I'm sorry it went that way [Anakin Hawk]

Aller en bas

I'm sorry it went that way [Anakin Hawk]

 par Kirk H. Abberline le Ven 27 Avr - 0:29

I'm sorry it went that way
Mon père n’est…Pas exactement un type agréable à vivre. Je le sais pour l’avoir vécu de première main. Pour continuer à le vivre d’ailleurs, à un certain niveau. Car je suis peut-être parti de la maison, m’émancipant dès que je le pus, je reste un employé dans l’entreprise de mon père ; je reste sous sa coupe, aussi douloureux cela puisse-t-il être. En même temps, qu’est-ce que j’ai comme choix ? Mes parents n’ont jamais mis un centime de côté pour nous payer des études supérieures, certains que nous irions travailler avec mon père dans son entreprise, où il nous apprend le métier, gratuitement. Je n’ai pas pu faire les études que je voulais, je n’ai pas d’autres compétences me permettant de trouver un emploi, mais j’ai des factures à payer, comme tout le monde. Alors malgré mon dépistage positif, malgré les regards presque dégoûtés que je sens sur moi à longueur de journée, je suis resté dans cette boîte. Mon père n’a pas le loisir de me virer tant qu’il n’a pas trouvé quelqu’un d’autre pour me remplacer, parce que les chantiers en tout genre vont bon train et qu’il a besoin de tous les bras disponibles.

Pourquoi je vous raconte tout cela ? Parce qu’il y a eu un esclandre dans un bar. Recontextualisons la situation, si vous le voulez bien. Une journée de travail pénible, à cause du temps changeant d’automne, alternant entre averses et grand soleil digne d’un été indien. Une journée longue, parce qu’ils ont un planning qui est déjà en retard, et qu’ils n’ont pas le droit d’être en retard sur la date finale. Bref, une belle journée un peu compliquée et personnellement, je n’ai qu’une envie, aller me changer et rentrer chez moi pour prendre une longue douche avant de m’écraser dans mon canapé, limite dans le lit directement si la douche m’achève. Sauf que le destin en aura décidé autrement ; ce soir, les autres veulent fêter la naissance du petit de l’un d’eux. Chouette. Sans moi. Je comptais clairement simplement esquiver l’évènement, après tout, ce n’est pas comme si lui et moi étions particulièrement proches. Et puis il y a eu une phrase, une seule.

"Kirk, viens toi aussi, ça te fera pas de mal."

Cette phrase peut sembler tout à fait anodine, presque bienveillante même, mais prononcée par mon père, Mr Leonard Abberline en personne, envers moi…ça ne présage rien de bon. J’ai envie de décliner, parce que le fait qu’il porte attention à moi est d’autant plus inquiétant qu’il joue les bienveillants (c’est nouveau ça, d’ailleurs). Cependant, je sais ce que cela signifierait à leurs yeux ; que le mutant de service a décidé qu’il était trop bien pour eux, qu’il ne s’abaisse pas pour le commun des mortels. Ca voudrait dire des brimades plus ou moins masquées et de toute façon ignorées par mon père, leur patron. Alors je suis, les pieds trainants.

Le bar dans lequel on arrive s’appelle le Cocktail Colors et je remarque le panonceau à l’entrée, signifiant à la clientèle que tout le monde est accepté dans l’établissement. Oh non, mauvais plan, très mauvais plan. Mon anxiété grimpe d’un cran mais je rentre quand même dans le bar, et observe le tout, un peu plus loin, me doutant que quelque chose allait arrivé…Et ça n’a pas manqué. Mon père et d’autres de l’équipe, tous pro-humains, ont commencé à se faire remarquer avec des paroles complètement mutantophobe, et j’ai honte. Honte d’être lié par le sang à un homme pareil, honte de leur attitude envers des gens qui n’ont rien demandé à personne. Mais surtout, j’ai une boule au ventre. Parce que je sais pourquoi il a fait ça et le propriétaire du bar n’est en rien coupable de quoi que ce soit. Non, c’est pour me rappeler ma place à moi, sans en avoir l’air. Quand finalement ils sortent après avoir été menacé d’un appel à la police, je les suis, mais dès que je peux les perdre sans que ça ne se remarque, je rebrousse le chemin et rentre à nouveau dans le bar, les épaules basses, le regard baissé. Pendant un instant, je ne vois pas l’homme qui a parlé (ce qui est un bien grand mot) avec mon père, et je vais vers le bar.

"Bonsoir. Excusez-moi, est-ce que le gérant est encore là ?"

Ce que je fais ? Je compte bien m’excuser pardi.
© 2981 12289 0
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 23/02/2018
Crédits : angel180886 pour l'avatar.
Métier : Charpentier
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry it went that way [Anakin Hawk]

 par Anakin Hawk le Lun 12 Nov - 15:30

Kirk
&
Anakin
I'm sorry it went that way

Le Cocktail Colors. Surnommé par ses habitués "Le CoCo", c'était mon bébé, mon rêve achevé, mon petit lieu de tolérance et de chaleur humaine. J'avais la chance d'être né avec une cuillère en argent dans la bouche, réaliser mes rêves n'était pas forcément quelque chose de compliqué lorsqu'il s'agissait de biens matériels. Pour une personnes lambda, il aurait fallut travailler d'arrache-pied pour pouvoir rembourser le crédit nécessaire à l'achat d'un bâtiment. Il aurait fallut avoir beaucoup de contrat avec différents fournisseurs, payer ses cotisations en temps et en heure pour ne pas voir l'huissier sonner à la porte... Oui pour moi tout ça est futile. J'aimerai avoir un fils à qui enseigner que l'argent n'est pas tout, et que ceux qui en disposent facilement doivent aider ceux qui en ont besoin. C'est ce que m'a enseigné mon père à moi.

 
Ce soir j'étais assez mélancolique, repensant à tout cela, mes parents et cette lourde responsabilité qu'ils m'avaient laissé, ce que mon père n'a pas eu le temps de m'enseigner, le fait que je n'ai pas été à leurs côtés... Heureusement, le CoCo battait son plein ce soir, et Jess, mon employée, était là pour me remonter le moral. Elle savait lire ce genre de choses, quand les gens sont préoccupés, elle arrive à leur faire oublier leurs problèmes. Ce soir, elle avait joué avec les lumières et avait transformé le centre du bar en piste de danse. Il y avait beaucoup de jeunes ce soir, nous étions vendredi, et les étudiants étaient sans doute rentrés pour le week end, ils profitaient de se retrouver pour venir boire un coup. C'était une bonne idée de sa part, les filles se mirent à trainer les hommes sur la piste de fortune, tandis que Jess essayait de me convaincre de l'inviter à danser. Je savais danser, mes parents m'avaient fait prendre des cours étant petit. Mais je fus quand même retissant, ça faisait bien trop longtemps...  

 
Un groupe d'homme venait d'entrer dans le bar, je m'en servis comme prétexte pour ne pas aller danser, je devais bien servir les clients ! Seulement je fus vite refroidis, et la piste également lorsque ces hommes se mirent à bousculer les autres clients et à toiser tout le monde. Leur comportement était extrêmement dérangeant pour moi et pour tous les clients. Tout le monde les regardait et ils imposaient une gêne générale. Je ne pouvais pas les faire sortir sous prétexte qu'ils étaient agaçants... Le bar accepte tout le monde, et juridiquement, je ne peux pas faire sortir quelqu'un pour "si peu" si non, une personne en fauteuil roulant pourrait aussi être considérée comme "gênante" sous prétexte que son fauteuil gêne le passage... Je ne savais pas quoi faire et étais extrêmement mal alaise... Finalement ce qui devait arriver arriva, après quelques minutes ils se mirent à tenir des propos racistes, anti-mutant, et ce fut les mots de trop. désormais je pouvais faire valoir mon autorité sur ce lieu. "Messieurs je vous demanderai de bien vouloir quitter mon établissement. La tolérance est de mise ici et vous n'en faites visiblement pas preuve, vous trouverez certainement un bar Heineken qui vous conviendra dans la rue d'en face." Je commençais à être salé en effet. Mais cela faisait plusieurs longues minutes que j'attendais leur faux pas. Lorsqu'ils se mirent à contester, ce fut Jess qui sortit son téléphone avec bien visible le numéro de la police, et plus qu'a appuyer sur le petit icon de téléphone vert, les menaçant d'appeler les forces de l'ordre. Cela eut enfin l'effet escompté, et les malotrus quittèrent le bar.

 
La soirée en était quelque peu meurtrie, certains étaient partis, d'autre broyaient du noir, certainement des mutants qui avaient été blessés par ces propos. C'est moi le chef des lieux, je dois faire quelque chose. "écoutez moi tous ! C'est l'happy hour ! et ça va durer jusqu'à la fermeture ! J'offre les boissons ! Je veux de la musique, et du monde sur la piste !" après une belle ovation, Jess et moi nous sommes retrouvés à devoir servir beaucoup de verres, mais tout le monde avait retrouvé le sourire, et c'est ce qui n’importait le plus.

 
Peu de temps après, alors que je refaisais le plein de quelques liquides dans l'arrière boutique, Jess vint me chercher, quelqu'un me demandait au bar. M'essuyant les mains proprement comme à mon habitude, je repassais côté bar, derrière mon comptoir pour apercevoir l'un des hommes qui avaient fait du tapage tout à l'heure. Je remarquais néanmoins qu'il était seul. Avec un léger goût d'amertume en fond de gorge, je me mit en face de lui derrière mon comptoir, attrapant un torchon sec pour essuyer quelques verres. "En quoi puis-je vous être utile ?" dis-je sans grande conviction, ignorant pour quelle raison il était revenu.

CODAGE PAR AMIANTE


Spoiler:

voici enfin ma réponse, maintenant je vais pouvoir répondre plus régulièrement.
Au passage, voici le plan du bar:
https://zupimages.net/up/18/05/5ffl.png
avatar
Anakin Hawk
créateur
créateur
Age : 21
Messages : 406
Date d'inscription : 26/01/2018
Crédits : TAG
Métier : Propriétaire du bar le Cocktail Colors (centre ville)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry it went that way [Anakin Hawk]

 par Kirk H. Abberline le Mer 14 Nov - 10:51

I'm sorry it went that way
La serveuse me regarde, pas certaine au départ si elle doit vraiment aller chercher son patron face à un des types qui a mis le bordel dans son bar à peine trente minutes plus tôt. Je ne peux pas lui en vouloir, je crois qu’à sa place j’aurais sorti manu militari le moindre de ces types sans même lui laisser le temps de dire “ouf”. Honnêtement, pendant un moment j’ai bien cru qu’elle allait me dire non et me laisser repartir sans un mot de plus. Oh, dans ce cas j’aurais quand même laissé le message, ou je serai peut-être revenu un autre jour, pour m’excuser face à face, mais ce soir je comprendrais très bien qu’il ne veuille pas me parler. Pourtant, elle finit par soupirer et me dire de patienter un moment et disparaît derrière une porte.

Je n’ose pas bouger, ni croiser le regard de qui que ce soit, bien que sentant quelques regards incendiaires sur mon dos. Ahem. Ca va être rapide je pense. Un pardon, une explication rapide et si besoin le paiement d’un quelconque dédommagement (même si mes finances sont pas des plus luxuriantes), puis je m’en vais pour ne plus jamais remettre les pieds ici. Trop de honte d’être associé à mon père de cette façon, et une envie de m’enterrer dans ma couette et de ne plus en sortir avant demain matin. Mon père n’est pas violent physiquement, pas de cette façon. Il ne se le permettrait pas, sachant très bien que ma mère irait voir la police au moindre signe de détresse de notre part à mon frère et moi. Enfin, pour moi c’est sous conditions, mais passons. En revanche, il est tragiquement intelligent, vicieux et déteste cordialement les mutants. Il sait exactement ce qu’il doit faire pour me le faire sentir, pour m’isoler, même de ceux qui pourraient m’apporter du soutien, la preuve en est ce soir: un endroit comme celui-là, où les mutants sont acceptés et où j’aurais peut-être pu trouver des gens pour me rassurer sur ma condition de mutant...Et les voilà qui me regardent comme si j’étais une des plaies d’Egypte. Il me connaît en plus, il sait que je vis mal ma mutation. Ici il a comme scier un nouveau pied de ma confiance et peu lui en importe d’ailleurs...

Finalement le patron arrive et vu son regard, je baisse à nouveau les yeux et enfonce un peu plus mes mains dans les poches de mon hoodies. Bon sang, ce que je pouvais avoir honte de cette situation. Je sais que ce n’était pas à moi, techniquement, de venir m’excuser, mais si ce n’est pas moi, aucun des types qui étaient avec moi un peu plus tôt ne le ferait. Je m’éclaircis la gorge avant de prendre la parole.

“Je venais...m’excuser pour ce qu’il s’est passé tout à l’heure. Avec les autres. Ce n’est pas de votre faute, c’est la mienne. Si ça n’était pas pour moi, mon père ne serait jamais rentré dans votre bar.” je sortis les mains de mes poches et souleva rapidement ma manche sur mon poignet gauche, pour qu’il puisse y voir l’Epsilon tatoué avant de les ranger à nouveau dans mes poches “Donc…Si vous voulez un dédommagement, je comprendrai très bien et je vous le paierai. Juste...n’en parlez pas à la police s’il vous plaît.”

Oui, il y avait ça aussi. Parce que je sais que mon père trouverait une façon de me remettre ça sur le dos, une fois de plus. Si je peux m’éviter plus de problème avec lui en payant une quelconque somme, je ne dirais pas non.
© 2981 12289 0
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 23/02/2018
Crédits : angel180886 pour l'avatar.
Métier : Charpentier
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry it went that way [Anakin Hawk]

 par Anakin Hawk le Jeu 15 Nov - 10:16

Kirk
&
Anakin
I'm sorry it went that way

Quelques secondes après l'avoir interpellé, je me rendis bien compte que quelque chose n'allait pas. Il avait le regard perdu et coupable. Il était jeune, il devait avoir dix ans de moins que moi au bas mot. A son âge, j'ai été insouciant, j'ai vécu les plus belles années de ma vie, et malgré le drame de la famille Hawk, j'ai continué à étudier et mes amis se sont chargés de soutenir mon moral pour qu'il soit toujours à flot. Pas un instant ne passait où je n'étais pas avec eux, et leur présence m'a été d'un grand secours. Aujourd'hui devant moi se tenait un jeune qui était seul, et visiblement en souffrance. Je regrettais le ton sur lequel je venais de l'accueillir.

 
Lorsque sa voix timide se fit entendre, je compris mieux où était le malaise. “Je venais...m’excuser pour ce qu’il s’est passé tout à l’heure. Avec les autres. Ce n’est pas de votre faute, c’est la mienne. Si ça n’était pas pour moi, mon père ne serait jamais rentré dans votre bar.” Alors comme ça les hommes qui étaient entrés tout à l'heure étaient menés par son père ? Un fils n'est pas responsable des agissements de son père. Je comprend qu'il en ait eu honte et qu'il soit revenu. Lorsqu'il retourna brièvement sa manche, je pus voir sur sa peau un tatouage Epsilon, avant de ranger aussitôt ses mains dans ses poches. Ce tatouage, il était mutant. Je possédais exactement le même sur la base de l'avant-bras. Mes yeux s'écartaient légèrement sous la surprise et l'étonnement. Son père était donc venu ici avec lui, pour lui faire subir cette humiliation ? Mais que genre de père peut faire ça ? Mes yeux s'emplirent de compassion pour ce jeune devant moi. Mon père à moi, tout comme ma mère, était fondamentalement bon. Ils n'ont pas vécu assez longtemps pour me voir devenir mutant, mais s'ils l'avaient su, je sais qu'ils auraient continuer de m'aimer, peut-être même aurait-ils été fiers. Ils soutenaient beaucoup d'associations, y compris celles qui aident les mutants. Je serais même certainement devenu une figure de proue pour les représenter. Rien à voir avec ce que ce jeune homme vivait actuellement. J'aurais voulu l'aider, mais comment le pouvais-je ? “Donc…Si vous voulez un dédommagement, je comprendrai très bien et je vous le paierai. Juste...n’en parlez pas à la police s’il vous plaît.” Comment pouvait-on torturer psychologiquement son fils à se point... Je posais le verre que j'étais en train d'essuyer, ainsi que le torchon sur une poignée de tiroir. Je me penchais légèrement sur le comptoir pour mettre ma main sur l'épaule de ce jeune homme. "Je n'en ferai rien, la police peut rester chez elle ce soir. Tu n'as rien à dédommager, j'ai plutôt l'impression que c'est toi qui a besoin de soutient." Enlevant ma main de son épaule, je m'en servis pour retrousser ma manche jusqu'au coude, et le laisser voir mon tatouage, Epsilon comme le sien. "Tu vois, nous avons au moins ça en commun. Ici tu n'as pas a cacher le tien au fond de ta poche."

 
Je ne pouvais pas me mettre à sa place, je ne pouvais qu'imaginer ce qu'il pouvait subir à longueur de journée. Je n'avais jamais eu à ce point préjudice quant à ma mutation. Mais hors de question quelqu'un se cache d'être un mutant dans le Cocktail Colors ! Je n'avais plus qu'à faire ce que je savais faire de mieux. "J'ai annoncé la tournée générale offerte par le chef. Qu'est-ce que je te sers ? Dis moi ce que tu aimes et je te fais un cocktail personnalisé." Je ne pouvais pas le laisser repartir comme ça, encore un peu plus meurtris par sa condition. Ici les mutant ont la paix, et il en fait partit, il a donc droit à cette paix. S'il partait maintenant après ses excuses, je m'en sentirais coupable.


CODAGE PAR AMIANTE



plan du bar:
https://zupimages.net/up/18/05/5ffl.png
avatar
Anakin Hawk
créateur
créateur
Age : 21
Messages : 406
Date d'inscription : 26/01/2018
Crédits : TAG
Métier : Propriétaire du bar le Cocktail Colors (centre ville)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry it went that way [Anakin Hawk]

 par Kirk H. Abberline le Sam 1 Déc - 16:06

I'm sorry it went that way
Un sursaut me secoue quand je sens sa main sur mon épaule et durant une seconde, la paniqu s’empare de moi. Est-ce qu’il veut me faire comprendre quelque chose? Qu’il est le patron ici? Je suis à une micro-seconde de reculer pour que sa main quitte mon épaule, très peu à l’aise avec ce genre de contact impromptu, surtout de la part de quelqu’un que je ne connais pas. Sauf que je relève les yeux et je croise son regard. Un regards avenant, compatissant, rassurant. Je me détend un peu avant de lâcher la respiration que je retenais sans même m’en rendre compte. Au moins les ennuis s’arrêteront là, ce qui est déjà bien.  Quand je le vois relever sa manche, je hausse un sourcil. Qu’est-ce qu’il fait au juste…? Puis je le vois, son tatouage, le même symbole que le mien. Un Epsilon. Mes yeux s’écarquillent face à cette découverte.

Je ne devrais pas exactement m’en étonner pourtant, un homme qui tient un bar aussi tolérant, il y avait quand même de grandes chances qu’il soit lui-même mutant. Cependant, ce n’est pas tant le fait qu’il soit mutant qui m’étonne, c’est qu’il soit du même type que moi. C’est bien le premier que je rencontre, du moins dont je sois au courant. Après tout, je ne demande pas à tous les gens que je rencontre s’ils sont tatoués et si oui de quel symbole. Déjà que je ne rencontre pas grand monde, mais si je pouvais faire illusion d’humanité le temps d’une conversation, ça m’arrangeait. J’ai un petit sourire à sa remarque, mais garde tout de même mes mains dans mes poches.

“Les habitudes ont la vie dure…”

Simple phrase pour lui faire comprendre que je comprends bien ce qu’il me dit, mais que je ne vais pas me mettre à exposer mon tatouage comme ça, à l’air libre juste parce que je le peux dans cet endroit. De toute façon, je n’ai pas exactement prévu de rester longtemps, il commence à se faire tard et demain je travaille, à nouveau, assez tôt. Je venais simplement m’excuser pour les problèmes que mon père et ses collègues ont causés, rien de plus.

Pourtant, je me retrouve encore face à une surprise quand il me propose de me faire un cocktail personnalisé. Offert en plus. Je ne sais plus où me mettre et, par réflexe un peu idiot, je recule d’un demi pas, et secoue la tête, m’éclaircissant la gorge avant de reprendre.

“Ne vous embêtez pas. Je comptais pas rester de toute façon…”

Je ne vais pas mentir, j’aimerai bien rester un peu, au moins juste pour avoir une heure ou deux où je puisse totalement oublié que je suis mutant, ce que ça veut dire pour moi, le monde dans lequel je vis d’habitude. Pourtant...je suis à la foi à l’aise et mal à l’aise ici. Mes sentant presque...un peu coupable de vouloir rester ici malgré tout. Mon hésitation doit se sentir dans la façon dont je trépigne sans pour autant faire un pas, que ce soit en direction des tabourets le long du bar ou vers la porte, lui indiquant un choix de ma part. Je dois avoir l’air bête, planté là, à regarder un peu autour de moi sans pour autant dénouer mes épaules...Quand je dis à Byron que je ne sais pas me sociabiliser...
© 2981 12289 0
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 23/02/2018
Crédits : angel180886 pour l'avatar.
Métier : Charpentier
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry it went that way [Anakin Hawk]

 par Anakin Hawk le Mer 12 Déc - 9:29

Kirk
&
Anakin
I'm sorry it went that way

Ma rencontre avec ce jeune homme me rappela le moment où j'avais rencontré l'association We Are One. Il y avait beaucoup de jeunes gens qui avaient été délaissés par leur famille, leurs amis, leur établissement scolaire... Parfois je me demande si l'humanité est prête pour accueillir les mutants. Mais c'est une question bien trop vague et je ne pense pas être le plus avisé pour m'y pencher. En tout cas si dehors ce gamin n'est pas accepté, je dois faire en sorte qu'il le soit toujours ici, quoi qu'il arrive. Je m'en suis fait la promesse, il n'y aura aucune discrimination en ces lieux. Mes parents étaient des gens justes, qui se servaient de leur notoriété et de leur énorme compte en banque pour faire avancer les choses. Je n'ai pas toute leur expérience, leur motivation, ni même leur savoir faire en matière de réception, galas... Peut-être devrais-je m'y mettre ? Mais si je prend pars à la cause mutante, ne deviendrais-je pas une cible moi aussi ? Ciblé par des hommes comme ceux qui sont entrés tout à l'heure ? Je ne sais pas... Et c'est cette indécision qui me pousse à rester neutre depuis tout ce temps. Bien sagement je suis allé me faire tatoué, parce que je pensais que c'était une façon de montrer au monde que nous n'étions pas des renégats de l'humanité. Mais quand je vois à quel point un tatouage peut faire du mal à un jeune comme lui, je me demande si c'est la bonne solution, en fin de compte.

 
Lorsque je lui proposais un cocktail, il recula comme pour partir précipitamment, effrayé à l'idée de rester, effrayer à l'idée de s'accorder quelques minutes de repos, de détente. Hors de question ! J'en faisais mon devoir ! "Hep hep hep, où vas-tu ? J'offre la boisson je te rappelle ! J'attrapais un verre plat, y déposais quelques gros glaçons jusqu'à ce qu'ils atteignent le haut du verre, puis je versais du rhum, en petite quantité pour ne pas que cela soit trop agressif. J'ajoutais mon jus de mangue, bio naturellement, on ne peut pas faire plus bio que les produits que je prépare... puis enfin je pris mon sirop de fruits rouges, que je vins délicatement ajouté à la préparation, sans mélanger, pour qu'il coule jusqu'au fond et que la couleur reste bien détachée. Et voilà, nous avions un Rhum sunrise aux fruits rouges et à la mangue. Je rappais rapidement un peu de chocolat noir par dessus pour accentuer la touche exotique, et voilà ! Je posais ça sur le comptoir, bien dans sa direction. "Maintenant que j'ai salis un verre, tu ne vas quand même pas refuser ?"

 
Je tenais à ce qu'il reste, parce que je voulais l'aider. Je sais que je ne peux pas vraiment le faire et que c'est un peu prétentieux de ma part. Je ne suis ni un de ses parents, un de ses amis, un prof, une assistante sociale, ni même une infirmière scolaire... Je suis un tenancier de bar, d'un bar tolérant. Et aujourd’hui je veux qu'il sache ce que ça veut dire que la tolérance, que d'être toléré, ou plutôt accepté, en un lieu. "Comment tu t'appelles ?"



CODAGE PAR AMIANTE



plan du bar:
https://zupimages.net/up/18/05/5ffl.png
avatar
Anakin Hawk
créateur
créateur
Age : 21
Messages : 406
Date d'inscription : 26/01/2018
Crédits : TAG
Métier : Propriétaire du bar le Cocktail Colors (centre ville)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry it went that way [Anakin Hawk]

 par Kirk H. Abberline le Ven 14 Déc - 22:45

I'm sorry it went that way
Il m’interpelle et mon cerveau est encore plus perdu quant à la décision à prendre, partir en courant pour ne plus jamais remettre les pieds dans ce bar, ou rester et prendre le temps de souffler un peu. Si tant est que je sache encore ce que ça veut dire que souffler un peu dans mon monde. Le principe je le connais, je l’envisage très bien. Sauf que ça fait des années que je vis en regardant par-dessus mon épaule, à vérifier que je n’ai personne qui a remarqué que j’étais un mutant, même avant que la population ne sache ce que sont les mutants. Puis quand ce fut révélé et que j’ai dû affronter le regard de mes parents, et même de mon frère (avec beaucoup moins de jugement dans ses yeux, plus une certaine tristesse que je n’ai pas vraiment essayé de décoder), l’enfer a commencé. Ces choses-là laissent des traces, conscientes ou non, mais elles sont là et elles dictent leurs règles dans mon cerveau. Alors oui, aussi étrange que cela puisse paraître, je ne saute pas sur une occasion de souffler quand on m’en présente une, parce qu’il faut d’abord que mon cerveau imprime que oui, je suis en sécurité ici, je suis entouré de personnes comme moi.

Mon attention est vite absorbée par ses gestes alors qu’il me prépare un cocktail sans que je ne lui ai rien demandé (il m’a prévenu pourtant). Des gestes précis, presque légers, et assurés. Des gestes de quelqu’un qui connaît son travail sur le bout des doigts et qui sait comment réduire certains mouvements pour gagner un peu de temps, ou comment organiser son espace de travail dans le même but. Je ne peux pas m’empêcher de comparer à ce que je fais moi-même dans l’entreprise de mon père. Ce n’est pas le métier que j’aurais voulu faire, mais je devais avouer que je savais ce que je faisais quand je participais au montage d’une charpente. Ou du travail du bois de charpente en général. Si j’organise ma ceinture d’outils de telle façon plutôt qu’une autre, ce n’est pas pour rien. Finalement il me tend le vers sur le comptoir et je baisse la tête, un petit sourire, très léger, sur le visage. Je m’avance finalement, posant mon sac à terre et prenant place sur un des tabouret le long du comptoir.

“Kirk. Kirk Abberline. Et vous?”

J’ai une question qui me brûle les lèvres, mais je me fais violence et la ravale, prenant le verre pour goûter le cocktail. Je sens le fond de rhum qui se mélange aux goûts de fruits et j’émets un son d’appréciation. C’est vrai que c’es bon son truc. Je ne sais absolument pas ce que c’est, mais faudra que je lui demande.

“C’est super bon, c’est quoi?” je l’écoute, puis finalement, je ne tiens plus, j’ai besoin de savoir. Il est le seul autre Epsilon que j’ai rencontré dans toute ma vie, je suis curieux, je n’y peux rien. Je baisse les yeux sur mon cocktail cependant “J’ai une question...Mais vous êtes pas obligé de répondre.” je me tend un peu et finis par demander d’une petite voix “C’est quoi votre mutation…?”

Je retiens aussi fort que je peux mon envie de justifier ma question, et miraculeusement, j’arrive à ne pas partir dans une explication à rallonge dont il n’a probablement rien à faire.
© 2981 12289 0
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 23/02/2018
Crédits : angel180886 pour l'avatar.
Métier : Charpentier
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry it went that way [Anakin Hawk]

 par Anakin Hawk le Dim 30 Déc - 12:50

Kirk
&
Anakin
I'm sorry it went that way

Je le sentis un peu gêné de prime abord lorsqu'il vu le cocktail que je lui avais fait. Il est vrai que je lui forçais un peu la main sur ce coup là. Mais je tenais vraiment à ce qu'il reste, ne serait-ce qu'un peu. Lorsque je me suis engagé auprès de We Are One, et que j'en suis devenu le premier parrain, j'ai vu pas mal de jeunes en difficulté, notamment familiale. WAO s'occupe aussi bien des mutants que des humains, il n'y a aucune distinction, un peu comme dans mon bar. C'est sans doute pour ça que j'y ai aussi bien accroché. Mais ça m'a fait tellement mal au coeur de voir tous ces jeunes en froid avec leurs familles juste pour une question génétique, ou même parfois une question d'homosexualité. Le dossier qui m'avait été présenté était celui d'un jeune mutant gay, que sa famille avait mis à la porte, et qui avait été logé quelques nuits par une tante avant d'être à nouveau mis à la porte. Heureusement que l'association dispose de locaux pour faire dormir les plus démunis. Ce jeune devant moi me fait un peu penser à ça. Son père s'amuse à l'humilier publiquement, c'est un scandale pour moi. S'il ne pouvait trouver le réconfort nul part dans sa famille, il fallait au moins que j'essaie de lui en donner ici.

 
Il posa son sac à terre et grimpa sur un tabouret de bar. Un sourire marqua alors mes lèvres lorsqu'il me donna son nom. Kirk Abberline. On pouvait alors repartir sur une base seine et propre. "Anakin Hawk, mais tout le monde m'appelle Any ! Ravi de te rencontrer." C'est vrai que ce surnom me suit depuis le lycée ! C'est plus facile de faire un surnom avec Anakin qu'avec Kirk évidemment. D'ailleurs je me demande comment ça se passe avec ses amis, s'il étudie ou s'il travail, s'il rencontre des gens ou si son père l'en empêche également... J'ai comme une envie de le prendre sous mon aile, mais je me doute que je ne suis pas forcément la meilleure personne pour ça, je ne le connais ni d'Eve ni d'Adam, je ne connais pas sa famille, et son père nous a fait une démonstration de force d'unité assez explicite il faut le dire. Je suis contre toute forme de violence, alors ce n'est pas moi qui vais tenir tête à dix mecs baraqués... Enfin, si je peux être d'un quelconque réconfort avec mes cocktails, c'est déjà ça. D'ailleurs il avait l'air d'apprécier ce que je lui avais fait. Il me demanda ce qu'il y avait dedans, c'est donc tout fier que je lui répondis "C'est du rhum avec un sirop de fruits rouges et jus de mangue, avec des copeaux de chocolats noirs. Un cocktail très exotique !" Inventer sur le coup c'est quelque chose que je sais bien faire. J'ai bien sûr des recettes que je connais sur le bout des doigts, mais je personnalise toujours en fonction du client. Bien sûr là comme il ne m'avait rien dit, j'ai improvisé, mais ça lui plaisait alors j'avais tout gagné.

 
Mais c'est une autre question qui lui brula vite les lèvres j'eus l'impression. Ce qui l'intéressait le plus, c'était de savoir quel était ma mutation. Il est vrai que j'étais moi aussi toujours curieux de savoir. Je croisais beaucoup de mutants ici, je connais la mutation de mes deux employés, mais presque jamais celle des clients. Une fois un client m'avait fait une démonstration, il était télékinésiste, et il avait joué un peu avec les bouteilles et les verres pour faire son cocktail, mais au moment du shaker, tout avait fini par terre ! quel dommage c'était bien partit ! Personnellement je ne révèle pas ma mutation en public. Disons qu'un mutant est un humain doté d'un pouvoir, mais il ne change en rien ses émotions, ressentis, phobies ou dégouts... Certaines personnes pourraient être choquées en sachant que tout ce qui est dans leur verre sort des paumes de mes mains. Biens que je sois drastique en matière d'hygiène, le ressentit immédiat est celui qu'on garde le plus longtemps, et il faut beaucoup d'arguments pour le faire changer. Alors j'ai choisi de ne pas révéler ma mutation. Du moins pas en public. "Si tu restes jusqu'à la fermeture, je te montrerai. On ferme dans une heure et demi à peu près." Mais je ne doute pas qu'il n'y ait plus personnes avant que vienne l'heure de la fermeture. En général les gens ne s'attardent pas quand il n'y a pas d’évènement spécial dans le bar, et passé une certaine heure, les clients qui entrent se font moins nombreux. Je ne demanderai pas à Kirk de me montrer sa mutation en retour. Je n'en ai pas l'intention, ni l'utilité. Il a l'air d'être assez traumatisé par sa condition de mutant, je ne voudrais pas le forcer à l'utiliser comme "monnaie d'échange"  l'air de dire "tu me montres ton don, et je te montre le mien après" non vraiment, c'est contre mon étique ou celle de mon bar. Mon but est qu'il garde un bon souvenir de cette soirée.

CODAGE PAR AMIANTE



plan du bar:
https://zupimages.net/up/18/05/5ffl.png
avatar
Anakin Hawk
créateur
créateur
Age : 21
Messages : 406
Date d'inscription : 26/01/2018
Crédits : TAG
Métier : Propriétaire du bar le Cocktail Colors (centre ville)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry it went that way [Anakin Hawk]

 par Kirk H. Abberline le Lun 14 Jan - 12:17

I'm sorry it went that way
Any...Ca me fait bizarre d’appeler quelqu’un que je connais à peine par un surnom. Sans pour autant pousser le vice à l’appeler “Monsieur”, je pense que je vais m’en tenir à Anakin. Oui, ça sera très bien comme ça déjà. Je n’ai pas pour habitude d’être familier avec les gens, pour la simple et bonne raison que je ne suis que rarement proche des gens. La seule personne avec qui je sois vraiment proche, c’est Byron. Mais peut-être que face à des gens aussi ouverts qu’Anakin ici présent, je devrais m’ouvrir un peu plus? Je ne parle pas non plus d’aller lui raconter chacun de mes petits malheurs, mais au moins de me montrer plus...Avenant disons, de reléguer l’ours qui a pris ma place à l’arrière plan de temps en temps. Il y a d’autres personnes qui sont agréables avec moi (je ne vais pas m’aventurer à dire “gentilles” car je ne connais pas leurs intentions), comme Pandora, par exemple. Peut-être qu’il serait temps que je sorte un peu de ma grotte émotionnelle? Je me détend un peu, car s’il doit y avoir un minimum de volonté commerciale dans cette histoire (ce qui serait logique, le gérant de ce bar reste quelqu’un d’accueillant et de bienveillant envers les mutant. C’est assez rare dans ma vie pour que je me force à en profiter un peu.

Je l’écoute décrire le cocktail et j’ai un petit rire quand il a terminé.

“Dans ce cas je m’en tiendrais à une seul, il est traître ce cocktail, je suis sûr qu’au bout de trois, on est sous la table.”

Je taquine, mais c’est vrai que je fais attention à ne pas perdre le contrôle bêtement avec l’alcool par exemple. Bien que n’ayant jamais été un gros buveur, déjà que perdre le contrôle sans l’aide de l’alcool est possible, mais alors avec...Et perdre le contrôle n’est franchement pas une bonne idée avec ma mutation. Alors je fais toujours très attention avec ce genre de chose, me contentant généralement d’une bière puis restant au coca ou à tout autre soft du genre.

Mais question ne trouve pas porte close, ce qui me ravi en un sens. Il est tellement rare pour moi de rencontrer d’autres mutants et alors d’autres Epsilon d’autant plus. On est ceux qui font peur, parce que nos mutations créé ou manipule quelque chose et ça fait toujours peur. Sa proposition est intéressante mais je regarde mon téléphone pour voir l’heure. Comme je travaille demain, je ne devrais pas rester trop tard…

“Oh et puis zut.” je range mon téléphone et sourit “C’est d’accord.”

Tant pis si je suis fatigué ou en retard demain, je survivrai. En attendant, je cherche de quoi parler et...ne trouve pas grand chose au final. Je finis par poser une nouvelle question, complètement bateau cette fois-ci, mais bon, c’est toujours mieux que rien.

“Ca fait combien de temps que vous tenez ce bar?” Je soupire, c’est pathétique…”Désolé, je ne suis pas très doué pour les interactions humaines…”
© 2981 12289 0
avatar
Messages : 169
Date d'inscription : 23/02/2018
Crédits : angel180886 pour l'avatar.
Métier : Charpentier
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry it went that way [Anakin Hawk]

 par Anakin Hawk le Jeu 17 Jan - 11:01

Kirk
&
Anakin
I'm sorry it went that way

Quand Kirk appris ce qu'il y avait dans son verre, il rit légèrement et annonça qu'il s'en tiendrai à un seul. Je n'avais pas mis beaucoup d'alcool dans son verre car je ne connais ni ses goûts ni ses préférences, mais il est vrai que mes alcools à moi sont assez purs. On me dit souvent que mes cocktails ont quelque chose de très spécial, comme un goût d'authenticité. Tous mes produits sont bio si je puis dire. Peut importe les gens qui jugent ma mutation, on ne peut pas dire que mon jus de mangue à connu les pesticides ! Et pour les alcools c'est pareil, il n'y a aucune fioriture ajoutée, tout ce qui n'est pas nécessaire n’atterrit pas dans mes bouteilles. La seule chose que je ne peux pas donner à une boisson, c'est la vieillesse. Voilà pourquoi je continue d'acheter du vin et du whisky. Impossible pour moi d'imiter le "vieillis en fût de chêne" cela ne fait pas partit de la composition de la boisson. Et quelque part c'est pour ça que je suis un spécialiste des cocktails, je m'amuse vraiment à en créer des nouveaux, il va bientôt falloir que je songe à agrandir ma carte. Si Kirk Souhaite goûter d'autres cocktails après celui-ci, il y aura toujours la carte des sans alcool. Cette fameuse carte qui a été poncée du regard par Byron ! Il vient souvent mais comme il n'a que 17 ans, il n'a droit qu'à celle là ! Je tendis alors a Kirk la carte des sans alcools.
"Il y a toujours de quoi satisfaire tout le monde ici ! Et ces cocktails sans alcools sont très appréciés aussi, on a même un client régulier pour eux ! C'est un youtubeur, tu le connais peut-être, son pseudo sur internet c'est BB8"
Kirk le connait peut-être, il semble assez jeune, sûrement plus jeune que moi lorsque j'avais repris le bar. Alors Youtube ça ne doit pas lui être inconnu.

 
J'étais content de voir qu'il allait rester jusqu'à la fermeture, c'était un grand pas pour moi dans ma mission du soir d'aide sociale. Disons que moi, quand j'ai découvert ma mutation, mes parents étaient déjà morts, et j'étais l'héritier d'une grande fortune, donc personne ne venait me chercher des noises, et personne n'était assez autoritaire sur moi pour me mettre la pression par rapport à ça. En plus tous mes amis trouvaient ça cool, c'est vrai qu'à cet âge on s'était mis des sacré murges... Je n'ai jamais mal vécu ma mutation. Alors voir quelqu'un comme Kirk en souffrir énormément, ça me touche beaucoup. Et le pire, c'est que je me doute bien qu'il est loin d'être seul, il n'y a qu'à voir a WAO, tous ses jeunes dans le besoin. Alors si je peux rassurer Kirk, en lui montrant qu'ici il ne craint rien, et que nous sommes pareils, ça me ferait très plaisir.

 
J'eus un léger rire lorsque Kirk tenta d'engager une conversation, en me demandant depuis combien de temps le bar était ouvert, et en s'excusant de ne pas savoir gérer les "interactions humaines" Ce qui me fit rire, c'est qu'à ce moment là, on était totalement dans une interaction non-humaine, essayant d'avoir une conversation banalement humaine. Haha, cela ne fait rien, le bar est ouvert depuis 6 ans maintenant, je l'ai ouvert en revenant de mes études, je devais être un peu plus vieux que toi, j'avais 26 ans." Se sont des souvenirs qui commencent à remonter maintenant. Quand j'y pense, je n'ai jamais connu cette peur de ne pas réussir, avec tous les chiffres que je possède en banque... J'ai tellement d'argent qu'il n'a plus aucune valeur a mes yeux. Le bar tourne tout seul sur ses revenus, même avec mes prix bas, et j'arrive encore à faire du bénéfice, même si ce n'est pas mon but. Avec tous les placements que j'ai hérité de mon père, les magasins qui lui appartenaient, les immeubles loués... La fortune s'amasse de plus en plus, mais je ne sais même pas que faire avec. Alors lorsque j'ai découvert We Are One, j'ai trouvé un but à lui donner. Et même si Kirk ne fait pas partit des jeunes de WAO, je me fais un devoir personnel de l'aider. Continuons les interactions humaines alors ? "Et toi ? Tu travailles avec la bande de out à l'heure ? Tu n'es pas étudiant ?" Ayant fait un doctorat, j'avais étudié jusqu'à mes 26 ans, et même si je sais que je ne suis pas une référence, car peu de personnes vont jusqu'au doctorat, je suis toujours étonnée de voir des jeunes travailler si... jeunes ? Enfin... C'est peut-être une réflexion de riche... Elle est peut-être là ma vraie différence, je suis un peu déconnecté du reste du monde.

CODAGE PAR AMIANTE



plan du bar:
https://zupimages.net/up/18/05/5ffl.png
avatar
Anakin Hawk
créateur
créateur
Age : 21
Messages : 406
Date d'inscription : 26/01/2018
Crédits : TAG
Métier : Propriétaire du bar le Cocktail Colors (centre ville)
Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: I'm sorry it went that way [Anakin Hawk]

 par Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum