Camden // I'm preying on you tonight

Aller en bas

Camden // I'm preying on you tonight

 par Polina V. Stepanovic le Mer 15 Aoû - 19:20


Camden & Polina

I'm preying on you tonight




Polina s'entraînait avec les autres membres du club aujourd'hui. On répétait les programmes imposés des compétitions individuelles. Les patineurs passaient sur la glace, les uns derrière les autres, sous le regard plus qu'inquisiteur de l'entraîneuse qui guettait la moindre faute. Les musiques et enchaînements variaient parfois mais les mêmes figures se retrouvaient dans chaque chorégraphie.
La jeune fille ne se sentait pas en forme ce jour là. Elle avait peur, depuis que les contrôles à l'encontre des mutants avaient été renforcés. Elle qui n'avait jamais eu beaucoup d'amis, elle se sentait encore davantage observée et mise à l'écart, comme une menace potentielle. Sur ses patins, les doigts gelés, elle se frottait les mains en attendant son tour. Il y avait peu de monde ce jour là. Dans un coin, elle avisa un homme qui devait sans doute faire le ménage; Elle ne se souvint pas l'avoir déjà vu auparavant, mais elle supposa que les agents d'entretien changeaient souvent de poste, ou bien que l'habituel était juste malade....

Bientôt, ce fut à elle. L'entraîneuse, déjà agacée par ses précédents élèves, la fixa avec un oeil noir. L'adolescente déglutit et pria pour ne pas se tromper. Elle patina jusqu'au centre de la piste et se plaça en position, comme pour saluer, et attendit que sa musique se lance. Les premières mesures se passèrent très bien. Elle évoluait en toute tranquillité sur la surface blanche, quand soudainement, la voix perçante de sa professeur la fit sursauter.

- PLUS HAUT LA TÊTE !

Ce n'était pas grave, qu'un simple souci de position... Mais le ton agressif avec laquelle l'instigation avait été lancée la déconcentra et les pas suivants furent plus qu'approximatifs.

- Polina qu'est-ce que c'est que ça ?! Sois plus précise ! ALLEZ !

Déglutissant maladroitement, la jeune fille essaya de recentrer sa respiration et s'élança pour le saut, qu'elle exécuta parfaitement. Cependant, elle dérapa à la réception et toucha le sol avec sa main. Bien qu'elle se releva tout de suite pour continuer, comme on le lui avait appris, elle ne pouvait qu'entendre toujours plus fort la voix de son entraîneuse.

- Mais tu te moques du monde ?! Ça, le jour du concours c'est une disqualification !

Les larmes aux yeux, la jeune fille fit de son mieux pour terminer son programme mais plus les secondes passaient et plus ses émotions montaient sans qu'elle puisse les contrôler. Elle fit de son mieux pour refouler toute la frustration et le chagrin qui l'envahissaient mais le flux fut bien trop fort et elle lâcha prise, alors qu'elle entamait sa toute dernière figure.
Pour ceux qui l'entouraient, ce fut comme si une vague inexpliquée d'abattement et de colère venait les heurter avec la violence d'un mur projeté sur eux. Alors que les larmes de Polina s'éteignaient, ses camarades furent ceux qui laissèrent libre court au flot lacrymal, à l'unisson avec leur professeur.
Cet instant dura quelques secondes, pendant qu'elle saluait, soudain rougissante et honteuse d'avoir ainsi laissé ses pouvoirs prendre le pas sur sa raison. Lorsqu'elle regagna le bord de la piste, l'affliction des autres avait déjà cessé et ce fut comme s'ils s'éveillaient d'un mauvais rêve.

- Travaille davantage la semaine prochaine.

Son entraîneuse avait dit ces mots avec un étrange détachement, comme si elle n'était plus très sûre d'elle-même. Pendant ce temps, la jeune rousse alla s'exiler dans un coin des gradins, pour enlever ses patins. C'était la fin de la séance, de toute façon.
-
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
avatar
Messages : 56
Date d'inscription : 12/02/2018
Crédits : /
Métier : lycéenne, horticultrice à mi temps
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Camden // I'm preying on you tonight

 par Camden A. Baxter le Lun 17 Sep - 18:58


I'm preying on you tonight
Camden A. Baxter & Polina V. Stepanovic

Lena Woods. C'est le nom sur lequel mon attention s'était portée il y a quelques jours seulement. Dépistée positive il y a un an et demi, son dossier DCRM indiquait que sa mutation était de synthétiser des fragrances. Assez anodin et bénin si l'on y regarde de loin, mais autant être honnête, les dossiers ne s'appuient que sur les dires mutants. S'ils sont dépisté positif mais contrôlent leur don, rien ne les empêchent de minimiser l'impact afin de ne pas être bridé par un suivi trop rude.

Brune aux yeux clair et agée de dix-huit ans, elle étudie le droit à l'université de Newcastle, et prends des cours de patinage artistique deux fois par semaine. J'ignore si cette gamine peut-être le Poison Prince – ou, dans le cas présent la Poison Princess – mais quoi qu'il en soit, je dois voir ce qu'il en est. Si elle est aussi inoffensive qu'il y paraît, le fait d'être un diffuseur de parfum sur pattes n'a rien de bien dramatique. Le simple fait qu'elle soit mutante me fait douter de sa qualité a errer sur la planète sans soucis, mais bien d'autres méritent davantage l’échafaud. Le mutant le plus recherché du compté, en l’occurrence.

Un pass universel comme relique de mon séjour au FBI, un large pourboire à l'agent d'entretien habituel et assez benêt pour ne pas se poser de question quand je lui présente mon badge du NCA , quand bien même la stupidité d'une infiltration d'un des agents de l'état dans une patinoire. Me voici donc à profiter de mes horaires aménageables à mon bon vouloir, en train de passer la serpillière près des gradins, une casquette enfoncée sur la tête.
D'un œil discret, je localise très vite la cible de ma présence, accoudée à la rambarde, en train d'observer sa professeur. Cette femme à l'air d'être un sacré peau de vache. Je l'entends parler à ses élèves depuis tout à l'heure, avec le tact d'un bulldozer.

Je ne me suis jamais vraiment intéressé au patinage artistique, ni même à un quelconque autre sport. Lorsque je vivais a New York, il m'arrivait de suivre des match de football américain histoire de sympathiser avec mes collègues quand je n'avais pas d'autre choix que de jouer au type sociable, mais j'ai abandonné l'idée lorsque je suis arrivé sur Chicago. Cela dit le patinage, contrairement au football américain, possède quelque chose d'élégant qui n'a rien à envier à d'autres.

Celle qui passe à la casserole à cet instant – et subit les commentaires d'une amabilité sans borne de la vieille peau – est jeune, je me demande même si elle a déjà terminé le secondaire. Une petite blonde qui, d’apparence, a deux fois l'âge d'être ma fille. La musique sur laquelle la lycéene effectue sa prestation ne m'est pas inconnue, mais je dois dire que j'ignore totalement d'où elle vient.  Mes habitudes me poussent à penser que j'ai du l'entendre dans un film, probablement regardé d'un œil durant une de mes nombreuses insomnies.

Je m'empare du balais et commence à nettoyer entre les gardins, gardant toujours en ligne de mire ma cible, parfois interrompu par la patineuse en action, je tente d'analysé les réactions de la jeune fille, à présent en pleine discussion avec une de ses coéquipières, souriante. La professeur en rajoute une couche, m'en fait hausser les sourcils. Je quasiment certain que la môme est sur le point de pleurer, si ce n'est pas déjà le cas.

Alors que je me questionne sur le niveau de motivation nécessaire pour supporter des commentaires pareils, mon regard toujours vissé sur Lena Woods, je me fige littéralement, les mains sur le balais. Le sourire rieur affiché par ma cible se  transforme en un claquement doigt, métamorphosé en grimace dans un premier temps, puis en larmes. Je déviais sur sa camarade, puis sur les autres, constatant avec surprise les crises de sanglots qui les animaient tous, la marâtre y comprit.
Je jetais à nouveau un regard à la patineuse, en train de saluer, vraisemblablement gênée.

Le manche du balais que je tiens entre les mains m'échappe sur le coup, tandis que les pleurs cessent de manière aussi inattendue qu'ils ont commencés, leurs protagonistes ne semblant visiblement pas plus troublé par ce qu'il vient de se produire.
Je suis venu ici pour effectuer une enquête sur la jeune Lena Woods. Mais ce n'est pas elle qui m'inquiète. Celle qui me trouble davantage se dirige a présent dans un coin opposé des gradins, le visage toujours rouge.

Je récupère le balais et m'empare d'un chiffon et d'un flacon de produit ménager, approche de la jeune fille. La réaction de ses camarades et le visage qu'elle affichait avant que ça ne se produise ne trompe pas : c'est une mutante. Et vraisemblablement elle est capable de transmettre ses émotions sur un certain périmètre. La gêne qu'elle affiche démontre qu'elle ne se contrôle pas du tout. S'il s'agit de joie ce genre de don n'est pas une menace, en revanche, qu'adviendra-t-il si elle se met en colère ? Ou si elle apprend à contrôler sa mutation de manière à transmettre des émotions factices à d'autres ?

Je commence à nettoyer le banc situé juste devant celle-ci, puis lève la tête vers elle, accroche un sourire à mes lèvres pour paraître sympathique.

- Elle a pas l'air facile ton entraîneuse. Ça fait longtemps que tu fais du patinage artistique ?

Mars 2018
⇜ code by bat'phanie ⇝
avatar
Messages : 96
Date d'inscription : 22/04/2018
Crédits : V76 by Vaughn
Métier : Agent de renseignement au NCA
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Camden // I'm preying on you tonight

 par Polina V. Stepanovic le Dim 28 Oct - 16:24


Camden & Polina

I'm preying on you tonight




La jeune fille était partie dans un coin pour enlever ses chaussures. Elle s'en voulait à mort. Elle aurait dû se retenir, elle aurait dû faire plus attention... Nikola lui avait pourtant répété de ne pas se laisser emporter dans des situations comme celle-ci ! Là, ce n'était qu'un accès de tristesse mais que se serait-il passé si elle s'était sauvagement mise en colère ?

ne pas faire de vagues, ne pas faire de vagues...

Son oncle lui répétait toujours le même refrain, comme s'il avait peur des autres, comme s'il avait honte d'eux. Elle comprenait qu'il fallait protéger les autres de ses pouvoirs, par tout les moyens, mais qu'adviendrait-il si elle se privait l'expulsion de la moindre émotion ? Elle finirait par se consumer de l'intérieur, se déchirer et mourir comme une étoile s'effondrant sur elle-même. Oui, elle avait besoin de temps, de maturité et d'entraînement... Après tout, elle n'était pas capable de créer du feu ou de faire sortir des projectiles et autres lames depuis son organisme, c'était plutôt une bonne nouvelle non ? Elle aurait pu être bien plus dangereuse que ça...

Ses pensées furent interrompues par l'agent d'entretien, qui s'était rapproché d'elle. La jeune fille sursauta et failli lâcher le patin qu'elle avait dans la main, avant d'adresser un sourire poli et bienveillant à cet inconnu qui ne lui semblait pas foncièrement hostile.

- Oui, elle est très exigeante, mais c'est parce qu'elle veut tirer le meilleur de nous.

Polina était à demi franche. Son entraîneuse pouvait être la plus adorable des personnes comme la pire des peau de vache. Et malheureusement pour elle et ses camarades, c'était souvent le second cas de figure qui se présentait.
Elle enfila son pull over et rangea ses patins dans son sac, tout en ébouriffant ses courts cheveux roux.

- J'ai commencé l'année dernière avec le lycée et on m'a proposé d'intégrer le club... C'est flatteur pour mon petit niveau mais en même temps c'est pas facile, les autres en font depuis 4 ans minimum.

La jeune mutante haussa les épaules et rabattit nonchalamment une mèche folle derrière son oreille, dévoilant une partie du Psy tatoué près de cette zone, sans vraiment y faire attention. Elle ne prenait pas spécialement garde à son marquage, qu'elle trouvait déjà discret. Après tout, elle était un être humain qui avait légalement le droit d'exister, tant que les règles imposées par le gouvernement étaient respectées.

- Enfin, c'est une difficulté qui me permet de payer mes études. Donc il faut que je me maîtrise et que je passe outre les commentaires vexants, c'est comme ça que je progresserai.

Pol rosit légèrement. Elle repensait à l'incident qui venait de se produire en se sentant inutilement fautive. Elle savait que Nikola, s'il l'apprenait, ne lui en voudrait pas... Mais il serait inquiet et elle voulait l'éviter à tout prix.
Reportant son attention sur son interlocuteur, elle le dévisagea un instant, comme pour imprimer dans sa jeune mémoire chacun de ses traits burinés.

- Vous êtes nouveau ici ? D'habitude c'est Barnes, un grand monsieur noir qui s'occupe de l'entretien... J'espère qu'il ne lui est rien arrivé de grave, depuis que je suis dans ce gymnase, il s'est jamais fait remplacer une fois.
-
- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
avatar
Messages : 56
Date d'inscription : 12/02/2018
Crédits : /
Métier : lycéenne, horticultrice à mi temps
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Camden // I'm preying on you tonight

 par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum