Patient Zero

Message par Swann Weavers le Dim 1 Avr - 1:46


    Patient Zero
Swann Weavers & Nikola D. Stepanovic


Un tintement me fait plisser les paupières, j'ouvre les yeux avant de rouler sur mon matelas, attrape mon portable. Vingt minutes avant mon réveil. Je geins doucement puis me hisse sur la rambarde de ma mezzanine en m'y accoudant, observe le coin cuisine depuis la balustrade. Ça va faire presque une semaine que j'ai rencontré ce type, et une semaine que je me réveille chaque matin avant l'heure programmée sur mon téléphone, et que le petit déjeuner m'attends. Au départ, j'ai trouvé ça plutôt cool, parce que la précédente j'étais de service pour les nuits, alors disons que se faire dolorter était assez agréable. Mais là, ça commence à sérieusement me gaver. Je commence à sept heures du matin, alors la moindre des choses c'est de me laisser dormir jusqu'à cinq heure.
Hell m'observe depuis le bas de mon lit, l'air blasé. Dirk est vautré sur une des marches de l'échelle, aux côtés de Leon. Depuis sa stérilisation, il a vraiment grossi. Je vais devoir penser à emmener Jack chez le vétérinaire bientôt, à ce propos, je tiens pas à ce qu'il pisse partout pour marquer son territoire. Aria semble avoir décidé d'élire domicile sur le sac de Harry – le fameux cuisinier matinal – quand à Nouchka, elle dort sur le clavier de mon ordinateur.

J'échappe un soupir et m'extirpe de ma couchette, descends précautionneusement de mon perchoir. Visiblement, je vais devoir régler ce problème avant d'aller travailler, même s'il est apparemment l'un des rares à supporter mes chats. Ça signifie que lorsque je rentrerais du taff ce soir, personne ne m'aura préparé à dîner. Cela dit, ce n'est peut-être pas plus mal, si son séjour doit s'éterniser je vais prendre aux moins cinq kilos.

Je me laisse tomber sur la chaise après m'être enroulé dans un peignoir moutonneux, observe l'homme qui s'active au fourneaux. Harry est tatoué du Lambda sur l'omoplate droite, j'ignore s'il a vu le sigle Kappa sur mon avant-bras, mais en tous les cas, il ne m'en a pas fait la remarque.

Une assiette est posée devant moi, composée d'une omelette et de morceaux quartiers de pommes découpées. C'est tellement mignon. Presque écœurant. Il s'installe devant moi, un large sourire aux lèvres. Évidemment, au vue de la nuit précédente, rien ne risque de lui mettre la puce à l'oreille quant à ce que je vais lui dire.

- Écoute Harry...
- Rory.

Je bugg. Oui, visiblement, il est temps d'en finir. J'ai même pas été foutu de retenir son nom en une semaine.

- Ça va pas marcher, faut que tu t'en ailles.

Ses couverts claquent dans un bruit aigüe sur la faïence, je ferme les paupières en attrapant la tasse de café fumante devant moi, en bois une longue gorgée en grimaçant. Au moins, quand j'arriverais au boulot, Patrice aura été me chercher un Starbucks, ce qui est largement meilleur.

- Mais... Pourquoi ?

Je soupire légèrement, repousse mon assiette et le toise. Il a la tête d'un chat qui aurait prit une douche. Je ne peux pas lui dire que je me suis seulement lassé et qu'il n'a plus aucun interêt pour moi.

- J'aime pas les omelettes.



Installé à la cafétéria, je sirote mon latte machiatto lentement, les prunelles rivées sur un dossier grand ouvert. Il m'a fallu presque quarante minutes ce matin pour rejoindre le travail, problèmes sur la voirie, à ce qu'il paraît. J'ai dû me débarrasser au plus vite de Rory, lui faire remballer ses affaires, avaler mon café et mon omelette, me doucher, enfiler quelque chose rapidement, nourrir mes chats, puis partir. J'étais à peine arrivé que mon bipeur sonnait depuis mon sac. Ma blouse enfilée et mes cheveux attachés, je fonçais dans les couloir pour rejoindre mon supérieur, Mr Carlson. De son prénom, Drax.

Assis derrière son bureau de chêne massif orné d'une plaque d'or, un cadre légèrement tourné à ses côtés. La parfaite photo de famille du parfait homme bien sous toutes les coutures avec sa parfaite femme et sa parfaite petite fille aussi blonde qu'eux, deux azures dans les yeux à l'instar de son père. Je me suis toujours demander si son épouse était au courant qu'il était infidèle. Enfin, je suppose que ça ne me regarde pas. Il m'a ordonné d'aller jouer les pigeons à l'entrée de l'établissement pour faire le service d’accueil auprès d'un intervenant. Comme si c'était mon rôle. Il y les aides soignants ou les employés de l'administration pour ça, des personnes sans grand intérêt dont on peut se passer facilement, comme Patrice. Toujours est-il que maintenant, je dois prendre mon mal en patience, éplucher le dossier du patient qu'il m'a remit en un temps limite, et guetter l'entrée de l’hôpital depuis la vitre de la cafet. Tout ce que je sais du fameux intervenant étant une vague idée de son physique et son nom. Merci à la petite note glissée entre deux papiers.

Le patient se nomme Andrew Brown, âgé de quinze ans. Il est arrivé il y a deux jours à l’hôpital parce qu'il souffrait de violentes migraines et de crises d'angoisses. A son contact et après examen, il s'est avéré qu'il possédait le gêne mutant, et il semblerait qu'il soit en mesure de matérialiser des illusions. Il n'a pas été dépisté, ce qui peut s'expliquer par son jeune âge. La plupart du temps, les mutations ont tendance à se révéler dans ces alentours. Dans le but d'éviter des problèmes, il a été installé dans une chambre seule.

J'inspire profondément. Avoir ce genre de don ne doit effectivement pas être simple à contrôler. Bien sûr, je suis mal placé pour en parler. Je n'ai aucun contrôle sur Sis. Je suis absolument incapable de gérer ses apparitions, et incapable de le faire agir comme je l'entends. Le seul lien que nous possédons est notre rapport aux sensations communes et le fait qu'une fois de retour dans mon corps, je revis ce qu'il a vécu à la manière d'un rêve, ou d'un coma. Jusqu'alors, ça n'a jamais excédé une journée entière. Mise à part sa présence, la plupart du temps gênante, il ne m'a jamais provoqué de grave problème, contrairement à ce gosse. Matérialiser des illusions, c'est bien joli comme formule, mais si concrètement il imagine un tigre dangereux est-ce qu'un fauve enragé apparaîtra dans la pièce où il se trouve ? Après réflexion, je me demande si Drax m'a confier le soin de ce patient parce qu'il a deviné la nature de ma mutation.

Je lève la tête vers l'entrée, observe l'homme qui vient d'arriver. La photo présente dans le dossier était minuscule et plutôt pixelisée, mais il a l'air de ressembler à ça. Du moins, ce serait possible.
Je termine mon café d'une traite et jette le gobelet, avant de sortir de la cafétéria, une main enfoncée dans la poche de ma blouse, l'autre tenant le dossier contre mon thorax. Je ne suis pas de nature timide en règle général, mais quand il s'agit d'être aimable et poli envers un parfait inconnu dans le cadre de mon travail, c'est autre chose. Surtout quand je suis censé l'assister. Je m'arrête face à lui, agrafe un large sourire sur mon visage avant de tendre la main pour me présenter.

- Mr Nikola D. Stepanovic ? Je suis Swann Weavers, je suis chargé de vous assister pour aujourd'hui.

J'espère que je ne me suis pas trompé de personne, si je dois recommencer cette salutation une nouvelle fois, je vais mourir de honte.

code by bat'phanie
avatar

chronologiste
Swann Weavers
chronologiste
Age : 22
Messages : 253
Date d'inscription : 11/03/2018
Crédits : Andrej Pejic /Andreja Pejic
Métier : Infirmier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Nikola D. Stepanovic le Mar 3 Avr - 23:54

 
   

Patient zéro

   swann & nikola
 
 
 
« Docteur Stepanovic ? » Je mis un instant à comprendre ce que la personne voulait dire. L’appel m’avait surpris au saut du lit, la sonnerie s’était confondue avec celle de mon réveil, je l’avais presque manqué. Tout ça pour entendre ça. Docteur. C’était mon titre, bien sûr, en tant que détenteur d’un doctorat, mais… je n’étais pas médecin, loin de là, et les deux termes étaient trop associés dans bien des esprits pour qu’ils ne le soient pas dans le mien. « Allo ? » Je me secouai, assis au bord du lit, la tête encore endormie. Allo, oui, c’est bien moi, désolé… Vous êtes ? Mekoća vint poser sa tête sur mes genoux, attiré par ma voix et surtout satisfait de me voir réveillé, et donc autorisé à venir m’embêter. Je me levai, portable calé entre mon épaule et mon oreille, alors qu’on m’expliquait posément qu’on avait besoin de moi, qu’on avait eu mon contact via l’un de mes anciens enseignants à l’université, et que… Je m’interrompis dans la préparation du café que j’avais entamée en même temps qu’il parlait. Pardon ? On avait besoin d’un docteur en psychologie à l’hôpital ? Je fronçai les sourcils, reposai la tasse à moitié remplie et la cafetière, tout en m’appuyant au plan de travail. Vous devez faire erreur, je ne suis pas médecin ou quoique ce soit, juste… La voix s’accéléra de l’autre côté, avec angoisse et nervosité, avec inquiétude aussi et… il était démuni, il ne savait pas qui contacter du coup, et il était surtout désolé de m’avoir dérangé. Sans compter qu’il ne savait plus quoi faire, puisque le médecin venait de partir et qu’il n’était qu’un nouveau en période d’essai et que…

Je l’interrompis dans son monologue, pour lui assurer que oui, j’allais venir et que oui, il pouvait cesser de s’inquiéter. Même si c’était du coup à mon tour de ne pas vraiment savoir dans quoi j’étais en train de m’embarquer. Avaient-ils réellement d’un diplômé d’un doctorat en psychologie, ou avait-il confondu avec un docteur en psychiatrie, ce qui n’avait aucun rapport avec ce que j’étais ? Est-ce que je n’allais pas au-devant d’un quiproquo, d’une confusion, est-ce que je n’étais en pas en train de me faire complice d’une erreur médicale, d’un problème bien plus complexe et risqué, de problèmes tout simplement ? Probablement. Mais je ne pouvais pas laisser ce pauvre secrétaire perdu et anxieux, il fallait que je fasse quelque chose, que je réponde à l’appel comme je pouvais et que j’aille sur place, c’était aussi simple que cela. Un appel suffit pour l’instant à justifier mon absence au travail, je laissai un mot à l’intention d’une Polina encore endormie et courus presque pour ne pas trop le faire attendre.

Quand j’arrivai aux abords de l’hôpital, je n’étais honnêtement pas bien plus avancé. Certes, j’avais eu la confirmation que c’était bien un docteur en psychologie qu’ils avaient en tête, c’était déjà ça de pris, mais j’avais également eu la confirmation que je n’étais clairement pas le plus qualifié pour ce qu’ils souhaitaient. L’enseignant qui avait donné mon contact avait en tête l’élève que j’étais à l’époque, il y avait de cela bien trop d’années maintenant, et n’avait nullement conscience que je n’avais pas fait de psychologie pure depuis… et bien depuis mon master. Facilement. Consultant ma montre, je pris la mesure des quelques minutes d’avance que j’avais réussies à grapiller, et en profitai pour me regarder dans une des vitrines de de la cafétéria de l’établissement. Je n’avais pas vraiment eu, pris ?, le temps d’avoir une apparence soignée. A dire vrai, comme tous mes habits, ma chemise aurait eu besoin d’être un peu plus raccommodée, et mon pull également, élimé par l’âge et ses voyages en Bulgarie, en Croatie, en Europe de l’Est en somme. J’haussai les épaules, me résignai à paraître ainsi, puisque de toute manière, tout cela s’était dans la précipitation, une précipitation propre à me déstabiliser. Pourquoi avais-je accepté de venir, sans avoir pris le temps de réfléchir et de poser les pour et les contre d’une telle invitation qui ne me correspondait en rien ? Parce que je n’avais pas pu laisser mon interlocuteur dans la détresse.

Et même si j’étais bien évidemment incapable de regretter ma décision, je ne pus pas m’empêcher de la remettre, encore et encore, en question lorsque je vis un membre du personnel de l’hôpital se diriger vers moi d’un pas décidé. Un sourire, une main tendue, je la saisis après avoir vérifié que je portais bien mes gants, avec ce que je voulus être un sourire chaleureux. Mr Nikola D. Stepanovic ? Je suis Swann Weavers, je suis chargé de vous assister pour aujourd'hui. Assister ? Je ne m’y attendais pas, et en conséquence de ma surprise, je restai quelques secondes interdits, tout en continuant de serrer la main de l’infirmier. Swann. Avant de me reprendre, de la lâcher et de m’efforcer de détendre mes épaules. Enchanté, vous pouvez m’appeler Nikola, ce sera moins formel. Bien moins formel et c’était ce dont j’avais présentement besoin. Parce qu’honnêtement, je ne savais même pas ce que l’on attendait exactement de moi. On avait besoin de moi, oui, cela je l’avais bien compris. Pour aider une personne souffrant probablement d’un point de vue psychologique, cela également je l’avais intégré. Mais pour le reste… je n’avais ni le nom, ni le sexe, ni l’âge de la personne. Et encore moins la maladie dont elle était affligée. Et qui les avait poussé à m’appeler. Je jetai un coup d’œil en direction de la cafétéria.

Je… j’aurais bien besoin d’un café. Je vous en offre un ? Vous pourrez en profiter pour m’expliquer… un peu… ce qui m’amène ici ? Misère, que je me sentis ridicule en disant cela. De quoi avais-je l’air, à débarquer de cette manière dans un hôpital ? Qu’attendait-on de moi, au juste ?

 
 by marelle  
avatar

psychologiste
Nikola D. Stepanovic
psychologiste
Messages : 323
Date d'inscription : 10/02/2018
Crédits : Sundowner
Métier : Directeur artistique - docteur en psychologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Swann Weavers le Mer 4 Avr - 20:27


    Patient Zero
Swann Weavers & Nikola D. Stepanovic


Je reste quelques secondes interdit devant ledit Nikola, mon sourire figé. Il a l'air plus âgé que moi, à vue d'oeil, je dirais un peu plus que la trentaine. Pour être honnête, il a l'air assez perdu en cet instant. Plusieurs points positifs sont importants à souligner néanmoins. Tout d'abord, l'intervenant ne m'a pas prit pour une fille – ce qui en soit, est plutôt rare dans mon cas – cela m'évitera toujours d'avoir à rétablir les choses dans leur contexte. Du moins, rien n'a paru le prouver, après, je peux toujours me tromper, mais sa manière d'agir ne semblait pas démontrer de trouble à ce niveau. Habituellement, c'est quelque chose dont je me moque assez, mais dans un cas comme celui-ci, où le contexte touche à mon travail, c'est forcément mieux de ne pas avoir à se répandre en explication sur le sujet.

Ensuite, je ne me suis pas trompé de personne, et ça, c'est déjà beaucoup. Je n'ai aucune idée de la marche à suivre dans ce genre de situation, alors moins j'ai à le faire, mieux je me porte. Il semblait avoir tout de suite compris ce pourquoi j'étais venu à sa rencontre, et plus encore, il avait réagit très sympathiquement en me demandant de l'appeler par son prénom. Pour être honnête, ça m'arrange assez, j'ignore si j'ai correctement prononcé son nom de famille, alors si je n'ai pas à l'écorcher à nouveau – en supposant que je me sois monumentalement trompé – ça m'évitera de refaire la même erreur, Nikola, c'est beaucoup plus simple.

Pour finir, voilà qu'il me propose un café, et ça, ça c'est top. Qu'on me propose d'aller boire un café est plutôt sympa, qu'on me l'offre, c'est encore mieux. Les commissures de mes lèvres s'écartent une nouvelle fois, beaucoup plus grandement et sincèrement que quelques instant plus tôt.

- Dans ce cas ce sera Swann pour moi, Nikola. Je suis partant pour le café, j'ai eu le temps de lire un peu le dossier en vous attendant, je vais vous expliquer.

Resserrant le dossier contre mon thorax, je fais un signe de tête à l'intervenant pour lui indiquer de me suivre, puis tourne les talons vers la cafétéria que je viens de quitter. Je n'aime pas le café noir, même si je suis souvent obligé d'en boire le matin, faute d'avoir du lait chez moi. En revanche, j'aime beaucoup les cocktails chaud, c'est pourquoi le Starbucks à quelques mètres de la gare est un de mes lieux favoris de Newcastle, et un arrêt obligatoire pour faire passer le goût de l'amertume de celui du réveil. Cela dit, ça fait presque six mois que la grosse Patrice – l'employée de l'accueil qui semble me considérer comme son meilleur ami depuis que Sis lui à taxé une clope ; et que j'ai tenté de noyer le poisson en lui faisant croire qu'il était mon frère jumeau – se charge de me le prendre à son arrivée le matin. En soit, six, mois que je n'ai presque pas mit les pieds là-bas.
En revanche, je connais très bien la caféteria de l'hopîtal, et, quand je suis à défaut de latte machiatto lait de soja et sirop d'amande, le cappuccino vanille fait bien l'affaire. Un peu trop sucré, mais avec deux dose d'expresso, ça passe plutôt bien.

Je m'arrête près de la file d'attente, puis inspire profondément. Même si Nikola semble avoir compris ce pourquoi je me suis dirigé vers lui tout à l'heure, j'ai comme l'impression que personne ne s'est donné la peine de le briefer au sujet de sa présence ici. Drax peut bien me prendre de haut depuis son chaise confortable derrière son bureau, ou me charrier en m'affublant du petit surnom « d'infirmière » ; lui qui est clairement qualifié en temps que médecin n'a visiblement pas été foutu d'expliquer, à celui que la direction à appelé, le cas du patient dont je me retrouve en charge, avec mr Stepanovic. On me relègue au boulot d'hôtesse d'accueil, et maintenant, c'est aussi à moi d'expliquer le problème. Même si concrètement, moi, je ne suis pas beaucoup plus que le préposé aux sutures, prélèvements sanguins et posent de perfusion. Je ne fais pas que ça, évidemment. Mais autant dire les choses telles qu'elles sont, un médecin aurait été largement mieux placé.

La file avance un peu, je mordille ma lèvre nerveusement. De toute manière, je n'ai pas beaucoup d'autre choix que de lui dire ce que je sais sur le patient. En revanche, je peux toujours m'abstenir de lui dire ce pourquoi je pense que Drax m'a mit sur ce cas.

- Pour être honnête, j'ai appris que j'allais vous assister seulement à mon arrivée ce matin. J'ai eu le temps de parcourir un peu le dossier, mais je pense que les choses seront plus claires lorsque nous y seront.

J'entrouvre le dossier légèrement, y jette un œil avant le refermer, puis place une main sur mon épaule, enroule mon index dans une mèche de mes cheveux liés. Je me demande ce qui m'a prit de les nouer de cette manière. J'y ai fait des tresses. Rory à du me chambouler les idées plus que je ne le pensais. Il faut dire, aussi, que ça m'a plutôt bien occupé durant le temps de trajet.

- C'est un adolescent sujet à des crises d'angoisses. Jusque là c'est pas grand chose, mais il s'avère que c'est un mutant. Il semblerait que son don soit de générer des illusions, de les rendre tangibles en bref. Je ne l'ai pas encore rencontré, il s'appelle Andrew Brown et il a quinze ans. J'imagine qu'il n'avait peut-être même pas conscience de son don. Ce ne sont que des suppositions, mais lorsqu'il est arrivé aux urgences, il souffrait de migraines également. Donc en soit, on peut se demander si les crises ne sont pas plutôt une conséquence de sa mutation...

Je m'arrête face à la femme de la cafétéria, agite la main en guise de salutation.
- Re-bonjour Rosita, je voudrais un cappuccino vanille avec deux doses d'expresso et...

Je me tourne à nouveau vers Nikola, lui adresse un lèger sourire :
- Vous prendrez quoi ?

Il m'a proposé de me l'offrir, alors je peux au moins prendre sa commande. L'introduire, tout du moins. L'administration de l’hôpital et son organisation est vraiment douteuse, alors j'espère que je n'aurais pas à payer le prix de leur stupidité.

code by bat'phanie
avatar

chronologiste
Swann Weavers
chronologiste
Age : 22
Messages : 253
Date d'inscription : 11/03/2018
Crédits : Andrej Pejic /Andreja Pejic
Métier : Infirmier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Nikola D. Stepanovic le Dim 15 Avr - 12:06

 
   

Patient zéro

   swann & nikola
 
 
 
Pendant une fraction de seconde, j’eus l’impression d’avoir fait une bêtise. Trop de familiarité dans mon attitude, peut-être ? Ou alors peut-être ma tenue était-elle trop guindée, pas assez, tout simplement inadéquate ? Etais-je en retard, avais-je sur le visage une marque involontaire, créée par mon usage inconscient d’une mutation ? Qu’est ce qu’il clochait actuellement chez moi, pour qu’il reste silencieux, pour qu’il me regarde avec cet air interdit, presque perdu, figé, en équilibre entre deux réactions ? Pendant une fraction de seconde, j’eus la certitude d’avoir fait une bêtise. Je tentai de me rattraper, proposai un café sans grande conviction, sans parvenir à me départir de cette impression confuse d’être parfaitement hors propos. Et ridicule. Misère, pourquoi donc avais-je accepté de venir, pourquoi donc m’étais-je jeté dans ce piège évident, dans le piège évident de cet altruisme que mes parents m’avaient inculqué dès le plus jeune âge ? Pendant une fraction de seconde, je me sentis me liquéfier. Guettant une réaction de sa part, guettant n’importe quoi, mais au moins une réaction. Je me mordis la lèvre. Et enfin, enfin mon interlocuteur se fendit d’un sourire, sincère, qui me permit de respirer à nouveaux. Dans ce cas ce sera Swann pour moi, Nikola. Je suis partant pour le café, j'ai eu le temps de lire un peu le dossier en vous attendant, je vais vous expliquer. Une main nerveuse passée dans les cheveux, j’articulai à mi-voix un merci qui n’avait pas vraiment de sens, le suivis vers la cafétéria qui nous attendait un peu plus loin. Le café s’avérait être plus qu’un bon moyen d’engager la conversation et de dissiper ma nervosité, le café s’avérait – et les premières odeurs fortes le confirmèrent- être une nécessité. Nous nous intercalâmes dans la file d’attente, je pris le temps de regarder autour de moi avec attention et anxiété, cherchant sans savoir quoi un moyen de me détendre, de trouver un équilibre précaire entre mes doutes et ma bonne volonté, entre cette volonté constante de supprimer ce qui me dérangeait et la crainte de le faire réellement. Le silence était à nouveau là, entre Swann et moi. Docteur en psychologie et incapable d’entamer la conversation, je n'avais aucune crédibilité et je me demandai de plus en plus ce que je faisais là. Réellement. Pourquoi donc m’avait-on appelé moi, hein, dans cette affaire ? Pourquoi moi, parmi tant d’autres ? Avait-on réellement confondu psychiatre et psychologue, n’était-ce qu’une vaste et pas vraiment drôle blague qu’on me jouait, ou une confusion et… mes doigts allèrent chercher un peu de monnaie au fond de ma poche, un prétexte pour ne pas rester bras ballant et justifier – ne serait-ce qu’un minimum, mon silence. Pas un grand bavard, non, je n’étais pas un grand bavard. Malgré tous mes efforts, les seuls sujets que je me voyais aborder pour le moment étaient liés à la météo, à la climatisation et au chauffage de l’hôpital et éventuellement le métier exercé par Swann. Des sujets que je n’osai même pas lancer, non. Finalement, alors qu’une personne devant nous commençait à prendre son temps pour choisir, revenant sans cesse sur sa décision et provoquant une vague d’agacement dans la file d’attente, Swann finit par rompre un silence de plus en plus gênant.

Pour être honnête, j'ai appris que j'allais vous assister seulement à mon arrivée ce matin. J'ai eu le temps de parcourir un peu le dossier, mais je pense que les choses seront plus claires lorsque nous y serons. Je fronçai les sourcils. C’est… inhabituel, comme précipitation ne pus-je que faire remarquer. Nous étions tous les deux pris de court, et même si je n’avais pas un bon instinct pour toutes ces choses-là, j’avais le pressentiment que toute cette affaire cachait autre chose. Quelque chose de plus qu’un simple besoin d’un docteur en psychologie. Parce que dans les faits, je n’allais pas l’ausculter, ce patient, j’allais simplement lui parler, mes compétences s’arrêtaient là, et pour ça, je n’avais pas vraiment besoin d’un assistant. Surtout d’un assistant aussi décontenancé que moi. Non ? Je fronçai les sourcils, et quand il entrouvrit le dossier pour y jeter un œil, je ne pus m’empêcher de faire de même, d’apercevoir le visage d’un enfant, d’un adolescent, pas majeur à n’en pas douter, ce que Swann ne tarda pas à me confirmer. C'est un adolescent sujet à des crises d'angoisses. Jusque-là c'est pas grand-chose, mais il s'avère que c'est un mutant. Je sentis ma gorge se nouer, quelque part dans mon dos, le tatouage que l’on m’avait apposé quelques mois plus tôt me brûla comme pour se rappeler à mes souvenirs. Savait-il ? Le professeur qui m’avait recommandé, savait-il que… Mutant ? Une question qui n’en était pas une, je ne me fis que l’écho de ses propos. Il semblerait que son don soit de générer des illusions, de les rendre tangibles en bref. Je ne l'ai pas encore rencontré, il s'appelle Andrew Brown et il a quinze ans. J'imagine qu'il n'avait peut-être même pas conscience de son don. Ce ne sont que des suppositions, mais lorsqu'il est arrivé aux urgences, il souffrait de migraines également. Donc en soit, on peut se demander si les crises ne sont pas plutôt une conséquence de sa mutation... J’hochai la tête, sans renchérir pour autant. Ce n’était pas le moment, ni le lieu, et encore moins… les circonstances ? Quoiqu’il en soit, que l’on ait fait appel à moi pouvait avoir plus de sens, tout en perdant en cohérence. Les mutants, leurs mutations, tout cela était consigné dans mon dossier, au DCRM, et normalement, on nous avait promis une confidentialité stricte de son contenu. Et je n’avais parlé de ma mutation à personne, seules Irina et Polina étaient au courant, et… Je secouai la tête pour cesser d’y penser. Pas le moment.

Re-bonjour Rosita, je voudrais un cappuccino vanille avec deux doses d'expresso et... Vous prendrez quoi ? Un coup d’œil aux possibilités, un coup d’œil aux prix surtout, de chaque produit. Par réflexe, mon regard et mon choix s’orientèrent vers le plus simple, le moins cher, le plus discret et normal : Juste un café, sans sucre. le plus simple me retins-je même d’ajouter, dans un sourire, alors que je sortais l’appoint et le tendais à la barista dans un merci et un sourire poli. Le bonne journée ! qui réceptionna et suivit notre commande ne fut pas bien plus marqué, prononcé de cette voix douce et presque inaudible qui était la mienne, et je nous dirigeai vers un angle de la cafétaria, un peu à l’écart et surtout à distance des autres. Pas une grande affluence à cette heure-là, nous pûmes trouver sans difficulté une table sans voisin direct. Et j’attendis que nous soyons assis pour reprendre et tendre une main interrogative vers le dossier qu’il tenait. Je peux ? Je sortis mes lunettes, les posais sur mon nez d’un geste lent et précis. Je comprends un peu mieux pourquoi on a fait appel à moi, je crois. S’il est un mutant, et si le responsable connaît mon ancien professeur, il a dû penser qu’un psychologue mutant serait le plus à même de le gérer. J’offris à mon vis-à-vis un sourire crispé, sans savoir si je guettais davantage de la crainte que du mépris dans son regard. S’il a quinze ans, il n’a pas dû être dépisté… Le DCRM est-il déjà passé ? j’imagine qu’on a dû l’envoyer du côté de l’antenne dépistage… Oui, très certainement. Mais… ce n’était pas l’important. Ça, ce n’était que des formalités au final. L’important, c’était plutôt de connaître le terrain sur lequel j’allais m’aventurer. Puisqu’il n’était vraiment plus question de faire marche arrière maintenant. Swann… je dois savoir. Est-ce que cela vous pose problème ? Ma question resta en suspens le temps d’une respiration, avant que je ne la complète. Que ce soit un mutant ?

 
 by marelle  
avatar

psychologiste
Nikola D. Stepanovic
psychologiste
Messages : 323
Date d'inscription : 10/02/2018
Crédits : Sundowner
Métier : Directeur artistique - docteur en psychologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Swann Weavers le Jeu 19 Avr - 16:44


    Patient Zero
Swann Weavers & Nikola D. Stepanovic


Je me redresse sur ma chaise en lui tendant son dû, puis pose les paumes autour du gobelet de carton, fumant. Nikola à l'air plutôt mal à l'aise. Je l'observe tirer le dossier puis l'ouvrir, apposant une paire de lunette sur son nez. Je n'ai jamais fais d'études comportementales, en revanche certains signes démontrent clairement qu'il est embarrassé. Sa voix, étonnamment faible comparativement à sa carrure, lorsqu'il a remercier et souhaité une bonne journée à Rosita, ou tout simplement son regard fuyant. Soit il manque d'assurance, soit il ne se sent pas à sa place. Je ne peux pas le blâmer pour ça, cela dit. Au final, je suis exactement dans le même cas que lui. On m'a confié la charge d'un patient dont les seules informations proviennent de quelques lignes sur un dossier, et la tâche d'accueillir et d'informer un intervenant, tout aussi perdu que moi.  Je ne peux que me demander ce pourquoi on m'a relégué, moi, sur cette intervention, et encore plus en sachant que le patient est un mutant.

Je porte la boisson chaude à mes lèvres, en avale une longue gorgée. Je ne suis pas un grand fanatique de café en temps normal, en vérité, je ne l'apprécie que dilué. Je suis capable d'en boire du noir, évidemment, mais dans des cas d’extrême nécessité. Comme celui que Rory m'a fait ce matin, juste avant que je le largue. Je n'aime pas les omelettes. J'aurais probablement pu trouver mieux si j'avais eu un café digne de ce nom, et non pas un mugg empli de liquide brunâtre au goût acre.

- Je comprends un peu mieux pourquoi on a fait appel à moi, je crois. S’il est un mutant, et si le responsable connaît mon ancien professeur, il a dû penser qu’un psychologue mutant serait le plus à même de le gérer. 

Je manque de m'étouffer avec mon cappuccino lorsque la phrase percute mes connexions. Je retiens une toux en posant mon café sur la table, un peu brusquement, toise l'homme en face de moi, décontenancé. A-t-il bien dit psychologue mutant ? Non, non j'ai dû mal entendre. Peut-être est-ce un psychologue pour mutant ? Après tout, ça pourrait être possible.
Je l'observe à nouveau, attentif, capte son regard. Il m'adresse un sourire crispé. J'ai très bien entendu. C'est bien la première fois que quelqu'un m'affirme de but en blanc qu'il fait partie de ma catégorie.

Mes yeux balayent la table un instant, ma bouche entrouverte dans son trouble, sa voix étant passée en sourdine. D'un sens, je suis plutôt rassuré d'entendre que nous en sommes tous les deux venus à la conclusion qu'il n'avait pas encore été dépisté, et devait avoir été rapproché de l'antenne de dépistage. Mais que dois-je conclure de tout ça ?
Lors de mon dépistage, il y a trois ans de cela, j'ai explicitement demandé au médecin en charge que ces informations restent confidentielles. Je ne tenais pas à ce que mes collègues soient au courant, et encore moins du personnel extérieur à l’hôpital, ou même qui que ce soit d'autre. J'avais certes, eut une mésaventure il y a quelques mois de cela, quand j'avais tenté d'aller plus loin avec mon supérieur, mais je n'étais pas vraiment certain que Drax ait réellement compris ce qui c'était passé, ou n'ait pas mis ça sur le compte de la quantité d'alcool ingurgitée ce soir là.

La voix de Nikola me sortit de mes pensées, je redressais vivement la tête vers lui.

- Swann… je dois savoir. Est-ce que cela vous pose problème ? 

Mes lèvres s'entrouvrirent un peu plus, j'inspirais un instant, m'apprêtant à lui répondre, lorsqu'il reprit :

- Que ce soit un mutant ? 

Je restais la bouche ouverte quelques secondes, comme un poisson béa en dehors de son eau, soudain privé de l'usage de la parole. Pourquoi me posait-il cette question ? Avais-je traduit quelque chose en expliquant la situation tout à l'heure, une aversion ou bien une marque de haine quelconque ? Je comprenais les risques liés aux mutants et la sphère qui se composait autour. De nos jours, on entendait beaucoup de choses, la création de groupuscules de traqueurs prêts à assassiner des mutants, d'autres rumeurs parlaient même d'endroits spécifiquement réservés aux mutants, présentation du tatouage oblige comme droit d'entrée.
Bien que Sis soit du genre à clamer que nous n'avions pas à nous terrer comme des animaux, et encore moins à dissimuler notre mutation, ce n'est pas mon cas. Je suis plutôt du genre à vouloir passer inaperçu et à tout faire pour ne pas m'expose. Il s'agit là même de la raison pour laquelle je porte toujours des manches longues, afin de dissimuler le tatouage présent sur mon bras. Si j'avais eu le choix, j'aurais fait autrement. Mais mon double ne me l'a pas laissé, et me voilà marqué comme un bovin à un endroit franchement pas des plus discret.
Alors que suis-je censé dire face à cet inconnu, qui m'affirme sans pincette qu'il est un mutant, et, de surcroît, me demande si le fait que le patient que nous traitons possède une mutation me dérange.

Je jette un œil autour de nous, comme pour vérifier si personne ne nous épie, puis échappe un discret soupir avant de me pincer les lèvres. C'est bien la première fois qu'une telle situation se présente à moi.

Après un instant d'hésitation, je pose mon bras droit sur la table, redresse ma manche. J'en dévoile le sigle Kappa, tatoué juste au dessous du pli de mon coude. D'un largeur et d'une longueur d'environ trois centimètres, exposé fièrement ; le signe de mutants classés comme chronologistes.

- Je suis dans le même cas que vous, Nikola. Je me suis également demandé s'il s'agissait de la raison pour laquelle on m'a mit sur ce cas. Bien qu'honnêtement, je doute d'être d'une grande aide, même si par miracle je parvenais à contrôler ma mutation, je ne vois absolument pas en quoi elle pourrait être utile.

Je rabats ma manche, passe rapidement la main dans mes cheveux pour dégager une mèche qui s'en est échappée, puis tente un sourire, plutôt crispé.

- Alors non, le fait qu'il s'agisse d'un mutant ne me dérange pas. Mais je mentirais si je disais que ça ne me touche pas. Moi-même je ne contrôle pas ma propre mutation, une part de moi se dit que j'aurais tout à fait pu me retrouver à sa place, bien que je n'atteigne pas un niveau aussi grave. Être capable de matérialiser des illusions ? Il y a de quoi être effrayé.

J'ignore ce pourquoi je m'exprime aussi sincèrement, tout à coup. Je n'avais encore jamais rencontré de mutant jusqu'à l'ors, tout du moins, si ça a été le cas, ils se sont bien gardés de me le dire. Je ne connais même pas cet homme. Il pourrait tout à fait me mentir pour me contraindre à avouer le fait que je suis différent. Cependant, je ne vois pas quel intérêt il y aurait à se prétendre mutant. D'autant plus quand on sait les problèmes que ça engendre, et les discriminations qui apparaissent progressivement.

Je me frotte la tête un instant, puis bois une nouvelle gorgée de café.

- Est-ce que vous pensez que nous avons été mis sur ce cas uniquement parce que nous sommes... différents ?

J'aimerais pouvoir me dire que si nous nous retrouvons tous les deux à devoir nous charger d'Andrew Brown, c'est parce qu'étant mutant, ils nous estiment plus à même de gérer la situation. Cependant, une part de moi à tendance à croire que la raison serait plutôt que deux mutants sont un bien maigre sacrifice contre une ribambelle de personnel humains lambdas.

code by bat'phanie
avatar

chronologiste
Swann Weavers
chronologiste
Age : 22
Messages : 253
Date d'inscription : 11/03/2018
Crédits : Andrej Pejic /Andreja Pejic
Métier : Infirmier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Nikola D. Stepanovic le Lun 30 Avr - 16:57

 
   

Patient zéro

   swann & nikola
 
 
 
J’ouvris le dossier sans plus tarder, sitôt installés à l’une de ces tables de la cafétéria qui présentaient le double avantage d’être discrètes, dans un coin de la pièce, à l’écart et surtout entourée de tables similaires et inoccupées. J’ouvris le dossier, dans un mouvement hésitant, je pris le temps de sortir mes lunettes, d’en déplier les branches et de les poser sur mon nez, comme pour m’octroyer encore quelques secondes de répit. Des secondes bien vite dispersées. Il n’y avait guère d’informations, outre les principales – âge, sexe, raison de l’admission dans les services – et d’un entrefilet sur sa mutation estimée, sur ses applications et surtout sur les démarches déjà effectuées : rien qui n’impliquât le DCRM, contre toute attention. Mon regard se fit hésitant, incertain, interrogateur, avant que je ne le contraigne à plus de détente et de chaleur. Ce n’était pas de la faute de mon interlocuteur et, au final, peu importait de toute manière le taux de complétion du dossier : la seule nature du petit pouvait expliquer, d’une manière ou d’une autre, ma venue. Du bouche-à-oreille, un peu d’intuition… le résultat de mon dépistage, mon tatouage, ma prise de contact avec mes anciens professeurs pendant ma recherche désespérée d’un emploi stable, ces traductions que j’avais recommencé à faire pour arrondir mes fins de mois… il n’était guère compliqué, en creusant un peu dans ma vie, de trouver trace de mon appartenance à cette minorité de la population qui causait bien des émeutes. Je refusais de me cacher, je refusais de m’exposer, je voguais dans un entre-deux incertain et discret. Et aujourd’hui, ça me rattrapait. Avec raison. C’était lucide, d’une certaine manière, de confier à un mutant avec des compétences en psychologie le soin de calmer un enfant perdu, aux capacités incongrues et inconnues. Sur le papier, dans une théorie lisse et rodée, c’était ce que l’on pouvait peut-être faire de mieux. Mais dans les faits… je lançai un regard à Swann en l’entendant s’étouffer devant ma conclusion, je lui lançai un regard inquiet, de prime abord – il n’allait quand même pas s’étouffer réellement devant moi ? J’avais beau avoir le titre de docteur, j’ignorai tous des mesures de premier secours… - puis interrogatif : qu’avais-je dit pour obtenir une telle réaction ?

La réponse était évidente, même pour moi. Surtout pour moi. je la mis cependant de côté, le temps de terminer ma phrase, d’aller au bout de mon raisonnement et de ma pensée. Le dossier n’était pas complet, ou alors il n’était pas à jour : le patient devait forcément avoir été approché à un moment ou à un autre par le DCRM, en dépit de son jeune âge. Il devait, également, avoir été dépisté réellement pour confirmer la mutation, et… je m’interrompis. Brièvement. Repensai à sa réaction, et je me rendis compte que je ne pouvais vraiment pas ne pas en tenir compte pour le moment, ne pas la considérer avec la gravité qu’elle exigeait. Ma question resta en suspens une seconde, je la complétai, je l’explicitai non sans une certaine appréhension. Et le silence que j’obtins en retard accentua d’un cran encore ma nervosité. Je croisai les bras sur ma poitrine, comme pour me refermer, je les ouvris pour aller chercher le café, compenser ma nervosité en bougeant, en occupant mes mains d’une manière ou d’une autre. Je ne devais pas le forcer à répondre, et il était même particulièrement déconseillé de chercher à anticiper ses réactions, à présupposer de ses pensées. Déconseillé, contreproductif, dangereux et limité. Pourtant… le silence s’attarda, gagna en densité, je me brûlai les lèvres le temps d’une gorgée, puis d’une seconde.

Malaise croissant, bien évidemment. Avais-je fait un faux pas ? Très certainement. Après tout, le gouvernement anglais insistait depuis le début pour offrir au DCRM une neutralité exemplaire, une confidentialité exacerbée des résultats, et si le dépistage était obligatoire, la liberté était encore présente dans la possibilité de refuser le tatouage, et d’ainsi en exposer le résultat. J’en avais vu qui brandissait un lambda, un espilon ou une autre lettre grecque avec fierté, quand d’autres proclamaient leur droit au silence, à un refus catégorique d’une marque. Alors oui, peut-être ma question était-elle trop intrusive, dans une société qui voulait garder pour elle-même les opinions de chacun ? Ou alors peut-être avait-il eu une mauvaise expérience avec un mutant, et qu’il craignait que l’on remette son impartialité en question ? Peut-être considérait-il mes doutes comme une agression envers sa liberté, son libre arbitre, sa liberté de pensée, ou peut-être encore qu’il… oh. Son avant-bras se posa sur la table, manche retroussée, dévoilant un… kappa. Même si je ne me souvenais plus de la signification de cette lettre, ce n’était pas un lamba. Oh… oui… Ce n’était en rien une réponse. Mais c’était un début de compréhension du pourquoi de sa réaction. Je vois Et je voyais bien. Je suis dans le même cas que vous, Nikola. Je me suis également demandé s'il s'agissait de la raison pour laquelle on m'a mis sur ce cas. Bien qu'honnêtement, je doute d'être d'une grande aide, même si par miracle je parvenais à contrôler ma mutation, je ne vois absolument pas en quoi elle pourrait être utile. Oh. Je reposai ma tasse dans un mouvement légèrement gêné, c’était bien plus de réponse que ce que je n’en demandais et à présent, j’eus la réelle impression d’avoir été intrusif. Son sourire crispé chercha à me détendre, je lui répondis par un sourire également, voulu rassurant. Alors non, le fait qu'il s'agisse d'un mutant ne me dérange pas. Mais je mentirais si je disais que ça ne me touche pas. Moi-même je ne contrôle pas ma propre mutation, une part de moi se dit que j'aurais tout à fait pu me retrouver à sa place, bien que je n'atteigne pas un niveau aussi grave. Être capable de matérialiser des illusions ? Il y a de quoi être effrayé.

Un acquiescement. Etre effrayé par son propre potentiel, je pouvais le comprendre, je pouvais même parfaitement le comprendre. Parce que mon potentiel, j’en avais vu et utilisés les pires recoins sous les exigences d’Irina, j’avais arraché des vies, des souvenirs, j’avais arraché jusqu’aux moindres sens de l’esprit de certaines personnes. Et je continuais à le faire, lorsque je n’y prenais pas garde, me recroquevillant derrière des gants pour bloquer un contact qui n’était même pas requis pour agir. J’en profitai pour réajuster mes gants, à ce propos. Pour tirer sur mes manches. Est-ce que vous pensez que nous avons été mis sur ce cas uniquement parce que nous sommes... différents ? Sa question me sortit de mes pensées, me fit aussi remarquer que j’étais plongé dans le silence, ce silence que j’imposais si souvent à mon entourage, perdu dans mes réflexions et cette absence complète de besoin de parler, de communiquer d’une quelconque manière. Je me mordis la lèvre, remuai le peu de café qu’il restait au fond de la tasse, un peu de café signifiant que nous allions bientôt devoir y aller. Mais d’abord… Honnêtement, Swann, je n’en ai aucune idée, et je n’aime pas vraiment me fier à mes intuitions pour me faire une opinion. Ça peut tout à fait n’être qu’une coïncidence, tout comme c’est un choix qui pourrait raisonnablement avoir été fait consciemment. Je… je ne peux vous montrer mon tatouage, il… Ma main monta à mon épaule, descendis vers l’omoplate où l’on avait inscrit dans ma chair le psi des psychologistes. Et non des psychologues. Quoiqu’il en soit, nous sommes certainement les mieux placés pour tenter de le comprendre, quelle que soit notre situation à chacun face à notre… particularité. Et cette discussion prenait une direction des plus désagréables, je me levai en refermant le dossier. Nous devrions y aller, ils vont finir par nous attendre. Vous ne pensez pas ? Cette question, posée par pure politesse, attendait malgré tout une réponse de la part de Swann, ce qui ne m’empêcha pas pour autant de me saisir de la tasse vide de Swann, ainsi que de la mienne, pour les ramener au bar : la perspective de les laisser sur la table pour qu’un serveur les ramasse m’avait toujours dérangé, et malgré mes années d’errance dans les Balkans, rien n’avait changé.

Hors de la cafétéria, je fis signe à Swann de me devancer : je ne connaissais de l’hôpital que les premiers niveaux, de ceux qui avaient pu m’héberger à l’occasion d’un stage ou deux. Il y avait bon nombre d’années de cela maintenant. Et… Qu’avait dit Swann un peu plus tôt ? Je le retins in extremis, alors qu’on allait quitter le hall. Swann, je… je dois vous prévenir que je ne contrôle pas non plus. Pas vraiment. C’est sans danger, mais… si vous sentez quoique ce soit d’inhabituel dans votre esprit, éloignez-vous juste de moi, d’accord ? La seule perspective de se tenir près d’un petit mutant, de devoir potentiellement agir volontairement… Je préférai prendre les devants. Le prévenir, même si aux yeux du DCRM, ma mutation se cantonnait à la disparition de la sensation de fin, et il valait mieux pour moi que cela ne change en rien.

 
 by marelle  
avatar

psychologiste
Nikola D. Stepanovic
psychologiste
Messages : 323
Date d'inscription : 10/02/2018
Crédits : Sundowner
Métier : Directeur artistique - docteur en psychologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Swann Weavers le Ven 4 Mai - 14:08


    Patient Zero
Swann Weavers & Nikola D. Stepanovic


Bien que l'analyse comportementale du corps humain me soit inconnue, deviner que quelqu'un se trouve être mal à l'aise est, en règle générale, plutôt facile à deviner. Des regards fuyants, un léger tremblement dans la voix, l'air de vouloir être tout sauf à l'endroit présent. Il serait mentir que de dire que la tournure de notre discussion ne me rends pas moi-même mal à l'aise. Je n'ai pas pour habitude de rencontrer des mutants, et encore moins de discuter aisément de ma mutation en leur compagnie. J'ai déjà pensé, à éventuellement me rendre dans ces endroits selects de Killingworth ou Newcastle où le certificat de dépistage est demandé comme carte d'identité, parce qu'ils sont réservés à une certaine catégorie de mutants. Mais pour être honnête, je n'ai jamais osé sauter le pas. Peur d'être rejeté, de tomber sur quelqu'un de dangereux, ou tout simplement peur de parler avec des inconnus. Je vais déjà rarement en boîte gay, alors me rendre dans une boîte pour mutants ? Ce serait encore plus gênant. Il ne manquerait plus qu'il existe des boîtes pour mutants homos et ce serait le pompon.

Nikola acquiesce à mes propos en ajustant ses gants, je fronce mes sourcils un instant. Les portes-t'il à cause de son don ? J'ai entendu parler de certains pouvoirs qui seraient exclusivement tactiles. En soit, c'est quelque chose dont je n'ai jamais eu à me soucier, mais ceux qui se trouvent dans te tels cas doivent être particulièrement handicapés.

- Honnêtement, Swann, je n’en ai aucune idée, et je n’aime pas vraiment me fier à mes intuitions pour me faire une opinion. Ça peut tout à fait n’être qu’une coïncidence, tout comme c’est un choix qui pourrait raisonnablement avoir été fait consciemment. Je… je ne peux vous montrer mon tatouage, il… 

Sa main se porte vers son épaule, son geste parle de lui-même. Effectivement, ceux dans notre cas n'ont pas tous la joie d'être doublés par une entité tangible qui aime gueuler haut et fort qu'être un mutant n'est pas une tare. Encore moins le jour où nous devons nous faire tatouer. Ni choisir un endroit absolument pas pratique à dissimuler. J'imagine que le tatouage du Dr Stepanovic doit se trouver dans ces alentours. En soit, largement plus simple pour passer inaperçu.

- Quoiqu’il en soit, nous sommes certainement les mieux placés pour tenter de le comprendre, quelle que soit notre situation à chacun face à notre… particularité. 

Je hoche la tête, puis termine ma tasse d'une traite. L'heure tourne, et nous devrions déjà nous mettre en route. Mon interlocuteur semble avoir eu la même pensée que moi, et visiblement son malaise n'a fait que croître durant ses dernières paroles. Il s'empare de ma tasse et de la sienne pour les rendre à Rosita, tandis que je me lève, replaçant mes manches et ma blouse. L'avantage de tout ça c'est qu'au moins, aujourd'hui, je n'ai pas à me soucier du service de pédiatrie et de qui soudoyer pour effectuer les soins à ma place.

J'approche de Nikola – toujours posté près du bar –, ayant récupéré le dossier d'Andrew Brown au passage, je finis par répondre.

- Je suis prêt, allons-y.


Une fois sorti de la cafétéria, mon homologue me fais signe de passer devant lui. Ce que je ne peux que comprendre. S'il n'a pas l'habitude du Royal Victoria Infirmary, il est facile de s'y perdre totalement.  C'est un véritable labyrinthe quand on ne connaît pas le lieu. Moi même, dans les premiers temps où je travaillais ici, je m'y suis paumé plus d'une fois. Je m'apprête à pousser une porte lorsqu'il me rattrape in extremis, mes doigts sur le montant coupe-feu.

- Swann, je… je dois vous prévenir que je ne contrôle pas non plus. Pas vraiment. C’est sans danger, mais… si vous sentez quoique ce soit d’inhabituel dans votre esprit, éloignez-vous juste de moi, d’accord ?  

Je m'arrête un instant, l'observe. Quelque chose d'inhabituel dans mon esprit ? Si seulement j'étais capable de savoir ce qu'il l'est ou pas. Quand Sis est sur le point de se pointer c'est tout mon cerveau qui est en alerte rouge. Je me contente d'accrocher un nouveau sourire à mes lèvres, puis réponds :

- Aucun problème Nikola. Je vous laisse me suivre, c'est par là.

Je pousse enfin la porte, me hâte d'avancer vers l'aile où le patient se trouve, bien malgré moi. Ce qu'il vient de me dire me perturbe, évidemment. Qu'il ne contrôle pas son don, je le conçois et ne le comprends que trop bien. Mais techniquement, si sa mutation joue avec le côté tactile, à en déduire par les gants qu'il porte, si nous n'avons pas de contact je ne devrais rien risquer, n'est-ce pas ?

Je m'arrête devant la porte, me pince les lèvres. Mes phalanges entourent la poignée, je me tourne vers mon collègue de la journée, enclenche l'ouverture pour pousser le panneau. Mes paupières s'écartent un instant. L'adolescent est prostré sur son lit, les jambes repliées, le visage posé près de ses genoux repliés. Il a l'air fébrile, apeuré, terrorisé. Qu'a-t-il donc bien pu voir pour en être à ce stade de frayeur ?

code by bat'phanie
avatar

chronologiste
Swann Weavers
chronologiste
Age : 22
Messages : 253
Date d'inscription : 11/03/2018
Crédits : Andrej Pejic /Andreja Pejic
Métier : Infirmier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Nikola D. Stepanovic le Dim 13 Mai - 23:20

 
   

Patient zéro

   swann & nikola
 
 
 
Aurais-je pu me passer de cette mise en garde ? Très certainement. Mais… mais il y avait cette angoisse de perdre encore une fois le contrôle, il y avait la peur, la peur réelle, la peur tangible d’agir sans le savoir, sans m’en rendre compte, de marquer des esprits sans même sourciller, dans une indifférence née de l’ignorance. Aurais-je pu me passer de cette mise en garde ? Très certainement. Officiellement, mais j’ignorais combien de temps mon mensonge tiendrait à mes pertes de contrôle – je ne pouvais supprimer que la sensation de faim, potentiellement d’autres sensations, et pour des durées très courtes. Officiellement, il n’y avait rien de plus inoffensif que cette mutation psychologique, tatouée dans mon dos pour que je ne m’en impose pas la vue tous les matins. Officiellement… mais officieusement, c’était tout autre chose. Aurais-je pu me passer de cette mise en garde ? La réponse était simple, je n’avais pas le droit de me leurrer : non, je n’aurais pas pu m’en passer. Parce que ça aurait été mal, d’aller me confronter à un mutant aux capacités aussi diffuses que les miennes, aussi incontrôlées que les miennes, sans même songer une seule seconde aux conséquences que tout cela allait pouvoir avoir sur moi. Et sur le petit. Et sur cet infirmier qui n’avait rien demandé à personne, de toute évidence. Tout comme moi. Tout comme le petit… Mes yeux croisèrent les siens, j’y cherchai de la peur, de l’appréhension, de l’incompréhension, quelque chose pouvait me donner une piste sur ce à quoi il était en train de penser. Le sourire qui flotta sur ses lèvres fut de loin la réaction à laquelle je m’attendais le moins. Et celle à laquelle, naturellement, je ne m’étais pas préparé. Je ne sus tout simplement pas comment réagir, son Aucun problème Nikola. Je vous laisse me suivre, c'est par là. restant sans réponse, et me laissant même complètement immobile pendant une fraction de seconde.

Me reprenant, je le suivis dans les couloirs. C’était tout ? Aucune problème, c’était tout ce qu’il trouvait à dire ? Avais-je été trop adroit dans mes propos, trop confiant, trop assuré, avais-je paru à ce point détendu pour qu’il n’ait même pas le moindre mouvement de recul ? Ou au contraire, n’en avait-il pas tout simplement parce que la sienne, de mutation, lui assurait une protection quelconque, ou alors… Mes pensées voltigeaient sans trouver de port d’attache, comme une panique latente qui n’allait rien provoquer de bon dans les minutes à venir. Le temps de rejoindre un étage, un couloir et enfin une porte, je me contraignis à davantage de calme. C’est sans danger, lui avais-je assuré, il n’en tenait qu’à moi que ça le reste, que ça reste aussi inoffensif que ça l’était inscrit sur mon dossier. Il poussa la porte, je restais en retrait. Et laissai toute ma réserve de côté en voyant l’enfant, parce qu’il avait beau avoir déjà quinze ans, il n’était qu’un enfant à mes yeux, prostré sur son lit. Visage caché derrière ses bras et ses genoux repliés. Terrifié. Je jetais un nouveau coup d’œil au dossier pour conforter mes souvenirs, avant d’avancer. Andrew ? Ma voix résonna dans la pièce, sans provoquer le moindre mouvement de sa part. Je lançai un regard hésitant à Swann, avant de récidiver. Andrew ? Je peux entrer ? Pas de réponse, je m’octroyai donc le droit de poser un pied dans la chambre. Et de m’approcher de lui. Je m’appelle Nikola. Je suis… Je m’interrompis, prenant conscience de justesse qu’il serait sûrement malvenu de me présenter comme un psychologue. J’hésitais, suffisamment longtemps pour l’intriguer, et capter un regard dans ses bras croisés. Je suis comme toi. On m’a dit de… Comme toi, il releva instantanément la tête. Et dans son regard, je me rendis compte qu’il n’y avait pas seulement de la peur, mais plus que ça encore. Une terreur absolue, et un regard qui ne se portait pas uniquement sur moi, mais sur quelque chose, derrière moi. Un frisson glacé se répandit sur mon épaule, je me retournai d’un bond devant ma sœur, ma sœur jumelle, plus vraie que nature, qui me toisait avec morgue. Et qui n’avait aucune raison d’être là. Je voulus la repousser, mes doigts transpercèrent la brume qui disparut sans se faire prier. Je pris mon inspiration, pour contrôler la peur mêlée de surprise qui faisait battre mon cœur à toute vitesse. D’un regard, je m’assurai de l’intégrité de mes gants, d’un autre, je consultai Swann. Alors qu’il aurait fallu que tout de suite, je me reprenne, que tout de suite, je rassure le petit. Je pris mon inspiration. Pourquoi ma sœur ? S’il faisait des illusions, pourquoi avait-il matérialisé ma sœur telle qu’elle était habillée sept ans plus tôt ?

Je me forçai à sourire. Pour dédramatiser la situation. Pour qu’il ne prenne pas mon mouvement de panique comme une sanction. Je te présente ma sœur. Je ne pensais pas l’avoir invitée… c’est toi qui as fait ça ? Ça m’a fait plaisir de la revoir… Ma voix sonnait faux, mon sourire sonnait faux. Mais il fallait que ce soit juste, il fallait que tout paraisse normal, il ne fallait pas qu’il apprenne à avoir peur de ce qu’il faisait. Et il ne fallait pas que je lui apprenne à en avoir peur, non plus. Je peux m’asseoir ? Je fis signe à Swann d’entrer à son tour. Parce que revoir Irina… ça avait été revoir l’un des cauchemars que je faisais encore. Et si les illusions du petit étaient liées à ses peurs… et à nos peurs…

 
 by marelle  
avatar

psychologiste
Nikola D. Stepanovic
psychologiste
Messages : 323
Date d'inscription : 10/02/2018
Crédits : Sundowner
Métier : Directeur artistique - docteur en psychologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Swann Weavers le Ven 18 Mai - 17:10


    Patient Zero
Swann Weavers & Nikola D. Stepanovic


Ce qui se passe devant mes yeux est inexplicable, insensé. Et pourtant, pourtant, étant donné les heures actuelles, bien réel. Distorsion de la réalité, hallucination collective, ou que sais-je encore. Je ne connais pas grand chose des dons affiliés aux mutants, mais dans ce que j'ai pu en lire, ou en comprendre, cela peut partir de la plus petite chose, de la plus infime et impossible à remarquer tant elle est discrète, à la plus large et incroyable, plus qu'évidente.
J'ai lu le dossier d'Andrew Brown. Et j'ai tout à fait saisi le côté avancé et ingérable de sa mutation. Du moins, je le pensais, dans les formes en tout cas. Je l'ai cru jusqu'à ce que l'impensable se produise sous mes yeux. Je ne connais pas grand chose des dons affiliés aux mutants, mais dans ce que j'ai pu en lire, ou en comprendre, cela peut partir de la plus petite chose, de la plus infime et impossible à remarquer tant elle est discrète, à la plus large et incroyable, plus qu'évidente. Une projection inconcevable d'un être plus vrai que nature, l'air d'être fait de chair et d'os.

Une femme qui, si je ne m'abuse, semble ne pas être étrangère à Nikola. Je m'en aperçois lorsqu'il se retourne et la détaille, l'air à la fois surpris, effrayé et presque fasciné par cette étrange personne familière. Sa main fantomatique s'est levée un instant plutôt, presque transparente à ce moment, pour prendre consistance en avançant vers l'épaule du psychologue. J'ai voulu dire quelque chose pour le prévenir, mais il était trop tard. Sursautant et se retournant en un bond, il semble se figer face à cette apparition digne d'un film d'épouvante.

Mon sang ne fait qu'un tour lorsque ses prises se lèvent vers elle, la faisant disparaître de la même fluidité dont elle était apparue. Un frisson parcourt mon échine, mes doigts se posent sur l’entrebâillement. Le dr. Stepanovic semble observer ses gants un instant, puis nos regards se croisent. Il semble terrifié. Je reste prostré dans l'encadrement, le souffle court. Je ne suis vraiment pas apte à gérer ce genre de cas.

Mon collègue de la journée semble forcer un sourire, informe l'adolescent sur la personne. Sa sœur. Le fait qu'il ajoute que cela lui a fait plaisir de la revoir me laisse perplexe. Qu'en est-il ? Ont-ils coupés les ponts, ou bien, est-elle décédée ? Si le patient à la possibilité de matérialiser les membres d'une famille, ou bien des personnes décédées, alors je n'ai rien à craindre. Sherry est loin d'être une partie de plaisir, mais j'ai vécu avec lui dix-sept ans sans l'assassiner, ce qui prouve que mon self-control est plutôt bien assimilé. Pour ce qui est de mes parents, eh bien, il y aurait toujours plus sympathique, mais je devrais pouvoir gérer ça. Quant à la seconde hypothèse, à savoir qu'il parvient à matérialiser des personnes décédés, alors je ne risque absolument rien. Dans mon entourage, la seule personne qui a rendu l'âme est ma grand-mère paternelle, et je ne l'ai jamais connu.

Répondant au signe de Nikola, j'entre à mon tour dans la pièce. Il semble tenter de mettre notre jeune patient en confiance, et quelque part, je pense qu'il agit pour le mieux. Après-tout, s'il est terrorisé par ce qu'il arrive à faire, en rajouter une couche en étant nous-même terrorisé ne risque pas d'aider à améliorer la situation.
Je m'arrête à quelques pas du lit, tends une main qui se veut amicale vers lui. Je force un sourire sur mes lèvres, me présente d'une voix calme.

- Bonjour Andrew, je m'appelle Swann. Moi aussi, je suis... Comme toi. La blouse que je porte, c'est parce que travaille ici en tant qu'infirmier, mais je possède également un don qui, parfois, me provoque de mauvaises surprises.

J'accompagne ma phrase d'un léger rire, pas vraiment amusé, et davantage pour le mettre en confiance. Un rire doux, mais totalement faux, pour dissimuler mon angoisse. Le garçon m'observe, mes doigts restent cependant en suspend dans le vide, et je les range dans ma blouse, les commissures étendues de ma bouche aussi crispées que celles de mon homologue. Il porte le regard derrière moi. Je me liquéfie en sentant une présence près de mon oreille, puis des mots, cognant tout droit sur mes tympans.

- Tu n'es qu'un monstre.

Mon rythme cardiaque déraille. Je blêmis en me tournant mécaniquement, le cœur battant à cent à l'heure dans ma cage thoracique. J'aurais reconnu ce timbre entre mille. J'aurais reconnu le parfum qu'il porte entre mille. J'aurais reconnu les iris auxquels je suis confronté entre mille. Parce que tout simplement, j'aurais reconnu Jared entre mille. La terreur qui grimpe en moi me fout en vrac. Me retrouver face à lui, à ce moment précis, en cet instant. Je ne l'avais pas prémédité. Ce matin, même, quand je buvais mon café face à Rory, je ne pensais pas me retrouver nez à nez avec mon premier et unique amour. Celui qui a changé ma vie et que j'ai détruit en retour. Celui que je ne souhaiterais croiser en aucun cas, parce que ça fait trop mal. Parce que le croiser à nouveau, être confronté à lui, me terrifie.
Mais qu'est-ce qu'il fait là ? Il est bien trop tangible pour n'être qu'une illusion. Pourtant, il est habillé exactement de la même manière que celle où je l'ai croisé au bar en compagnie de sa copine. Le même polo noir qui lui va si bien, le même jean, les mêmes chaussures. La même coiffure également. Mais c'était il y a trois ans, bien trop longtemps pour qu'il n'ait absolument pas changé. Et je sais qu'il a changé. Je le sais parce qu'il arrive à Sis de passer non loin de chez lui lorsqu'il sort.

Ma poigne, tremblante, avance vers le sternum de Jared. Mais comme je l'avais prémédité, ce que je touche n'a rien d'humain. De l'air, rien de plus. Une fumée, ni plus, ni moins. Elle s'évapore, s’évanouit en emportant l'image du seul et unique amour que j'ai connu.
Je me tourne rapidement vers l'adolescent, mon sourire disparu. Une part de moi à envie de lui hurler dessus pour avoir fait apparaître celui que je redoute de croiser chaque jour lorsque je me déplace dans les rues de Killingworth ou à Newcastle. Je l'aurais probablement fait si ça avait été Sis en face de lui. Mais je sais qu'il ne contrôle pas son don, tout comme je n'ai aucun pouvoir sur les apparitions de mon double. Alors je me dois de me contrôler. C'est mon travail aussi, après-tout.

- Je... Tu... C'est toi qui as fait ça ?

Il hoche la tête faiblement, des tremblements se font sentir dans mes bras. Tout ce que j'espère, c'est qu'ils sont liés à la vague d'adrénaline qui a déferlé en moi, et non une apparition prochaine de Sis.
Je me tourne vers Nikola, la gorge serrée.

- Il doit y avoir un moyen de contrôler la mutation, qu'il puisse faire apparaître des choses plus... Plaisantes. S'il est terrifié par elle, ça peut être logique qu'il matérialise ce qui lui fait peur, ou... Ce qui nous fait peur.

Je force un sourire, une nouvelle fois, puis pose doucement la main sur l'épaule du jeune homme. Je n'aime pas les enfants, mais j'arrive à me montrer plus sympathique avec les adolescents.

- Ne t'en fais pas, nous allons trouver une solution... N'est-ce pas Nikola ?

code by bat'phanie
avatar

chronologiste
Swann Weavers
chronologiste
Age : 22
Messages : 253
Date d'inscription : 11/03/2018
Crédits : Andrej Pejic /Andreja Pejic
Métier : Infirmier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Nikola D. Stepanovic le Jeu 31 Mai - 21:57

 
   

Patient zéro

   swann & nikola
 
 
 
Elle se tenait devant moi. Avec son sourire aux lèvres, amusé, comme avant, avec de la fureur dans les yeux, des prunelles glacées me hurlant sans discontinuer tous les reproches qu’elle pouvait me faire, et me faire à juste titre. Elle se tenait devant moi, spectre de mes cauchemars, plus vraie, plus tangible, plus concrète que jamais. Nous faisions la même taille, elle me dépassait même, inexactitude tirée de mes regrets qui me hantaient trop souvent la nuit. Nous faisions la même taille, à la blondeur de mes cheveux brunis par le soleil, répondaient celle éclatante, lumineuse, de ses mèches longues. A mes lèvres entrouvertes de surprise, répondaient les siennes, pincées, mutines. A mon immobilité tétanique, répondait sa respiration, qui soulevait lentement sa poitrine à un rythme léthargique. Je tendis la main vers Irina, incapable de me retenir, je tendis la main pour l’effleurer, pour y croire, ne pas y croire, démuni face à la soudaineté de son apparition, partagé entre la lucidité et l’envie d’y croire, écartelé entre la raison et la crainte de la savoir réelle, l’appréhension de.. mes doigts la frôlèrent, elle disparut aussitôt, brisant le temps dans un hoquet étouffé. Me laissant immobile et tremblant. Je fermai brusquement le poing, fermai les yeux, aussi, alors que le temps reprenait son cours, dans les battements effrénés de mon coeur et cette panique latente qui ne demandait qu’à être relâchée, qu’à être libérée sous la forme désirée par mon inconscient : une destruction complète de tous ces souvenirs, de tout ce qui pouvait me toucher, me faire du mal… je tirai sur mes gants pour les ajuster, protection illusoire, avant de me tourner, dans un sourire crispé, vers celui à l’origine de tout cela. Je cherchai du soutien du côté de Swann, fis taire toutes les questions qui menaçaient mon calme, qui ne pourraient faire que plus de mal que de bien… soufflai péniblement quelques mots, comme si tout ce qu’il se passait ici n’était qu’une démonstration des plus attendues de la normalité du monde. Une routine, n’est-ce pas ? Je déglutis, me concentrai pour ne surtout pas transmettre ma panique, pour ne surtout pas braquer le petit, le heurter, le blesser, pour ne surtout pas lui faire croire, lui faire comprendre qu’il était dangereux. Ce n’était qu’une illusion, après tout, ce n’était qu’une simple, qu’une petite, qu’une toute petite illusion, rien, vraiment rien de dangereux. Juste ma soeur. Que je n’avais pas vu depuis quelques années maintenant, que j’avais rendue orpheline plus de quinze ans plus tôt, rien de grave. Rien de bien dramatique. Cela m’avait-il réellement fait plaisir de la voir ? Je pris mon inspiration, poursuivis en tirant une chaise, en faisant signe à Swann d’entrer à son tour. De ne pas me laisser seul, seul face à un possible retour d’Irina, ou pire, de… d’autre chose. Qu’est-ce qui guidait les manifestations du pouvoir du petit ? Je n’osai pas poser la question. Je préférai plutôt retrouver mon calme, vraiment. Pour le préserver des dégâts. Ne pas le transformer en dommage collatéral de sa propre mutation, ne pas le mettre dans une situation qui le pousserait à se défendre. Bonjour Andrew, je m'appelle Swann. Moi aussi, je suis... Comme toi. La blouse que je porte, c'est parce que travaille ici en tant qu'infirmier, mais je possède également un don qui, parfois, me provoque de mauvaises surprises. Je jetai un coup d’oeil en direction de Swann, souris à son rire, le remerciai d’un regard pour la légèreté qu’il s’imposait également malgré les circonstances, malgré le silence et la méfiance du garçon. Je me surpris à penser que tout allait s’apaiser, vraiment.

Grossière erreur. Andrew fixa Swann, je suivis son regard, me figeai face à la personne qui venait d’entrer, me levai même dans un seul mouvement, comme pour… Tu n'es qu'un monstre. Swann blêmit, mes lèvres voulurent articuler quelques mots mais ma gorge resta sèche de stupeur. Et avant que je ne parvienne à réagir, à dire quoique ce soit, la personne s’évapora à son tour, mes épaules s’affaissèrent de soulagement, mêlé de nervosité et de cette tension qui ne semblait pas vouloir me quitter. Je reculai, sans pouvoir m’en empêcher, cherchant des traces d’Irina. Je reculai, alors que ce n’était en rien ce qu’on attendait de moi, ce que l’adolescent attendait de moi, ce qu’il fallait faire. Je reculai, parce que je ne me sentis ni capable de gérer tout ça, ni capable d’y faire face. Swann posa la question qui planait depuis la première illusion. Je... Tu... C'est toi qui as fait ça ? Andrew hocha la tête, je me sentis pâlir davantage encore.

Il doit y avoir un moyen de contrôler la mutation, qu'il puisse faire apparaître des choses plus... plaisantes. S'il est terrifié par elle, ça peut être logique qu'il matérialise ce qui lui fait peur, ou... ce qui nous fait peur. Ce fut à mon tour d’opiner du chef, sans trop y croire. Toutes les mutations n’ont pas nécessairement un potentiel plaisant, je suis le mieux placé pour le croire. Et si, et si Andrew n’avait la capacité que de créer le pire, d’inspirer le pire, d’extirper le pire ? C’est logique je soufflai malgré tout, pour faire illusion à mon tour, pour rassurer Andrew, pour m’en convaincre, aussi. Ne t'en fais pas, nous allons trouver une solution... N'est-ce pas Nikola ?

Non. Je déglutis. Souris, encore. Bien sûr ! Et je voulus y croire. N’avais-je pas moi-même appris à trouver une solution pour éviter de tout détruire, pour ne pas reproduire encore et encore les mêmes catastrophes ? Je me forçai à sourire, me forçai à me détendre. C’est logique d’avoir peur, d’être effrayé face à l’inconnu, et la surprise mais je t’assure que tu n’as pas à avoir peur. Essaye de… comprendre ce que tu fais, quand tu le fais, et… Une silhouette se dessina derrière le petit. Même attitude, même démarche, même vêtement, même visage qu’un peu plus tôt. Irina… Non, ce n’était pas ma soeur, juste le rappel, la matérialisation de ce dont j’avais peut-être le plus peur. Mais ce n’était pas ma soeur, il fallait que je me le répète. Je me forçai à l’ignorer, et à recentrer mon regard sur le petit. Est-ce que tu sais… est-ce que tu arrives à sentir ce que tu es en train de faire ? C’était la première étape, après tout. Intellectualiser l’instinctif, mettre des sensations sur l’inconscient, c’était ce qu’Irina m’avait poussé à faire, dans nos courriers. Et Irina, d’ailleurs, l’ombre d’Irina, acquiesça à mes propos. Je me sentis coupable d’y puiser les mots suivants, tirés tout droit des lettres de ma soeur, des années plus tôt. Essaye de ressentir, tu as forcément un lien avec… avec elle, ou avec moi, puisque… Le regard du petit chercha mes rétines, me coupa le souffle. Irina s’avança, comme tout à l’heure, leva la main, tendant les doigts pour me toucher le torse. ... arrête, arrête ça tout de suite, éloigne-la de moi. Je me sentis déraper, dans des mots qu’il ne fallait pas que je prononce, dans une peur que je n’aurais jamais dû montrer. Je reculai, heurtai Swann, sentis ma mutation se déployer comme un réflexe défensif.

Ce n’était pas ma soeur, pas ses reproches, ce n’était pas ma soeur. Mais c’était elle, jusque dans sa démarche, dans son assurance, dans sa rancune. J’eus un mauvais pressentiment, ouvris ma blouse comme ma chemise pour dévoiler ma clavicule, obscurcie par des taches rappelant de l’encre se diluant dans un verre d’eau, l’eau étant actuellement ma peau. Et l’encre, des traces qui, au lieu de se déliter, s’assombrissaient lentement mais sûrement. Swann, re… recule s’il te plaît. Irina vacilla, s’approcha davantage. Andrew, essaye de… essaye de la rappeler. Ce n’est qu’une illusion, tu la contrôles, c’est ton esprit qui crée ça, tu es… tu en es le maître. J’essayai d’être rassurant, mais j’eus beau faire, je sentis ma voix s’affaiblir.

Parce que malgré tous mes conseils, malgré tous les conseils d’Irina, je ne parvenais personnellement pas à ressentir réellement les effets de ma mutation, juste les mouvements en surface, juste ce tiraillement que je ne parvenais pas à cesser et qui m’indiquait que j’étais en train d’agir. De détruire. Quelque chose. Quoi ? Je l’ignorai, je l’ignorai vraiment. Certainement ce que mon inconscient jugeait présentement comme étant le plus dangereux. Le plus agressif. Irina vacilla. Et le petit hoqueta. Je ne sens plus rien ! Je ne la sens plus... Sa voix rauque et pourtant si juvénile me fit sursauter. Je me tournai vers Swann, à nouveau à la recherche d’un peu d’aide : à côté de lui se tenait l’homme de tout à l’heure.

Spoiler:
Le "je ne sens plus rien", dans ma tête, c'est que Nikola a détruit le lien entre Andrew et ses illusions :hihi: genre, il perd le contrôle et elles ont une autonomie pendant quelques secondes :hihi:
 
 by marelle  
avatar

psychologiste
Nikola D. Stepanovic
psychologiste
Messages : 323
Date d'inscription : 10/02/2018
Crédits : Sundowner
Métier : Directeur artistique - docteur en psychologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Swann Weavers le Mar 12 Juin - 11:35


    Patient Zero
Swann Weavers & Nikola D. Stepanovic


L'esprit embrumé, le corps tremblant légèrement, je me force à serrer les poings quelques secondes pour calmer le frémissement de mes membres. La seule chose que je souhaite en cet instant précis, c'est que cette sensation soit simplement due à ma confrontation inattendue avec Jared. Je ne peux clairement pas laisser Sis apparaître, pas maintenant. Le fait que mes homologues soient au courant de ma condition en tant que mutant n'est néanmoins pas une excuse. Le fait de me dupliquer pourrait être un avantage si mon double et moi-même étions totalement similaires. En l’occurrence, il risque bien plus d’aggraver les choses plutôt que de les atténuer.

Je pose mon regard sur Nikola, mon sourire quelque peu figé. Il a approuvé à ma théorie, en affirmant qu'elle était logique. Après tout, ce serait tout à fait plausible que la peur soit l'élément déclencheur, sa mutation étant de créer des illusions, le lien entre l'apparition d'hallucination effrayante pour les autres suivrait de lui-même. Le fait que mon collègue acquiesce à mes propos et lui réponde avec enthousiasme me rassure quelque peu, du moins, le temps d'une seconde. Jusqu'à ce qu'il s'arrête dans sa phrase, et que ses yeux se fixent sur la silhouette fantomatique de tout à l'heure, l'air d'être encore plus tangible qu'elle ne l'était plus tôt. Son nom est prononcé, à l'instant même où mon bras se met à trembler derechef.
J'agrippe mon poignet, les dents serrées. Irina, il semblerait qu'il s'agisse du prénom de la femme. La sœur du dr Stepanovic, si je me réfère à ses dires. Je reste interdit devant la scène, tente de focaliser mon attention sur l'adolescent. Sa panique est palpable, presque contagieuse. Son regard se creuse en observant la silhouette ainsi que mon homologue, les épiant tour à tour, comme si le fait d'en occulter un pourrait faire disparaître l'autre. J'approche de quelques centimètres, écoutant les mots de mon collègue.

Il tente de rationaliser les choses, de faire comprendre à Andrew que s'il peut ressentir les projections, alors il doit pouvoir les contrôler. En soit, son approche est claire, précise et tombe sous le sens. Pourtant, je ne sais que trop bien le gouffre qui existe entre le fait de ressentir et de contrôler une apparition. Cela fait des années que je vis en pleine connaissance de ma mutation, en sachant pertinemment ce que les actions de l'un ou de l'autre possède comme répercussions, cependant, je n'ai jamais réussi à faire agir Sis comme je le souhaitais. Mon double à toujours été rebelle face à moi, notre différence s'est concrétisée avec les années et mes choix de vie, si bien qu'à présent, nous n'avons rien de plus en commun qu'une apparence et des ressentis.

Lorsque mon regard dévie sur Nikola, la panique à prit place sur son visage. Il recule, me bouscule sans le vouloir. Mon corps s'agite d'un spasme désagréable, un frisson parcours ma colonne vertébrale. Ma respiration se bloque instantanément lorsque je croise le regard d'Andrew, mon aorte cogne brutalement ma cage thoracique. J'ai l'impression que je vais tomber dans les pommes. Des étoiles noires semblent s'agiter devant mes yeux, porte la main sur mon front en tentant de reprendre pied à terre. La voix de mon collègue qui me sommes de reculer me semble lointaine, perdue à des milliers de kilomètres. Je suis prêt à m'exécuter et pourtant, mes membres sont brutalement ankylosés dans une douloureuse léthargie. Mes neurones et connexions synaptiques semblent être entrées en ébullition. Une migraine point de parts et d'autres de mes tempes, comme si l'on venait subitement d'y enfoncer une aiguille à tricoter des plus affûtée.

Je geins légèrement lorsqu'une nouvelle douleur se déploie du sommet de mon crâne à ma nuque, le sentiment d'y sentir une main glaciale m'arracher un épiderme invisible suivant cette affliction. Je recule d'un pas sans vraiment le vouloir, laissant mon bras en suspends dans le vide. Le souffle me revient aussitôt, mon cœur s'emballe. Nikola se tourne vers moi, ses pupilles lorgnant quelque chose à mes côtés. Mon sang ne fait qu'un tour lorsque je suis la direction de sa vision.

À nouveau, Jared se trouve à mes côtés. La voix d'Andrew résonne encore dans ma tête. « Je ne sens plus rien, je ne la sens plus ». Qu'entend-il par là ? Est-ce que cela veut dire que les illusions s'apprêtent à s'enfuir ou bien est-ce que cela induit qu'elles échappent à son contrôle ?

La réponse se fait savoir d'elle-même lorsque les appuis puissants de mon ex petit-ami frappent vivement mes épaules, avec l'impact d'un véritable corps. Je me sens basculer vers l'arrière un quart de seconde avant de reprendre pied, davantage atteint par une impression de choc qu'un coup à proprement parlé. Ma respiration se bloque une nouvelle fois, je baisse les yeux vers mon thorax pour y voir apparaître des traces noircies, semblables à de l'encre étalée. Mon regard croise celui du fantôme, je recule vivement, terrorisé. J'aurais préféré croiser n'importe qui ce jour là, ma mère, mon père, même mon frère. J'aurais pu tout affronter. Mais pas Jared. Pas son regard et sa manière de me faire comprendre que je ne suis rien de plus qu'un monstre. Le dégoût que je vois dans ses yeux me prend à la gorge, au point de m'arracher tout mon souffle de vie.

Une voix retentis néanmoins à ma gauche, tout près de mon oreille.

- Ne reste pas là abruti.

Avant même que je n'ai pu saisir ce qu'il m'arrive, je sens que l'on tire brusquement mon bras gauche, comme pour me dévier de la trajectoire de l'illusion. Je me rattrape de justesse à la tablette près du lit d'Andrew, relevant le regard vers l'endroit où je me trouvais un instant plus tôt. Sis à prit ma place, vraisemblablement bien moins paniqué que moi. Sa main se pose sur le bras de Nikola, la silhouette de la femme réapparaissant à ses côtés également.

- Toi aussi, tu devrais bouger de là. Je ne suis pas persuadé que ce soit une bonne idée de les laisser vous toucher.


Spoiler:

Je résume au cas ce ne serait pas très clair '^' :

L'ubiquité de Swann commençait à s'activer lorsque Nikola a utilisé sa mutation, il n'a pas vu son double arriver parce que tout s'est condensé en un seul moment et qu'il n'a vu que Jared, Swann² a fini par arriver pour le pousser de la trajectoire de l'illusion et tente de faire de même pour Nikola puisqu'Irina est à nouveau apparue, wala :red:
code by bat'phanie
avatar

chronologiste
Swann Weavers
chronologiste
Age : 22
Messages : 253
Date d'inscription : 11/03/2018
Crédits : Andrej Pejic /Andreja Pejic
Métier : Infirmier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Nikola D. Stepanovic le Ven 29 Juin - 0:07

 
   

Patient zéro

   swann & nikola
 
 
 
Le contrôle. Qu’y-avait-il de plus important, à cet instant, que le contrôle qu’on pouvait avoir, tous les trois, sur notre corps, sur notre mental, sur nos pulsions, nos instincts, nos envies et ces capacités qui malmenaient notre ADN, nous rendant plus dangereux que quiconque. Le contrôle, il n’y avait rien de plus important que le contrôle. Et pour un diplômé en psychologie, un docteur en psychologie, il aurait été fou d’oublier à quel point le moindre petit détail pouvait prendre de l’ampleur, dans les circonstances adéquates. Montrer la peur qui me tenaillait face à Irina était aussi dangereux que la masquer dans son intégralité, contrôler mes sourires, mes angoisses, était aussi dangereux que de leur laisser champ libre, rester silencieux était aussi dangereux que me faire trop volubile dans mes propos… Il fallait que je me contrôle, il fallait que je me concentre, ce n’était même pas envisageable de ne pas le faire. De ne pas y parvenir. Ce n’était pas envisageable, parce que j’étais déjà en déséquilibre et qu’il était hors de question que dans mes errances, je bouscule également les deux autres mutants présents dans la pièce. Je pris mon inspiration, chassai de mon regard le fantôme d’Irina, me forçai à respirer. Sourire aux propos de Swann, qui avait semblait-il bien plus les pieds sur terre que je ne pouvais les avoir. Sourire, également, au petit, pour ne surtout pas l’effrayer. Rester calme, rester lucide… Je m’efforçai de sourire, de me détendre, ne rationaliser ce qu’il se passait pour mieux décortiquer ce qu’il fallait faire. Pendant une fraction de seconde, j’eus la folie de croire que tout allait bien se passer : la silhouette de ma sœur se découpa une seconde fois dans la pièce. Ce n’était pas Irina, malgré le murmure qui se faufila aussitôt hors de mes lèvres, je voulus cesser de la regarder, mes rétines se posèrent sur le petit. Rationaliser. Décortiquer. Ressentir, c’était le premier pas, et c’était ce qu’Irina elle-même m’avait forcé à comprendre et à faire. Essayer de savoir ce que l’on faisait, quand on le faisait. On ne pouvait pas créer sans contrôler, on ne pouvait pas émettre sans ressentir, nos pouvoirs étaient les nôtres, le contrôle était lové au cœur de notre mental, au cœur de nos sensations. Que m’avait écrit Irina, déjà ? Que tout cela n’était qu’un muscle demandant à être entraîné, que des sensations ne demandant qu’à être découvertes, apprivoisées et cajolées ? Les yeux rivés dans ceux du petit, je cherchai ma voix la plus douce, la plus ferme, la plus confiante pour mieux le mettre lui en confiance. Un bien bel espoir, une bien belle tentative. Vain et vaine tous les deux. Lorsqu’Irina s’approcha, tendit la main dans ma direction, je cédai à la panique, brutalement, saccageant tous mes efforts sans pouvoir me retenir. Je voulus retrouver mon équilibre du côté de chez Swann, je ne pus que le heurter dans mon mouvement de reculer, dans mon mouvement de fuite, et tout ce que je demandais à Andrew, tous mes beaux discours de contrôle, de ressentir, et d’absence de peur, tout cela vola en fumée lorsque je sentis au fond de moi ma mutation réagir comme un réflexe de défense, comme une autoprotection enclenchée par ma panique, par l’inquiétude de retrouver ma sœur, comme un interrupteur basculé pour libérer un instinct primaire, sauvage, irrationnel.

Incontrôlable. Elle se déploya, sans limite, sans que je ne parvienne à la retenir. Elle se déploya, réflexe défensif, un regard à ma clavicule m’apprit qu’un tatouage la recouvrait, rongeait mon épiderme sur mon épaule, se répandait sans donner signe de rétractation. Ma respiration s’accéléra : il ne fallait pas que Swann m’approchait, il s’agissait de limiter les dégâts, il s’agissait de me mettre en quarantaine, de fuir, de… Je tentai de calmer un Andrew auquel je transmettais ma panique, je tentai de trouver une solution, en vain. Irina vacilla, le petit hoqueta, et derrière mon allié se trouvait à nouveau l’apparition qui lui était attachée, devant mes pupilles dilatées d’inquiétude. Une inquiétude qui ne put que croître lorsque l’apparition percuta le réel, propulsa Swann que je tentai par réflexe de rattraper ; réflexe inutile puisqu’il reprit bien rapidement ses appuis et son équilibre. Swann ! Je joignis les mains avant de les séparer, comme pour mimer ce que je voulais que ma mutation fasse, séparer, éloigner les illusions, un concept futile puisque je ne touchais que les psychés. Et que les psychés n’étaient pas à ma portée consciente à cet instant. Que pouvais-je faire ? Rien, si ce n’était empirer les choses. Et c’était ce que je faisais, d’ailleurs. C’était…  je me décalai pour faire rempart entre l’homme apparu et Andrew, et… Je clignai des yeux. Ne reste pas là abruti. Je voyais double ou… Mais non, ma mutation s’apparentait à de la destruction, uniquement à de la destruction : je ne créais rien, contrairement à ma jumelle, je ne créais rien, contrairement à Andrew, je me contentais de détruire, de piétiner, et de ne pas comprendre. De ne comprendre ni comment tout cela fonctionnait réellement, ni ce qui était en train de se produire sous mes yeux, dans une duplication de l’infirmier que je n’avais pas vu venir et qui, pourtant, était belle et bien là. Sous mes yeux. Un double réel, un double indépendant, un double tangible, comme me le confirma sa main posée sur mon bras pour me tirer hors de la trajectoire d’Irina, réapparue, encore, à proximité de ma terreur. Toi aussi, tu devrais bouger de là. Je ne suis pas persuadé que ce soit une bonne idée de les laisser vous toucher. J’acquiesçai, avant de jeter un regard à Andrew. Terrifié. Recroquevillé sur lui-même, mains plaqués sur les oreilles, yeux fermés, comme pour nous faire disparaître, comme pour mieux me montrer l’étendue des dégâts causés. Je secouai la tête. Ce n’est qu’une illusion, elle ne peut pas me faire du… Mes rétines accrochèrent les traces laissées par un contact sur la poitrine de l’infirmier. Et la fin de ma phrase mourut dans ma gorge. Je répétai, pour m’en convaincre. Ce n’est qu’une illusion, tout cela n’est qu’une vaste illusion. Née de nos peurs, nourrie par la capacité d’Andrew, mais juste une illusion, rien qui ne puisse… Je m’interrompis, l’œil attiré par un mouvement Andrew, alors qu’Irina et l’autre apparition cherchaient à nous acculer dans un coin de la pièce, nous forçant à reculer et à nous éloigner de la porte. Le lien, tu parlais d’un lien… il a disparu Je déglutis, additionnant sans y penser les éléments de l’équation, la résolvant, comme une douleur dans la poitrine. J’avais brisé le lien. J’avais, vraisemblablement, détruit ce qui reliait le mutant à ses créations, et le contrôle qu’il était supposé avoir sur elles. Je fermai les yeux, le temps de respirer. Swann, je… les illusions ne peuvent pas se maintenir longtemps toutes seules, non ? Je… Lequel des deux était Swann, et pourquoi, pourquoi y-avait-il deux illusions matérialisant ses angoisses ? Avait-il peur de lui-même, ou… Irina vacilla.

Devint translucide. Et finit par disparaître, comme évaporée. L’autre, celui qui avait traité Swann de monstre, disparut également. Et le jumeau, lui, resta. Je jetai un coup d’œil en direction d’Andrew, toujours terrifié, sans aucun progrès, sans aucun de ses progrès qu’on avait attendu de moi. Etais-je capable de l’aider ? J’en doutais, à cet instant, j’en doutais très fortement. Mes mains, tremblantes, réclamaient que je fuie, que je fuie loin de cette pièce, loin de l’hôpital, loin de tout contact humain pour mieux reprendre le contrôle. Mais mon regard accrocha, encore et encore, les deux Swann face à moi, indifférenciables à mes yeux. Perturbant. Revint sur Andrew, qui chancelait. D’un bond, je me précipitai sur lui, plus par réflexe et par besoin d’une diversion que par réelle lucidité. Andrew ! Il s’effondra comme poupée de chiffon, je pris son pouls avec inquiétude, le trouvant sans problème, tout comme sa respiration. Il est inconscient, il faut… il faudrait prévenir le personnel soignant et… Le jumeau de Swann n’avait toujours pas disparu. La coupure que j’avais faite sur ses illusions était-elle à ce point définitive pour que même l’inconscience du petit ne la supprime pas. D’un index tremblant, j’essayai de désigner celui que j’estimai être la copie. Comment… comment se fait-il qu’il soit encore là ? Normalement… Oh… oh mais qu’est-ce que j’ai fait… Je reculai dans un coin de la pièce, craignant de perdre davantage encore le contrôle.

Et incapable de retrouver la moindre lucidité. Il fallait appeler les infirmiers et les médecins, oui, mais il y avait déjà un infirmier sur place. Il fallait que je m’isole, que je me recroqueville sur moi-même, que je tente de sentir l’action de ma mutation pour mieux la réprimer, oui, mais j’ignorai jusqu’à la nature exacte de la suppression que je venais d’effectuer. J’ouvris ma blouse, remontai ma manche pour dévoiler mon épaule tatouée, à l’encre noire, si noire et si mate que je ressentis le besoin paniqué et douloureux de la comparer aux autres tatouages qui ne s’effaçaient pas. Les autres suppressions définitives, semblait-il, que j’avais pu appliquer. Je crois que j’ai fait quelque chose de mal… de très mal…

 
 by marelle  
avatar

psychologiste
Nikola D. Stepanovic
psychologiste
Messages : 323
Date d'inscription : 10/02/2018
Crédits : Sundowner
Métier : Directeur artistique - docteur en psychologie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Swann Weavers le Lun 16 Juil - 20:56


    Patient Zero
Swann Weavers & Nikola D. Stepanovic

Mes lèvres restèrent entrouvertes un instant, face à Sis, à Nikola, aux illusions. Jared, la femme. Que risquait-on s'il s'agissait d'illusion ? A priori, rien. Seulement, le fait qu'elles soient tangibles à ce point, indépendantes de la volonté de leur créateur, les rendait dangereuses, d'apparence du moins.
Seulement d'apparence. C'est ce dont je tente de me convaincre lorsqu'elle se mettent à avancer vers nous, nous forçant à reculer vers un coin de la pièce. Une illusion n'a pas de matière, pas de forme. Elle n'a pas de contact, contrairement à une duplication. Sis est une duplication de moi-même, pas une illusion. Jared et l'inconnue sont des illusions.

Mais s'ils sont malveillants, si leur corps n'est pas constitué de matière, si, tout simplement, les cellules ne représentent en rien des matières, qu'est-ce qui les empêcherait de venir planter leurs mains fantomatiques au sein de notre thorax et de venir arrêter notre aorte dans une caresse glaciale ? C'est un cauchemar. J'ai l'impression d'être dans un film d'horreur.
Mon regard se porte vers Andrew, recroquevillé sur lui-même, la tête dans les mains. Le docteur Stepanovic a-t-il usé de sa mutation pour faire disparaître le « lien » entre l'ado et ces hallucinations plus vraies que nature ?

Je sursaute lorsque le psychologue s'adresse à moi, tourne la tête vers lui. Comment pourrais-je savoir combien de temps une illusion peut avoir son indépendance ? Visiblement, il en a déjà perdu le contrôle alors j'ignore complètement comment...
Jared disparaît, s'efface comme un mauvais rêve, à l'instar de la femme de tourments de mon collègue. Ma gorge se serre un instant, mon premier réflexe est de regarder autour de moi, comme pour vérifier qu'ils ne se sont pas cachés quelque part. Mon regard se braque ensuite sur Sis, imperturbable. Il a la tête de quelqu'un qui se fait incroyablement chier, comme si on l'avait tiré d'une nuit de sommeil trop tôt à son goût.

Je grimace avant de reporter mon attention sur l'agitation à mes côtés, trop lentement pour intervenir aussitôt, assez rapidement pour voir Andrew s'effondrer, Nikola aux aguets. Il semble prendre son pouls. Ma respiration se bloque quelques secondes. Il y a quelque chose d'étrange, d'anormal.
Lorsque Sis est présent, les sensations sur mon corps ont quelque chose d'étrange, légèrement, mais assez évident pour que je les ressente. Comme un écho à toutes les sensation, une sorte de réflexion de chaque molécule contre un épiderme dédoublé. Je respire en doublon, ressens les choses comme une sorte de milk-shake particulier entre mes propres perceptions et les siennes. Mais pas aujourd'hui. Je ne ressens rien de tout ça. Je me sens on ne peux plus normal, et je crois que c'est bien ça, le plus inquiétant.

Sis me dépasse rapidement, avance vers le lit du garçon tandis que mes pas s'agitent faiblement dans sa direction. Appeler le personnel ? Non, non, c'est impossible. Pas tant qu'il est là. Très peu de membres de l’hôpital sont au courant de ma mutation, et je tiens à ce que ça reste ainsi. Je ne veux pas être un monstre de foire, et encore moins considéré comme une sorte de rebut tellement incapable qu'il est obligé de se dédoubler pour se rendre utile.
Je suis infirmier, je peux gérer ce genre de cas, d'autant plus pour l'inconscience. Une piqûre d'adrénaline suffirait à lui faire rouvrir les yeux, mais nous risquerions de réveiller, non seulement lui, mais également les illusions qu'il provoque.

Alors que faire face à une telle situation ? Si je n'agis pas maintenant, et vite, le risque d'un coma probable ne serait pas écarté. Il n'y a rien qui indique qu'il ne s'agit pas d'un simple malaise, mais je ne peux pas courir le risque de mettre la vie de l'adolescent en jeu. Le réveiller pour le plonger ensuite en coma artificiel ? Si je fais ça sans l'avis d'un médecin, je risque gros. Non seulement, ce serait dangereux, mais ça risquerait de me coûter mon poste. Et je ne peux pas rester sans réagir.

Avant même que je n'ai pu esquisser le moindre mouvement, Sis, l'air beaucoup plus serein que moi, viens d'enrouler le bracelet de tension autour du bras du patient. Ce qui, en soit, est plutôt judicieux.

Je lève la tête vers Nikola lorsqu'il prend la parole, me pointant du doigt, parlant au produit de ma mutation. Il y a quelque chose d'anormal, je le sens jusque dans mes entrailles. Mais visiblement, ça n'a pas l'air de choquer Sis plus que ça. Ou bien il est simplement concentré.

- Je... Ça ne vient pas d'Andrew. J'ai un don d'ubiquité assez particulier...

Mon reflet fronce les sourcils en allumant le tensiomètre, je regarde les chiffres défiler quelques secondes en approchant du lit d'Andrew, cherchant frénétiquement le thermomètre dans ma poche avant de le coincer sous son bras, tente de d'allonger le corps inerte sur le matelas.

- C'est moi la mutation.

Je jette un œil à mon homologue, qui reste prostré à côté de l'appareil. Je lorgne le chiffre, pince les lèvres en observant la 7.6 de tension. Je devrais appeler un médecin. Mais quoi, un chirurgien ? Un cardiologue ? Un neurologue ?
J'attrape le thermomètre, puis le range aussitôt dans ma poche. Il n'a pas de fièvre. Est-ce que cet événement est arrivé suite au choc ?

Je m'approche de mon collègue, pose la main sur son bras comme pour le rassurer. « Qu'est-ce que j'ai fait » « J'ai fais quelque chose de mal », Ce sont ses mots. Est-ce qu'il serait à l'origine des événements qui viennent de se produire ? Si oui, alors ça change complètement la donne.

- Nikola, est-ce que c'est votre mutation qui a provoqué tout ça ? Si c'est le cas, vous n'avez pas à vous en vouloir, mais vous devez me le dire, si nous n'agissons pas vite, il risque de tomber dans le coma et je ne peux pas prendre le risque de le réveiller tant qu'on n'en sait pas davantage.

Un bruit attire mon attention, puis je tourne la tête, observe mon double en train d'avaler une gorgée d'eau. Que je ne sens pas. Comment est-ce possible ? Je devrais ressentir la sensation du liquide dans ma trachée, je devrais en avoir le goût. Pourtant, c'est avec des yeux interloqués que j'observe ma réflexion reposer la bouteille d'eau sur le meuble où elle se trouvait.
Je me tourne une nouvelle fois vers le dr. Stepanovic, l'observe un instant, les lèvres entrouvertes. Je n'ai pas senti Sis arriver tout à l'heure, je ne ressens pas l'écho des sensations habituelles qui nous sont propre, comme s'il était jumeau tangible et totalement indépendant de moi. Mais pour combien de temps encore ?

- Nikola... En quoi consiste votre mutation ? Combien de temps fait-elle effet ?

Ma main vient se loger dans ma poche un instant pour appuyer sur mon bipeur, et de ce fait prévenir mon chef de service. Drax est au courant de ma mutation, même s'il ne l'apprécie pas. Il saura quoi faire, bien plus que moi.

code by bat'phanie
avatar

chronologiste
Swann Weavers
chronologiste
Age : 22
Messages : 253
Date d'inscription : 11/03/2018
Crédits : Andrej Pejic /Andreja Pejic
Métier : Infirmier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Patient Zero

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum