"You are all that I think of.." Ft Swann Weavers

Message par Johana Von Schürmann le Mar 7 Aoû - 17:57


You are all that I think of..
Swann x Johana


Cela faisait maintenant quatre jours que Johana avait arrêté cet homme qui l'avait gentiment envoyé à l'hôpital, lui offrant un magnifique froissement de l'épaule ainsi qu'une brulure au second degré. Le médecin avait voulu lui donner une semaine de repos, et à ce moment-là, il ne le savait pas encore, mais il avait bien fait de refuser. Bien entendu, ses supérieurs refusaient qu'il aille sur le terrain, lui donnant plus de paperasse que l'habituelle. Mais ce n'était pas un mal. Il avait pu de ce fait faire plus d'interrogatoires, choses qu'il adorait faire quand il était encore au FBI. C'était même surement ce qu'il préférait dans son travail, et ce, plus ou moins grâce à son don. Car il arrivait toujours à faire craquer les gens afin qu'ils disent la vérité, refusant de quitter la salle tant que les paroles de son interlocuteur n'étaient pas limpide comme de l'eau de roche. Et visiblement il n'avait pas perdu la main, même si en réalité il ne s'agissait là que de "proies" faciles.

Une mère qui frappait sa fille pour se venger du père qui la frappait elle, un petit dealer de drogue, un voleur à la sauvette, et un agresseur sexuel. Pour ce dernier il n'avait eu aucune pitié. Sûrement à cause de son propre passé dont il ne voulait pas spécialement se rappeler. Mais dans ce genre de situations, il n'avait pas vraiment le choix. Et même s'il ne s'agissait là "que" d'une main aux fesses dans le métro, pour lui c'était un acte impardonnable, et il lui avait bien fait comprendre. Il doutait fortement qu'il recommence un jour au vu de l'enfer que lui avait fait vivre Johana, il s'en souviendrait même sûrement plus que l'amende conséquente qu'il lui avait donné. Car même si en Angleterre le Harcèlement de rue, et Harcèlement tout court, était puni, la ville de Newcastles était réputée pour être une des plus intransigeantes sur ce sujet, surtout depuis l'arrivée de Johana au poste de Surintendant.

Et de ce fait en premier temps le nombre de plainte avaient doucement augmenté, les victimes osant de plus en plus venir au commissariat pour ce faire entendre, et de ce fait, petit à petit, le taux agression diminua. Très sensiblement car cela ne faisait pas longtemps, mais c'était un bon début. Et Joh était plutôt fier de lui il devait l'avouer. Même si en réalité il ne prenait la peine de penser à ce genre de choses que lors de jours comme ceux qu'il passait dernièrement, c'est-à-dire en faisant des rapports et des dossiers.

Un sourire étira ses lèvres quand il tomba sur une petite pochette sur une de ses premières affaires ici. Ils avaient dû intervenir dans une « bagarre » qui avait générée entre deux mutants à la sortie d'un bar parce que les deux se disputaient à savoir lequel avait une meilleure mutation que l'autre. L'un était capable d'assimiler toutes les danses qu'il voulait en un temps record, l'autre pouvait moduler sa voix à volonté. Autant dire que dans le cas présent, aucune des deux mutations n'était réellement utile... Et la bagarre en était d'ailleurs plutôt ridicule, car ils ne se frappaient pas, mais faisaient une sorte de battle, l'un chantant à tue tête, l'autre enchaînant les pas de danses effrénés, le tout sur le trottoir en pleine matinée. Au final il n'y avait pas eu tant d'esclandre que ça, ils avaient réussi à les calmer et ils étaient tous les deux venu au commissariat quelques heures afin de dégriser, puis étaient repartit tout penauds.

Quand il y repensait, la situation avait été plutôt comique, et aujourd'hui il en riait, même si sur le coup, il aurait volontiers pris un des deux pour taper sur l'autre. Alors qu'il venait de finir de ranger les quelques dossiers qu'il avait trié aujourd'hui, le fait de penser aux mutant fit dériver son esprit vers Swann, et il serait mentir de dire qu'il ne pensait pas à lui chaque jour. Ce mec lui avait complètement retourné l'esprit. Mais ce qui le perturbait le plus c'était la manière dont ils s’étaient quittés.

Swann avait eu l'air presque triste de lui dire au revoir, un peu comme un adieu. Alors que Johana pensait qu'ils se reverraient. Mais ce n'était visiblement pas les intentions du plus jeune, il était partit le lendemain alors que Joh était déjà parti au travail. Sans toucher à l'argent qu'il lui avait laissé pour le taxi ou encore même le petit mot avec son numéro de téléphone. Il ne semblait pas avoir déjeuné non plus. Quand Johana était entré dans la chambre c'était comme s'il était parti dans la précipitation. Son paquet de cigarette était encore là, ainsi que l'une d'entre elles, entamée sur le balcon. Le lit n'était ni fait, ni défait, et les affaires qu'il lui avait sortit était à leur place, tandis que la chemise était au pied de la porte.

Certain l'aurait pris comme de l'impolitesse, mais Joh doutait que ce soit le genre de Swann. C'était presque comme s'il avait juste disparu. Mais il n'y croyait pas trop. Si sa mutation avait été de se téléporter il serait rentré chez lui la veille. Il était simplement partit. Ne laissant aucun moyen à Johana de le contacter.

Un profond soupire lui échappa à cette pensée et il se laissa aller contre le dossier de son siège. Il ferma les yeux quelques instants. Il était pratiquement 4pm, et il n'avait pas levé le nez de sa paperasse sauf pour aller manger une petite demi-heure. Si bien qu'un début de mal de tête pointait le bout de son nez. Il se pinça l'arête du nez. C'était un mauvais tic qu'il avait prit depuis qu'il était dans la police. Chaque fois que quelque chose l'agaçait ou le fatiguait, il avait se réflexe qui lui donnait un air condescendant d'après ses collègues qui en riaient bien.

Collègues qui avaient l'air de s'en donner à coeur joie au vue des éclats de rires qu'il entendait dans le commissariat. Il se concentra pour écouter ce qu'il se disait. Et il comprit vaguement pourquoi ils s'amusaient. De ce qu'il comprenait, l'agent Juliet était encore en train de se faire sermonner par un civil. Un nouveau soupir lui échappa. Cette jeune fille n'avait décidément pas de chance. Tous les civils gueulards étaient pour elle. Et comme elle n'avait pas de répondant elle se faisait marcher dessus à chaque fois. Ce qui était dommage, parce que s'était une fille extrêmement intelligente et pleine de surprises. Mais socialement parlant, elle était une vraie catastrophe.
Il se leva alors lentement et sortit de son bureau, lançant un regard mauvais aux deux agents qui se moquaient de la pauvre jeune fille qu'il entendait à présent bredouiller des phrases peu compréhensibles.

-Ne vous étonnez pas si le jour où vous avez besoin d'aide l'on vient rire à votre nez.

Les deux jeunes hommes se turent aussitôt, regardant Johana avec une légère crainte qui ne leur prêta pas plus d'attention et s'approcha du guichet, les yeux rivés sur sa jeune collègue, ne prêtant pas attention à la personne en face d'elle.

-Agent Juliet, tout va bien ?

Du moins jusqu'à ce qu'il soit tout de même interpellé par la dégaine du civil. Fin, pas très grand, de longs cheveux blancs en désordre, une voix des plus sexy. Et quand il se retourna, en même temps que la jeune femme, le monde disparut autour de Joh.

-Swann... ?






.
Pando
avatar

psychologiste
Johana Von Schürmann
psychologiste
Age : 23
Messages : 50
Date d'inscription : 10/04/2018
Crédits : Eden aka Swann
Métier : Policier - Surintendant en Chef

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum