leur salle de jeu de prédilection, ou bien s'enfermer dans une salle obscur, pour après avoir une conversation animé sur ce qu'il venait de voir… Seulement en considérant la tournure qu'avait prit leur dernière entrevue, laisser le gamin tranquille quelque temps serait le mieux. Surtout que lui même se trouvait dans état pire que ce jour là, ce n'était pas utile de lui en imposer plus. Il était bien trop jeune pour être confronté à toutes les problématiques d'une vie d'adulte. Qu'il profite donc de son adolescence, tant qu'il le pouvait encore.
Le mutant se sentait aussi perdu que désemparé, alors qu'il se dirigeait vers la ligne de bus qui le conduirait jusque chez son amie. Il aurait put prendre sa voiture, mais est ce que c'était prudent compte tenu de son état ? En toute logique d'ailleurs, il devrait même rendre son permis. Et peut être même se trouver en arrêt. Seulement il n'avait rien dit à son employeur. S'il ne travaillait plus, comment est ce qu'ils pourraient faire ? Entre le salaire de Pandora et le mi-temps de Charlie ? Voler un peu plus ? Il en était hors de question. Tant qu'il ne faisait pas de crise au boulot, ou en plein milieu de la rue, il continuerait de travailler, sans piper mot. Machinalement, ses doigts se resserrent autour d'une laisse invisible, cherchant le soutient dans un regard canin qui n'était pas là. L'irlandais avait tellement l'habitude d'emmener Jack partout, lorsqu'il sortait, qu'il avait toujours l'impression d'avoir le corniaud avec lui. Mais cette fois. Il était resté à l'appartement. Alors à place, il serait le badge de Watchmen, qui ornait le revers de sa veste, sous son manteau, comme pour se rassurer, rentra menton et nez dans son écharpe, puis posant la tête contre la vitre, laissa le bus le bercer.

Arrivé devant l'immeuble de la jeune femme, il avait bien manqué faire demi tour, sentant presque qu'il n'arriverait pas à monter les étages, autant moralement que physiquement. Fort heureusement que son amie habitait au rez-de-chaussée. Il n'y avait bien que quelques marches à monter, à appuyer sur le bouton de l’interphone et frapper à la porte, rien de très bien compliqué…
Arrivé devant son entrée, son front se posa contre le panneau, cherchant la force d'accrocher un sourire à son visage, de redonner un semblant de couleur à sa peau pâle. Marcus y parvint à peu près, au prix d'un ultime effort, conservant son esquisse d'expression lorsqu'il frappa. Helena ne tarda pas à lui ouvrir, comme si elle savait qu'il se trouvait déjà là. Mais à la seconde où il vit sa propre expression, la culpabilité le prit aux tripes. Celle de lui ramener ses problèmes, alors qu'elle avait visiblement les siens. Ce qu'il pouvait se montrer égoïste parfois…
Mais lorsque les bras de la jeune femme se resserrent autour de son cou, dans une étreinte plus que réconfortante, les bras du mutant se renfermèrent autour d'elle, puis d'un coup il sentit un poids s'enlever de ses épaules, ce simple geste suffisant bien plus qu'un long discours.
- « Si ça dure plus longtemps, je ne te garantis pas de ne pas pleurer.» Finit-il par lâcher, la voix à moitié étouffé dans ses cheveux, avant qu'elle ne le lâche.
Son baiser fut tout aussi réconfortant son étreinte, un peu comme si cela ranimait une flamme qui semblait vouloir s’éteindre. Ça pouvait peut être paraître fort comme comparaison, mais il se sentait tellement étouffé par tant de choses en ce moment, que la moindre brindille dans l’âtre était bonne à prendre. Son rayon de soleil lui manquait horriblement, mais elle était partit et il n’avait plus qu’à tourner la page.
Un faible sourire éclaira son visage, lorsqu’elle lui souhaita son anniversaire. Leur anniversaire… Le mot joyeux fut tu de même assez ironique. Seulement il ne pouvait pas lui en vouloir. « Bon » serait un peu mieux passé, mais comme il n’était ni joyeux ni bon… Le brun aurait put fondre en larme, s’il n’avait pas eut la pleine maitrise de ses émotions. Mais il la remercia tout de même, parce qu’ils n’avaient pas été nombreux à le lui souhaiter. C’était à se demander où se trouvait les amis, quand on avait besoin d’eux ?

Posant son manteau, ainsi que son écharpe, à l’endroit prévus  à cet effet, Marcus se dirigea vers la cuisine, où il prit place sur une chaise. Serrant la tasse de thé fumant entre ses doigts, il la remercia de nouveau pour ça, jusqu’à la question fatidique. Inspirant profondément, le mutant bloqua sa respiration quelques secondes, puis expira d’un coup, comme s’il relâchait pression. Par quoi devait-il commencer ? Par sa peine de cœur qui avait du mal à guérir ? Par son frère qu’il ne reconnaissait plus ? Par sœur qu’il avait bien cru perdre, et qui se retrouvait enceinte d’un homme qu’il détestait déjà, sans l’avoir rencontré personnellement ? Ou de ce qu’il n’avait encore dit, et ne pouvait dire à personne, au sujet du retour de ses crises et de sa propre peur qui en résultait ?
- « Honnêtement ? Pas fort. Se lança-t-il, serrant un peu plus la tasse d’une main et attrapa machinalement son badge de l’autre. Les crises ont repris et je ne sais pas comment je vais faire si ça continue. Comment je vais pouvoir aider Charlie, et Pandora maintenant qu’elle est en… »
Sa voix s’étrangla dans sa gorge, sans pouvoir aller plus loin. Le dire à Helena, se l’entendre dire, c’était comme si ça rendait tout ça vraiment réel, comme s’il se réveillait d’un mauvais rêve, pour se rendre compte que c’était justement la vérité.
Il ne pleura pas, non, il se l’était juré. Cependant, ses yeux rougis par la fatigue et par une angoisse qui lui serrait la gorge, trahissait qu’il était vraiment à deux doigts de craquer.


☾ anesidora


Dernière édition par Marcus B. O'Sullivan le Dim 6 Jan - 16:41, édité 1 fois

Re: Tea time for sad times • Marlena

le Dim 28 Oct - 20:25
Helena M. Percy
humaine
Age : 23
Messages : 683
Date d'inscription : 14/01/2018
Crédits : CrazyDiva
Métier : Designer Graphique
Voir le profil de l'utilisateur

♛ Marcus & Helena
i didn't make the cookies

▼▲▼



Si elle avait été croyante, Helena se serait certainement dit que la personne qui orchestrait tout ça devrait être sacrement ennuyée et avoir un certain goût pour le sadisme pour réaliser une œuvre aussi sombre et lui donner autant d’espoir... mais elle ne croyait en pas grand chose, sinon en rien, alors elle se disait juste que c’était sûrement la nature même des hommes de s’autodétruire, comme elle avait essayé de le faire plus jeune. Si les Hommes avaient tous aspirés à être heureux sans que ce bonheur ne prive les autres, tout aurait été plus simple, tout aurait été bien différent. Un monde fait d’amour et d’eau fraîche... Ça non plus Helena n’y croyait pas. Quelqu’un finirait forcément par réinventer le vin. 
Quand son ami se présenta derrière sa porte, la jeune Percy ne pu que le prendre dans ses bras, tentant difficilement de combattre l’étau autour de son cœur en donnant un peu de son affection. 

« Si ça dure plus longtemps, je ne te garantis pas de ne pas pleure. »

Elle relâcha Marcus doucement, posa tout de même un baiser sur sa joue avant de s'écarter pour lui laisser le passage.
Tournant rarement autour du pot, l'ainée des Percy suivit son ami débarrassé de son manteau jusque dans la cuisine avant de lui demander comment il allait, restant un instant encore debout derrière sa chaise, accrochée d'une main au dossier, de l'autre toujours à son eau chaude.

« Honnêtement ? Pas fort. ››

Hel acquiesça doucement. Elle s'en doutait mais était soulagée que son ami ne se sente pas obligé d'y aller par quatre chemin non plus, ni de lui mentir.
Se détournant, elle reposa la bouilloire à sa place et ouvrit le frigidaire pour en sortir six cupcakes bien rangés dans un carton, clairement achetés et évidemment pas faits maison. Si la belle blonde était bonne cuisinière, elle n'avait jamais été très brillante en pâtisserie. La fille du Duc de Northumberland posa les sucreries sur la table avant de s'installer elle aussi.

‹‹ Tu peux en manger, ce n'est pas moi qui les ai faits. ››

Elle avoua dans un faible sourire, mais un sourire quand même, avant de continuer à écouter Marcus.

‹‹ Les crises ont repris et je ne sais pas comment je vais faire si ça continue. Comment je vais pouvoir aider Charlie, et Pandora maintenant qu’elle est en… »

A ses paroles, Helena leva rapidement les yeux vers son ami. Ce n'était pas seulement les mots employés qui l'avaient fait tiquer, mais le ton de sa voix qui s'était presque étouffée. Comme si un sanglot allait s'échapper. Le cœur de la belle blonde se serra dans sa poitrine alors qu'elle se penchait automatiquement au dessus de la table pour poser sa main sur celle de Marcus.

‹‹ Hé... Ca va aller Marcus. ››

Elle pressa tendrement ses doigts autour des siens, pour lui montrer qu'elle était là, qu'elle le serait aussi longtemps qu'il en aurait besoin. Mais Hel ne tenta pas un sourire, elle n'en avait plus la force. Et qu'en savait-elle si ça irait ? Même sa voix n'y croyait pas. Pas défaitiste, réaliste. Et la réalité était souvent décevante... Mais ce n'était pas ce que la jeune femme voulait transmettre à un de ses meilleurs amis. Il avait besoin de compréhension sinon d'espoir. Et de plus de compassion possible, à défaut de solution.

‹‹ Tu sais que tu as tout ton temps, pas vrai ? Et tout le mien. ››

Pas comme si Helena aurait beaucoup réfléchit avant de poser un congé pour son ami déjà avant la présence de Stepanovic comme son supérieur, alors maintenant... Elle l'aurait fait avec moins de problème encore !

‹‹ De toute manière, il est hors de question que je te laisse partir tant que tu n'iras pas mieux.  ››

Toujours pas une trace d'amusement sur le visage d'Hel, mais de la détermination. A revendre. La jeune femme récupéra sa main pour la ramener autour de sa tasse, brûlant ses mains comme elle aimait bien le faire pour l'aider à garder son contrôle.

‹‹ Qu'est-ce qu'il est arrivé à Pandora ? ››

CODAGE PAR AMATIS



Dernière édition par Helena M. Percy le Dim 10 Fév - 18:19, édité 1 fois

Re: Tea time for sad times • Marlena

le Dim 6 Jan - 19:54
Marcus B. O'Sullivan
chronologiste
Age : 36
Messages : 140
Date d'inscription : 03/03/2018
Crédits : google
Métier : Aide à la personne, intérimaire.
Voir le profil de l'utilisateur



Tea time for sad times

« Life is real, life is real, life is real, so real. Life is cruel. Life is a bitch. Life is real - so real. » - Life is real, Queen.


Ne pas pleurer. Ne pas pleurer. Ne pas pleurer. Ne surtout pas pleurer…
C’est bien tout ce que Marcus se trouvait capable de se répéter, en boucle dans sa tête, à mesure qu’il se livrait à une Helena, qui se serait sûrement bien passé de ses problèmes. Elle qui avait vécu les évènements du Cosmic Ballroom, qui avait vu des gens, ses amis, se faire blesser ou pire. Elle qui avait vécu le stresse de l’intervention de la police et des interrogatoires par la suite… Le voilà qui se pointait la larme à l’œil, parce que sa sœur était à l’hôpital. Franchement, avec le recul, il se trouvait bien égoïste dans l’affaire. Néanmoins, il était trop tard maintenant pour reculer. Pour ravaler ses mots, sa triste mine et lui demander à elle, d’abord, comment elle se sentait. Si elle n’avait pas besoin de son attention, à lui. Il n’était vraiment qu’un gros gamin capricieux et il se détestait maintenant.
Son regard plongea dans le sien, lorsqu’elle le releva vers lui et sa main sur la sienne suffit à chasser ses idées noires. Machinalement, la sienne quitta son badge qu’il serrait toujours, pour couvrir ses doigts. Voulant d’une façon un peu maladroite, lui rendre cette attention qu’elle lui donnait de façon muette. Il savait très bien qu’elle était là pour lui, comme il serait toujours là pour elle. Et ce depuis le premier jour où ils s’étaient rencontrés, au bord de ce ruisseau. Ce n’était pas pour rien qu’il était tombé amoureux de la blonde, à l’époque. Elle avait cette empathie naturelle et cette attention pour les autres qui lui plaisait. Seulement il ne lui avait jamais avoué, ses sentiments qui semblaient refaire surface par moment. Surtout lorsqu’ils partageaient des moments assez intime, comme en cet instant. Mais ce n’était ni sain, ni sage de succomber à quelconques sentiments, autres que ceux de leur amitié. Hedwige lui manquait un peu trop pour son propre bien, et lui voulait bien croire Helena quand elle lui disait que ça irait. Mais au bout de combien de temps ? Partit comme ça allait, ce n’était pas prêt de s’arranger avant très longtemps. Un bébé en route, bon sang ce n’était pas rien. Si elle le gardait, ils iraient tous au devant de galère à n’en plus finir.

Sans vraiment savoir pourquoi, son attention se porta plus sur les pancakes, que sur son amie. Est-ce qu’il ne pourrait pas en manger, si c’était elle qui les avait faits ? Seraient-ils si mauvais ? Ou elle avait prévus de les empoisonner ? Et pourquoi il s’interrogeait plus sur ces stupides pâtisseries ? Sans doute pour éluder ce pourquoi il était là. Le cul vissé sur la chaise, à se morfondre sur son propre sort.
- « Parce que c’est interdit d’en manger si c’est toi qui les a fait ? » Qu’il répondit un peu stupidement, comme si c’était la réponse qu’elle attendait.
C’était vraiment bête comme réponse. De l’humour mal placé, au mauvais moment. Marcus n’avait même pas réussi à y mettre le ton. Cet après-midi s’annonçait sous de bon augure, bien loin des licornes et des paillettes dont ils avaient un peu plus l’habitude.
A ces mots, le mutant échappa un soupir, la laissa récupérer sa main, un peu à contre cœur. Il ne savait pas vraiment par où commencer. Par le plus simple par exemple ? Sans vraiment tourner autour du pot. Ça semblait si facile pourtant, mais les mots semblaient vouloir refuser de sortir. Il avait l’impression de vivre encore la surprise de ce matin. Celle dans laquelle le médecin les avait prit tous les deux. L’homme avait dit ça avec tant de détachement, comme si ils étaient au courant depuis le départ. Pourtant même Pandora n’en savait rien. Ce qui lui avait fait passer l’envie de l’étrangler. Alors que Charlie ne se serait pas retenu, lui. Non, son jumeau avait prit la surprise en pleine face. Surprise qui s’était transformé en panique des plus totales. Qu’est ce qu’ils allaient faire ? Qu’est ce qu’elle allait faire ? Fallait-il le dire à leur mère ? Allait-elle le garder ? Allait-elle mettre le géniteur au courant ? Et comment allait-il réagir ? A son sens mal. Très mal. Marcus ne l’avait jamais rencontré ce Seymour. Mais pour le peu qu’il en savait, c’était couru d’avance que sa sœur se trouverait seule à élever le gamin. Donc, son frère, malgré sa peur, ainsi que sa colère des plus flagrantes, n’avait rien trouvé de mieux à faire, que de lui promettre qu’il serait là, avec elle, quoi qu’elle décide de faire. Ce qui n’incluait pas la promesse de ne pas transformer l’autre abrutit, en statue vivante.

- « Qu'est-ce qu'il est arrivé à Pandora ?
Sa question des plus simples, le tira de ses réflexions, lui remettant les idées en place. Ses mains se serrèrent autour de sa tasse, comme pour se donner un courage qui semblait vouloir le fuir. Lâchant un nouveau soupir, son visage se releva vers elle, presque suppliant.
- Promets-moi de ne rien dire à personne. Ça tombait sous le sens, la Percy tenait bien plus de la tombe, que de la commère de service. On l’a tous les deux appris ce matin à l’hôpital, même elle n’en savait rien du tout. Se sentit-il le besoin de justifier. Pandora est…
Allé lance toi Marcus ! Trois, quatre…
- Pandora est enceinte… »

Voilà… C’était dit… Dans la joie et l’allégresse ! Pas de cris d’enchantement, pas de sauts au plafond. Pas de « YOUHOU ! JE VAIS ETRE TONTON ! ». Non rien de tout ça. Et pourtant, Marcus avait toujours pensée que ça le rendrait heureux, d’être tonton. Même s’il avait toujours pensé que ça viendrait d’abord de Charlie et non de Pandora.
Oui en d’autres circonstances il aurait été content. Il aurait était content, si sa petite sœur se trouvait engagée dans une vraie relation. Il aurait été content, s’il savait que le bébé arriverait dans un environnement sain. Il aurait été content, s’ils avaient eut de la stabilité à lui offrir. Mais qu’avaient-ils ? Un appartement bien trop petit, déjà pour trois. Des salaires bien trop faibles. Une très mauvaise couverture sociale. Des frais médicaux déjà bien trop élevés pour la fratrie. Et un père absent…
Oui il aurait été content pour sa petite sœur, en d’autres circonstances. Quand il n’y avait pas un fou qui courait dans les rues et surtout quand ce gamin ne serait pas élevé dans la même rancœur qu’avait Pandora envers son propre père. Ce n’était pas sain et il n’était pas content non, il était triste, angoissé et terriblement en colère.
- « Je ne sais pas ce qu’elle compte faire. Je ne sais pas comment on va faire. Comment on va s’en sortir. Tout ce que je peux lui faire, ce sont des promesses, que je ne suis même pas sûr de pouvoir tenir dans… l’état actuel des choses.
Se prenant la tête entre les mains, il renifla quelque peu bruyamment, le regard caché derrière ses doigts.
- Je suis désolé de déballer tout ça, alors que tu dois avoir tellement d’autres choses à penser avec… tout ce qui s’est passé. Son visage se releva vers elle, les yeux un peu plus rougis que tout à l’heure. Et je ne t’ais même pas demandé comment tu allais toi. »
Il savait se montrer vraiment égoïste, parfois…


☾ anesidora


Dernière édition par Marcus B. O'Sullivan le Dim 10 Fév - 22:35, édité 1 fois

Re: Tea time for sad times • Marlena

le Dim 10 Fév - 21:52
Helena M. Percy
humaine
Age : 23
Messages : 683
Date d'inscription : 14/01/2018
Crédits : CrazyDiva
Métier : Designer Graphique
Voir le profil de l'utilisateur

♛ Marcus & Helena
i didn't make the cookies

▼▲▼



A l'annonce sur les cupcakes tout droit issus du supermarché, Marcus sembla un peu plus perturbé que ce qu'il aurait du.

« Parce que c’est interdit d’en manger si c’est toi qui les a fait ? » 

Un sourire glissa sur les lèvres d'Helena, dans un coup de vent.

‹‹ Interdit, non, mais ce n'est pas sans risques... ››

Un petit moment de légèreté, une inspiration avant de remettre la tête sous l'eau.
Juste un instant avant de se replonger dans le sérieux, le déprimant, la réalité. Se recentrer sur les mots plus sérieux de Marcus et notamment sur sa toute dernière phrase, celle qu’il avait laissé en suspend, concernant sa sœur. Pandora était une personne adorable que la jeune Percy connaissait et appréciait. Elles avaient passé une partie de la soirée ensemble au Cosmic et la dernière image qu’Helena avait d’elle était celle de la belle rousse dans un bien mauvais état, pleurant des larmes de sang. C’était donc le cœur lourd et inquiet que la jeune femme encouragea son ami à poursuivre. 

« Promets-moi de ne rien dire à personne. » 

Ce n’était pas bon comme début de phrase. Pas bon du tout. Sans qu’elle ne s’en rende compte, les doigts de la belle blonde se resserrent plus encore autour de sa tasse. 

« On l’a tous les deux appris ce matin à l’hôpital, même elle n’en savait rien du tout. Se sentit-il le besoin de justifier. Pandora est… »

Les propositions se succédaient dans l'esprit d'Helena, toutes plus sombres les unes que les autres.

« Pandora est enceinte… »

Les yeux de la jeune femme s’agrandirent sous le coup de la surprise. Une bonne nouvelle normalement. Une belle nouvelle normalement. Et elle en aurait été heureuse si la nouvelle avait été apprise d’une autre manière... Mais l’air absolument pas ravi de Marcus alors qu’il avait difficilement prononcé ces mots l’en dissuadait parfaitement. La question suivante était : de qui ? Quelque chose, un instinct, disait à Helena que la réponse n’allait pas lui plaire. 

 « Je ne sais pas ce qu’elle compte faire. Je ne sais pas comment on va faire. Comment on va s’en sortir. Tout ce que je peux lui faire, ce sont des promesses, que je ne suis même pas sûr de pouvoir tenir dans… l’état actuel des choses. ››

Marcus avait l’air désespéré. Il avait l’air abattu. Helena partageait douloureusement sa peine. 

«   Je suis désolé de déballer tout ça, alors que tu dois avoir tellement d’autres choses à penser avec… tout ce qui s’est passé. Et je ne t’ai même pas demandé comment tu allais toi. »

La jeune femme secoua vivement la tête. 

‹‹ Non, non, Marcus. Tu sais que je suis là pour ça.  ››

Toute sa propre misère était déjà oubliée pour ne plus être concentrée que sur celle de son ami. 

‹‹ Et si c’est pour l’argent je peux vous aider. Je veux vous aider. Tu n’hésites pas pour des questions de fierté, d’accord ?  ››

La belle blonde avait le regard décidé, sérieux. Elle n’avait pas besoin de l’argent que tout son rang et sa famille impliquait. Elle n’avait même pas besoin de tout l’argent qu’elle gagnait chaque mois avec la vie simple qu’elle menait. 

‹‹ Comment va Pandora ?  ››

Nouveau regard inquiet. 
La belle blonde tourna un peu la tasse brûlante entre ses mains. Mais la question lui brûlait les lèvres. Elle ne pouvait la retenir plus longtemps. 

‹‹ Vous savez... Qui est le père ?  ››

CODAGE PAR AMATIS

Re: Tea time for sad times • Marlena

Contenu sponsorisé
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum