Caught in the act

Message par Swann Weavers le Mar 20 Mar - 1:35


 caught in the act
Swann Weavers & Hedwige Nelson

Une heure du matin. Une heure du matin et je suis enfermé depuis quarante minutes dans une salle de bain, à vider la bouteille de vin blanc que j'ai ramené pour la soirée, assis dans la baignoire. Je sais même pas ce que je fais là, qu'est-ce qui m'a prit de dire oui ? Je n'apprécie même pas ce collègue. Je me suis laissé attendrir en voyant ses yeux de chiens battus lorsqu'il m'a demandé si je voulais bien venir à sa fête d'anniversaire. Ses trente ans, il me semble. Je le connais même pas si bien que ça, on a déjà discuté à la pause café, et une fois j'ai fumé une cigarette avec lui parce qu'il me le proposait – et que c'était toujours mieux que d'assurer les prélèvements urinaires en pédiatrie. Tout ce que je sais, c'est qu'il s'appelle Joshua et qu'il porte des fringues de Primark qui en général se résument à des polos et des jeans.
Je pousse un soupir, avale une goulée de vin, au goût de vodka-redbull. Je ne voulais pas venir là, à la base. J'avais un sale pressentiment, et j'avais raison. Sitôt entré, mon collègue m'a alpagué en me contant combien il était heureux que je sois venu, ce à quoi j'avais répondu que je m'excusais de mon retard avec un large sourire. Jusqu'à ce que je l'entende dire qu'il devait me présenter quelqu'un, et que je le vois se pointer à l'autre bout de la pièce, avec le bras autour de l'épaule d'un type que j'aurais reconnu entre mille, même cinq ans après. Jesse. J'aurais pas dû fuir, mais j'ai senti la panique m'envahir, et j'ai cherché la première porte venue pour m'y planquer, à savoir la salle de bain. Bon réflexe, puisqu'à peine vingt secondes plus tard, mes tympans semblaient baignés dans l'eau, tiraillés par des acouphènes ignobles. Mes tempes se sont comprimer, puis l'instant d'après, mon double se tenait face à moi. Il m'a gueulé dessus pendant une demi-heure en me traitant de lâche et de faible, puis à gueulé encore en disant qu'il avait besoin de clopes, et il a fini par résumer ce qu'il me scandait depuis des plombes s'est barré de la pièce, m'abandonnant là avec mon vin blanc sec. Qu'est-ce que je fous putain ?

- T'es vraiment pathétique, tu le sais ça ?
- Sis...
- Combien de fois je dois te le dire, ravale ce putain de surnom bordel ! Tu me fais chier, je vais aller le voir moi, et je vais trouver des putains de clope.
Je claque la porte derrière moi, attrape l'élastique que j'ai au poignet pour attacher mes cheveux en une vague queue de cheval. J'y crois pas. Il préfère rester planqué dans la salle de bain, à attendre que Jesse disparaisse comme un tour de magie, plutôt que de l'affronter ? J'y crois pas.
Je m'arrête à côté de la table des boissons, lorgne les verres, à la recherche de quelque chose que je pourrais boire. Il y a de tout. De la vodka, du whisky, du rhum, du jägermeister, de la bière. Visiblement, on est les seuls à avoir amené du vin. J'imagine que c'est trop léger pour la soirée. Je cherche un récipient des yeux, attrape la vodka et bouteille de fausse redbull. Note pour moi-même, ne plus jamais venir trop en retard à une soirée. Tous les gobelets son déjà utilisé, crades. Certains ont servi de cendrier de fortune, d'autre son bardés de trace de rouge à lèvre, d'autre renferment des étranges cocktails aux couleurs inquiétantes. Sûrement des gens bourrés qui ont eu envie de s'essayer à l'alchimie. J'attrape un des élixir, le renifle. En effet, un Milkshake dégueulasse de tout ce qui se trouve sur la table, combiné à un truc plus acide, écœurant. On dirait du vinaigre pour cornichon.
Je repose le mélange sur la table, inspire profondément en me tournant, bois une gorgée de ma propre boisson. Si ça peut me faire passer le goût ignoble du vin blanc. Je cherche Jesse des yeux, mais ne le trouve pas. En revanche, je localise un paquet de Marlboro abandonné sur une chaise. J'avance lentement, jette un œil autour de moi pour vérifier que personne n'approche, puis l'enfourne dans ma poche. Je me faufile entre les personnes, bouscule une fille rousse sans prendre la peine de m'excuser, puis approche de la fenêtre coulissante grande ouverte, avance vers le balcon. Je taxe un briquet à une nana dont le visage me dit vaguement quelque chose, m'accoude à la balustrade du balcon en allumant la cigarette. J'inspire profondément, gonfle mes poumons de nicotine. Le calme prend place dans mes veines, circule lentement dans mon hémoglobine. Une main se pose sur mon épaule, je sursaute en inspirant une goulée de trop, me tourne en manquant de m'étouffer. Un visage que je ne connais que trop bien, des cheveux mi-long ébène, des iris aussi vertes que celles de son frère. Mes paupières s'écarquillent, mon émotions s'emballent. Mon ancien meilleur ami se tient devant moi, Jesse.

- Swann ? Mais qu'est-ce que tu fais ici ?

Je lève la bouteille devant mes yeux, la lorgne d'un œil trouble. Je la porte à mes lèvres pour en boire une nouvelle gorgée, mais au moment où le goulot les frôle, je sens ma respiration se bloquer, m'étouffer. Le goût de la clope se répend dans toute ma gorge, dans mes poumons, je me mets à tousser, renverse une grosse partie de vin sur ma chemise blanche, sortie spécialement pour l'occasion. Je me redresse en hâte, ouvre les boutons et la dépose sur le rebord de la baignoire, le cœur battant à tout rompre. Qu'est-ce qui m'arrive ? Pourquoi j'ai le cœur qui bat aussi vite ? J'ai envie de pleurer et de crier à la fois. Je me sens carrément énervé. Putain, mais qu'est-ce qu'il fout...
La porte grince, la poignée est enclenchée, je tourne la tête vers celle-ci, questionne :
- Sis ?
Mais non, ce n'est pas mon double qui se trouve dans l'encadrement de la porte. C'est une fille, aux cheveux roux. Je me retrouve à moitié à poil dans une baignoire, avec ma bouteille à la main comme un poivrot, les yeux rouges, devant une parfaite inconnue. Putain de merde. Je tente un sourire maladroit, crispé.
- Euh... Salut.

code by bat'phanie
avatar

chronologiste
Swann Weavers
chronologiste
Age : 22
Messages : 271
Date d'inscription : 11/03/2018
Crédits : Andrej Pejic /Andreja Pejic
Métier : Infirmier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caught in the act

Message par Invité le Mer 21 Mar - 15:06

Caught in the act

Lorsqu’elle avait été invitée au trentième anniversaire de l’un des bénévoles de l’association, Hedwige n’avait pas hésité une seule seconde à dire oui. Même si elle buvait très peu, elle appréciait bien de pouvoir sortir et rencontrer du monde. Le travail, ces dernières semaines, avait doublé. Avec la nouvelle drogue en circulation, elle avait à faire face à des parents inquiets pour leurs enfants, sans trop savoir vers qui se tourner ; Hedwige avait pris le parti de faire de la prévention face à cette drogue mortelle qui arrivait aux portes de la ville, et les parents inquiets se dirigeaient donc vers We Are One pour être conseillés et, dans la grande majorité des cas, rassurés. Aussi, Hedwige avait dû tout particulièrement se renseigner sur cette drogue inconnue, pour pouvoir faire face aux questionnements de ces personnes perdues. Ce n’était pas le but premier de l’association qu’elle avait fondée, mais la jeune femme se faisait un devoir d’essayer d’aider tous ceux qui avaient vraisemblablement besoin d’aide. En bref ; une soirée pouvait parfaitement lui faire du bien, et l’aider à souffler un peu. Elle avait passé une petite demi-heure à se préparer, avant de se rendre chez le bénévole qui l’avait invitée. Elle avait essayé de ne pas être trop remarquable, mais son style vestimentaire trop coloré l’avait trahi dès les premières secondes de son arrivée. Cependant, c’était pour le mieux ; elle avait très vite attiré l’attention, et par conséquent les conversations. Et elle s’était un peu lâchée. Elle avait découvert un alcool qui lui plaisait, et quelques heures plus tard, les signes d’ivresse étaient bien présents.


Une heure du matin, Hedwige est en train de rire avec des personnes qu’elle a rencontré seulement au début de la soirée. Elle s’amuse, elle se sent légère. Déjà naturellement désinhibée, l’alcool appuie d’autant plus ce trait de caractère. Elle est une attraction, ce soir, avec ses cheveux rouges pétants et sa petite robe orange. Elle essaie de parler à tout le monde, parfois en même temps, se trompant dans les conversations qu’elle mène. D’un point de vue extérieur, cela crève les yeux qu’elle a un peu trop abusé sur les verres qu’elle a consommé depuis le début de la soirée. Hedwige ne boit pas si souvent que ça, c’est même l’une des premières fois qu’elle est si proche de l’ivresse. Elle danse, elle parle, elle boit, elle rit ; Hedwige se sent vivante ce soir. C’est le cas, la plupart du temps, il est rare que cette jeune femme soit véritablement triste. Rare, ou caché. Ce soir, cela est encore plus visible, palpable, détectable ; elle est une boule de joie de vivre. Rien ne saurait l’atteindre, lui semble-t-il, ce soir. Et comme une preuve de ce qu’elle pense, il n’y qu’un « Oh, pardon ! » qui sort de sa bouche, à elle, lorsqu’elle est bousculée. Ce n’est pas à elle de s’excuser, mais elle ne s’en rend pas compte. Et, à vrai dire, elle passe très vite à autre chose. « Oh, non, ta robe est tâchée Hed ! » Elle ouvre et referme la bouche. C’est l’une de ses connaissances de la soirée qui lui fait la remarque ; elle n’a même pas senti que son verre s’était renversé sur ses vêtements. Une tâche de taille respectable s’étale sur l’orange de sa robe préférée. D’un coup, elle sent une certaine envie de pleurer l’envahir, mais elle se force à sourire. « Je reviens. » annonce-t-elle, ridiculement bouleversée par cet événement. Pour la maniaque qu’elle est, l’idée d’avoir un vêtement tâché lui est difficilement acceptable. Elle s’excuse en passant entre les gens, pour se diriger vers la salle de bain, qu’elle ouvre sans hésitation.

Elle entend la voix, avant de voir la personne, et sursaute violemment en refermant la porte une seconde plus tard, aussi brusquement qu’elle l’a ouverte. Oups. Elle ne s’était pas attendue à ce que la salle de bain soit déjà occupée. Son cœur s’est emballé, elle se mordille la lèvre, avant de toquer à la porte avant de rentrer de nouveau dans la pièce. La seconde avant de refermer la porte, elle a pu apercevoir le jeune homme sans chemise, aux yeux rougis, dans la baignoire. Elle continue de mordiller sa lèvre, en refermant la porte derrière elle après être entrée dans la salle de bain. « Pa… Pardon. Vous allez bien ? » demande-t-elle, en fronçant légèrement les sourcils. « Je… Ma robe est tâchée, quelqu’un m’a bousculé, et je dois… Il faut que je m’occupe de la tâche maintenant pour pouvoir récupérer correctement ma robe… Mais vous vous en fichez sûrement. » Léger rire gêné, pourtant, Hedwige s’approche de la baignoire. « Vous n’avez pas l’air d’aller très bien. Je vais rester un peu avec vous, d’accord ? Comment vous vous appelez ? » Elle lui sourit. Aussi simplement que ça. Elle a la tête qui tourne un peu, l’ambiance dans la salle de bain est tout à fait différente de celle du salon, et elle commence à se rendre compte qu’elle a trop bu. « J’aime bien vos cheveux. C’est votre couleur naturelle ? Moi, non, mais c’est plus joli comme ça. Et je m’appelle Hedwige. » Elle s’assoit sur les toilettes, avec une légère envie de vomir qui commence à l’envahir. Elle n’aurait pas dû quitter l’ambiance festive, mais elle lutte contre elle-même pour garder son sourire. « Il s’est passé quoi avec votre chemise ? » Elle essaie de détourner sa propre attention de sa tête qui tourne et de ses nausées, en montrant du doigt la chemise qui repose sur le bord de la baignoire. Elle a un léger haut-le-cœur, mais elle le réprime derrière un sourire. Elle a oublié la tâche sur sa robe, et la raison de sa présence dans cette salle de bain. Pourtant, elle y reste. Parce que le jeune homme en face d’elle n’a pas l’air d’aller bien.

ft. Swann

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caught in the act

Message par Swann Weavers le Jeu 22 Mar - 21:33


 caught in the act
Swann Weavers & Hedwige Nelson


Je la regarde longuement, cligne des paupières à plusieurs reprise. Je l'ai suivi des yeux tout du long, depuis son entrée dans la salle d'eau jusqu'à l'instant où elle s'est assise sur les toilettes. Elle pose beaucoup de question, et, vraisemblablement, elle a trop bu. Je tente d'analyser chacun de ses mots avec difficulté, un ouragan se déchaînant en moi. J'ignore ce qui se passe du côté de Sis pour l'instant, mais il est dans un état de nerfs qui me rends carrément hypersensible. Ma respiration est lourde, je me sens bouleversé, en colère, triste à la fois.
- Je m'appelle Swann.
Je mords ma lèvre, repli les jambes contre moi avant de récupérer la bouteille, puis en avale une longue gorgée.
- Je me suis renversé du vin...
Nouvelle gorgée, je lorgne vers la dénommée Hedwige, regarde sa robe, effectivement tâchée. J'y connais pas grand chose en ménage, je ne suis, de base, pas un très grand maniaque. En revanche, j'ai entendu une fois que le vinaigre blanc pouvait aider, je crois que j'ai vu ça dans un épisode de Desperate Housewives... Pas certain que ça soit véridique.
- Tu devrais t'en charger maintenant si tu ne veux pas que ça imbibe le tissus je pense. C'est pas ma couleur naturelle non, je les décolore tous les mois, même s'ils sont assez clair de base. C'est sympa aussi le rouge pètant.
Je ne sais pas comment réagir face à elle. Concrètement, elle à pas l'air méchante, bien au contraire. J'ai pas envie de l'envoyer chier où de l'ignorer, elle à l'air d'avoir prit à cœur le fait que sa tenue soit salie parce que quelqu'un s'est pas donné la peine de regarder où il mettait les pieds.
Je pousse un discret soupir, m'extirpe difficilement de la baignoire. Je m'asseoi sur le rebord, penche la tête de coté en observant l'arrivante, son teint un peu pâlot. Elle à pas l'air bien.
- Tu veux que je t'aide à nettoyer la tâche ? Tu n'as pas l'air dans ton assiette.
Pour ne pas dire translucide. Visiblement, elle a pas mal but. Peut-être que lui parler de ce qui m'a poussé à venir me réfugier ici ce soir pourrait me soulager, mais honnêtement, le fait qu'elle soit pompette m'arrange et m'emmerde à la fois. Savoir que j'ai la possibilité de m'exprimer librement parce qu'il y a de très forte chances qu'elle ne se rappelle de rien demain est plutôt cool, elle aurait juste recueilli le trop plein d'émotion que je ressens là tout de suite. D'un autre côté, si je commence à lui parler et qu'elle vomi entre temps, ça va non seulement me bloquer, mais je devrais trouver un autre endroit où me terrer parce que l'odeur va moi même me filer la nausée.
Mes bras se mettent à trembler. Sis doit être en train de s’énerver. Est-ce qu’il aurait été voir Jesse ? Est ce qu’il lui parle, ou est ce qu’il est a deux doigts de le frapper ? Je le saurais sûrement bien vite si c’est la deuxième, mais je ne peux pas intervenir. Si quelqu'un nous voyait tous les deux au même moment, si on remarque mon tatouage sur l'avant-bras, si tout simplement il se fait blesser et que je saigne au même moment... Mon dieu, je ne préfère même pas imaginer la catastrophe. Je serais grillé et il en sera fini du silence sur ma mutation. J’ai toujours le goût de la clope dans la bouche.
Je me frotte le bras un instant, avant de penser au fait que Hedwige peut tout à fait voir mon marquage. Merde. Je ferais mieux de lui répondre si ça à le mérite de détourner son attention.
- On va dire que j’ai connu mieux. Mon ancien meilleur ami est là ce soir, et j’avais franchement pas envie de le voir. On s'est quittés en mauvais termes.
J'échappe un nouveau soupir, lève les yeux vers elle. De toute façon, si elle est torchée ce soir, elle aura du mal a comprendre quoi que ce soit. Je fronce les sourcils en l’observant. Je ne vais pas avoir besoin de me creuser longtemps la tête pour changer de sujet, c'est encore pire que tout à l'heure.
- Tu ne te sens pas bien ? Tu es livide.

Je tousse, observe Jesse comme s’il était un zombie. Il est venu me voir ? A sa place je me serais ignoré, il aurait mieux valu. Ses yeux me foutent en vrac, leur forme, leur couleur, l’arcade sourcilière au dessus. Identiques à son ainé, beaucoup trop. Des tas de souvenir reviennent en moi, des bons comme des mauvais. J’ai l’impression que je vais chialer. Putain je peux pas le croire. Je vais quand même pas craquer devant lui ? Ce serait trop pathétique.
- Eh calme toi on dirait que tu vas pleurer
Je grimace, m’écarte d’un bon pas. Quand bien même ça se lise vraiment sur ma tronche, est-ce qu’il est vraiment obligé de m’en faire part ? Je grince des dents, serre le poing en tirant longuement sur ma clope de l'autre. Je le toise, puis fini par articuler.
- Ouais, Joshua m’a invité. On bosse ensembles.
Il semble surpris dans un premier temps, approche de moi, à nouveau.
- Oh, toi aussi tu fais parti de l’association we are one ?
Je fronce les sourcils. Je sais même pas ce que c’est. Le nom me dit vaguement quelque chose, mais a part sur un flyers qu’on m’aurait distribué, je vois pas d’où je pourrais la connaître. En même temps, on est pas non plus du genre à avoir une mémoire d'éléphant.
- Non, je travaille avec lui à l’hôpital. C’est mon collègue en bref.
- Oh...
Il fouille ses poches, coince une cigarette entre ses propres lèvres. J'inspire profondément l'air, puis l'observe. J'ai tellement de truc que j'ai envie de lui balancer à la gueule. Et pourtant, sa ressemblance troublante avec son frère me rend complètement muet.
- Sans vouloir te vexer, j'ai vraiment eu du mal à te reconnaître, tu es encore plus androgyne qu'avant.
J'arrête mon regard sur lui, inspire une grande goulée de nicotine. Il vient d'insinuer que je ressemblais encore plus à une nana qu'avant ou je rêve ? Je vais lui décalquer la gueule.


code by bat'phanie
avatar

chronologiste
Swann Weavers
chronologiste
Age : 22
Messages : 271
Date d'inscription : 11/03/2018
Crédits : Andrej Pejic /Andreja Pejic
Métier : Infirmier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caught in the act

Message par Invité le Sam 21 Avr - 16:47

Caught in the act

Elle a sûrement l’air un peu pathétique, avec son teint encore plus pâle que d’ordinaire. Et dire qu’elle voulait aider le jeune homme, à la base. Swann. Il s’appelle Swann. Et la couleur de ses cheveux n’est pas sa couleur naturelle, mais ça, Hedwige l’aurait parié. Elle ne sait même pas si ça a une réelle importance, ce n’est qu’un moyen d’entrer en contact. Une sorte de déformation professionnelle ; se pencher sur un détail pour faire ressurgir d’autres choses, plus importantes, au cours de la conversation. Sauf qu’elle n’a pas pris en compte le fait qu’elle est soûle. Peut-être pas au point d’avoir tout oublié demain, mais assez en tout cas pour avoir envie de vomir. Swann non plus n’a pas l’air d’être dans son assiette. C’est peut-être le revers de l’amusement, le corps humain n’est peut-être pas fait pour boire autant d’alcool dans un si court laps de temps. L’ordre de la conversation se mélange un peu dans sa tête, et quand Hedwige s’en rend compte, elle préfère ne pas vraiment répondre, et acquiesce juste d’un sourire à ce qu’il dit.

Intérieurement, elle se fait la promesse de faire plus attention si elle boit de nouveau, à l’avenir. Cet état n’est pas très agréable, pour elle, et elle en oublie un peu l’euphorie des minutes précédentes. Swann la ramène doucement à la raison première de sa présence ici. La tâche, sur sa robe. Elle ouvre et referme la bouche, avant de lui offrir un sourire d’une sincérité sidérante. « Je veux bien un peu d’aide. » prononce-t-elle, en se relevant tant bien que mal des toilettes. Elle perd un peu l’équilibre, et se rattrape de justesse sur l’épaule de Swann, en lâchant un petit rire gêné. « Pardon. J’ai sûrement un peu trop bu. » s’excuse-t-elle, avant de trébucher plus qu’elle ne marche jusqu’au lavabo.

« Tu ne m’as pas dit si tu allais bien, je crois. » dit-elle, alors qu’elle cherche du regard de quoi venir à bout de la tâche. Le ménage, c’est son truc, tout comme les astuces pour se débarrasser d’une tâche. Mais, en fouillant un peu dans les placards, elle fini par mettre la main sur un détachant. Encore plus simple. Swann, lui, lui raconte que son ancien meilleur ami est de la fête. Et qu’ils se sont quittés en mauvais termes. « Alors te renverser du vin est une bonne excuse pour rester ici. » Elle lui sourit à nouveau. Est-ce qu’elle sourit toujours autant d’habitude ? « Je suppose que si je voulais me cacher de mon ancien meilleur ami, je viendrais aussi ici. En attendant, moi, j’échappe à la musique. Finalement, on est tous les deux en train de fuir quelque chose ! »

Ses gestes sont particulièrement hasardeux, alors qu’elle essaie de viser la tâche sur sa robe pour y appliquer le détachant. Elle titube un peu, et grimace lorsqu’elle croise son propre reflet dans le miroir, tout en souriant à nouveau quand Swann la questionne sur son état. « Je ne me sens pas très bien, non. » avoue-t-elle sans vraiment de honte. « Je n’arrive pas à mettre le détachant. Tu peux m’aider ? » Elle se tourne vers lui, pour lui tendre le produit, et vient s’asseoir à ses côtés, sur le rebord de la baignoire. « Je crois qu’il y a des gens qui ne doivent pas boire. Et je crois que j’en fais partie. » Elle hausse les épaules en riant un peu, avant de le détailler du regard. Il lui semble entre-apercevoir un tatouage, mais elle ne cherche plus que ça à voir ce qu'il représente, jusqu'à ce que sa voix retentisse à nouveau dans la salle de bain ; « On joue à un jeu ? »

La proposition semble complètement grotesque, vu l’état d’Hedwige, et le fait que le jeune homme a l’air d’être tout, sauf disposé à jouer. « Attends avant de dire non. On a tous les deux un tatouage lié au dépistage. Je te propose qu’on essaie de deviner ce qu’il représente, grâce à un seul et unique indice. » C’est sûrement un peu débile alors Hedwige rajoute, comme pour se justifier ; « Si tu te concentres sur moi, peut-être que ton ancien meilleur ami ne te gâchera pas totalement la soirée. Et promis, je n’ai pas triché, je ne sais pas comment est ton tatouage, je sais juste que tu en as un sur l’avant bras. »  

ft. Swann

Invité
Invité

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caught in the act

Message par Swann Weavers le Lun 23 Avr - 10:33


 caught in the act
Swann Weavers & Hedwige Nelson


Je toise Jesse un long moment, grince des dents avant de tirer sur ma clope. Non, c'était vraiment pas le moment pour qu'on se voie ce soir. Joshua n'est qu'un collègue de travail dont Swann profite allègrement, alors de base, je ne voyais aucun intérêt à venir. Croiser Jess' me conforte dans l'idée qu'on aurait été mieux chez nous avec notre chatterie devant un bon film ou une série bidon sur Netflix. Ce qui aurait été franchement récupérateur en plus de ça puisque la semaine prochaine et la suivante, on va se retrouver à bosser de nuit.
En vérité, je trouve ça plutôt agréable. On commence le service vers 21h, on termine à 6h, mais au final, pas besoin de se coltiner tous les demeurés dans le train, et on n'a pas tant de contact que ça avec les patients puisque la plupart du temps, ils pioncent. Mais ce serait mentir que de dire que ce n'est pas usant.

J'inspire une grosse goulée de nicotine avant de la recracher lentement. Je devrais peut-être retourner dans la salle de bain avant que Swann se soit vidé la bouteille de vin blanc à lui tout seul. Et nous bourre la gueule, soit dit en passant. Son état m'affectant directement, s'il commence à avoir la gerbe, je vais me retrouver irrémédiablement à dégueuler, et ce, sans préméditation. Cette soirée est déjà assez gênante comme ça, pas besoin d'en rajouter une couche. J'avale une gorgée de mon propre cocktail puis prends la parole.

- Bah, sache que c'est vexant. Comment va Jared ?

Les épaules de mon ancien meilleur ami s'affaissent. Ouais, il aurait probablement préféré que je lui demande ce qu'il devenait, où en était sa vie, si ses études se passaient bien, ou s'il s'était trouvé une nana cool. Ou un mec. J'ai toujours pensé qu'il avait un crush sur moi. En tous les cas, la seule fois où je l'ai embrassé en soirée, il ne m'a pas repoussé. Jeu d'alcool ou pas, il ne s'était pas contenté d'un petit baiser prude, et c'était bien lâché sur la galoche.
Mais autant être honnête, j'ai encore en travers de la gorge la façon dont les choses se sont déroulées. Son implication dans notre relation avec Jared n'avait pas lieu d'être, qu'il s'agisse de son frangin ou pas. Que ce soit lui qui se pointe chez moi pour me rendre mes affaires, ou qu'il m'envoie chier, ou pas. Alors, ouais, en plus de ma curiosité, quelque part, je prends un malin plaisir à le question sur son frère plutôt que sur lui. Ça lui apprendra à me dire que je ressemble encore plus à une meuf.

- Il va bien. Il est toujours avec sa copine, ils ont le projet d’emménager ensembles. On a fêté son anniversaire y'a pas longtemps, il a pris 32 ans, et il compte ouvrir son propre bar.

Ma mâchoire craque. Bien sûr. Le 4 janvier, date d'anniversaire de Jared. Bordel. J'avais pas besoin qu'il me rappelle son âge, j'me souviens très bien de notre différence, ça me suffit amplement. Swann et sa tendance à craquer pour plus vieux que lui. Mais putain, s'il n'avait été qu'un coup d'un soir, ça m'aurait pas atteint comme ça. Savoir qu'il va peut-être vivre avec l'autre me retourne l'estomac. Je peux pas lui en vouloir. C'est nous qui avons merdé dans cette histoire, Swann original principalement. Fais chier. C'est comme un parpaing en pleine gueule. C'est moi qui vais finir par m'enfermer dans la salle de bain pour me bourrer la tronche si ça continue comme ça.
Ma cornée me brûle, mes bras tremblent. Je vais quand même pas chialer maintenant, ce serait vraiment la honte.

- C'est cool pour lui. Et toi t'en es où, t'as trouvé quelqu'un pour tremper le biscuit régulièrement ?

Ouais, je manque vraiment de tact. Et franchement, j'ai pas du tout envie de le ménager en prenant des pincettes. J'ai pardonné à Jared le fait qu'il m'ait traité de monstre, parce que ouais, c'était amplement mérité. Mais Jesse, non. Il n'avait clairement pas à foutre son nez dans ce qui ne le regardait pas. Alors se pointer comme une fleur et venir me dire que je ressemble encore plus à une fille qu'avant ? Qu'il aille se faire foutre pour que je lui adresse une seule politesse.



Je regarde Hedwige un bon moment avant de me redresser, puis avance vers le lavabo, pour y attraper la bouteille de détachant. J'ai l'impression que plus ça va, plus son teint pâlit. J'ignore si elle est rousse de base, mais son teint le laisse à penser. Je m'agenouille devant elle, attrape un gant de toilette posé sur le pommeau de douche, puis le produit ménager avant de bugger un instant.
Je n'ai jamais été proche des filles, en terme général. Mes relations avec elles s'en sont toujours tenues à de la pure et dure relation platonique. Ça semble tellement évident pour mes collègues que parfois, certaines n'ont même aucune gêne à se changer devant moi. Et non, j'en ai jamais profité pour me rincer l’œil. Tout simplement parce que de base, les courbes féminines me font l'effet d'une motte de beurre. Quant au corps masculin, je ne suis pas de ceux qui sont facilement attirés par des minets. Au final, j'aime à peu près tout ce qui est mon contraire total. Quelque part, ça prouve que je ne suis pas aussi narcissique.

Néanmoins, j'avoue que de venir appliquer le détachant ne me met pas franchement à l'aise. Elle est plutôt jolie, et je ne la connais pas du tout. Alors placer mes mains près de son corps pour lui retirer cette tâche me met assez mal à l'aise. Je commence à me demander pourquoi je lui ai proposé de l'aider.
J'inspire discrètement puis commence à vaporiser le produit, et prends sur moi pour saisir le tissu de ma seconde emprise, frotte doucement, rince entre temps. Le tissu s'imprègne, change peu à peu de couleur. J'espère que je vais arriver à la faire partir plutôt qu'empirer la chose. Pendant que j'effectue mon mouvement, je prends bien soin de garder mon bras vers l’intérieur, dissimule mon tatouage. Le silence commence à s'installer, ça risque d'être gênant si je ne dis rien. Ma gorge se serre, je prends la parole, toujours à l’œuvre.

- C'est le revers de la médaille quand on boit trop, ça peut provoquer pas mal de désagréments. Quand bien même l'amusement provoqué par l'alcool.

Mes lèvres se pincent, je mords mon labre distraitement, frotte un peu plus fort.

- Ça ne va pas, non.

Une pointe semblable à une aiguille à tricoter s'enfonce dans mon aorte. Je lâche mon occupation première un court moment le temps de saisir ma bouteille de vin blanc et d'en avaler plusieurs gorgées à la suite. Je ne suis pas certain que ça soit l'idée du siècle, mais très sincèrement, là, tout de suite, ça me fait du bien. Je tente très souvent de faire abstraction de mes pensées négatives, qui agissent et s'agglutinent sur moi comme des sangsues. Mais ce soir, ça parasite mon humeur. Rien qu'imaginer la couleur des iris de Jesse me fout en vrac. Pourquoi a-t-il fallu qu'il lui ressemble autant ?

- Jesse a un frère, Jared. Il a dix ans de plus que lui. Pour résumer, disons que lorsque j'étais au lycée, j'avais une vie assez peu recommandable. J'ai toujours aimé les mecs plus vieux que moi, et pour être honnête, c'était totalement mon genre. J'ai voulu l'avoir, quand bien même son hétérosexualité et notre différence d'âge. Quand j'ai réussi, j'ai foiré en beauté, parce que je ne suis pas foutu de faire les choses correctement.

Un rire sans joie accompagne ma phrase, répondant au fait que je me sois planqué ici pour l'éviter. Effectivement, la salle de bain était un choix plutôt judicieux, bien plus que les toilettes. Ma cornée s'embue un instant, je passe le bras sur mes yeux, reprend mon action de nettoyage textile.

- Je suis sorti avec Jared. Franchement, c'était le pur bonheur. Il est venu m'aider à plusieurs reprises, il m'a clairement fait comprendre que le mode de vie que j'avais était à chier. Je pense que j'ai vraiment fini par l'aimer. Mais tout ça m'a fait flipper. Donc je l'ai lâché. J'ai merdé en beauté. J'ai voulu l'avoir à nouveau quand il s'est mis avec une fille, parce que j'étais jaloux. Au final, c'est Jesse qui s'est pointé chez moi en me balançant mes affaires et en m'interdisant de m'approcher à nouveau de lui, et de son frère. Il a dit que je détruisais tout ce que je touchais, et je pense qu'il avait raison.

Moi aussi, j'ai trop bu. J'ignore pourquoi je suis en train de lui raconter l'histoire me ronge depuis des années, et encore moins pourquoi je déballe mes sentiments sans aucune gêne à une inconnue. Quelque part, ça me fait du bien d'en parler à quelqu'un, ce n'est pas comme si j'avais des amis à qui me confier. Avoir des amis, ouais, ça pourrait être utile.

- Voilà, ça devrait faire l'affaire, et oui, très sincèrement, la musique est à chier ce soir.

Je me redresse, reprends place à ses côtés sur le rebord de la baignoire, attrape à nouveau la bouteille en lâchant le détachant et le gant de toilette dans le lavabo. Finalement, je me suis plutôt bien débrouiller. Avec un peu de chance et un petit passage en machine, tout devrait rentrer dans l'ordre. Je ne suis pas un mordu de ménage, mais j'aime bien mes fringues, et j'en ai pas mal. Alors au niveau de leur entretien, je suis assez implacable.

Je pose rapidement la main sur mon bras, bois à nouveau la bouteille, bientôt vide maintenant. Je me la serais enfilée à moi tout seul, au final. C'est vraiment pas glorieux.
Un jeu ? Mes paupières se plissent. Est-ce qu'elle serait mutante ? Si c'est le cas, ce serait bien la première fois que j'en rencontre une qui serait prête à s'afficher de la sorte. Après, étant dosé la probable dose d'éthanol qu'elle s'est enfilée, il y a des chances que ce ne soit absolument pas volontaire. Il ne m'est encore jamais arrivé de parler de ma propre mutation sous l'influence de l'alcool, mais peut-être que ça finira par m'arriver si je continue de boire en doublon. Entre le vin blanc qui circule dans mes veines, et la vodka-energy de Sis, je suis plutôt en mauvaise posture. Si encore, il préférait la limonade, ce ne serait pas un souci. Mais ce débile a une énorme préférence pour les alcools forts, ce qui est bien loin de m'arranger.

Hedwige dit ne pas avoir vu mon tatouage, et une grosse part de moi à envie de la croire, et de lui faire confiance sur ce point. Elle est souriante, mignonne, gentille. C'est typiquement le genre de fille tellement sympa qu'elle ne se rendrait pas compte des mauvaises intentions des autres. Probablement naïve. En temps normal, c'est le genre de personne dont j'aurais vraiment profité. Parce qu'il faut dire les choses telles qu'elles sont, je suis une sacré pourriture et un méchant connard quand j'en ai envie. Mais pour être honnête, ce soir, je n'en ai pas vraiment envie. Je suis déprimé, et alcoolisé. Alors s'il faut passer le temps en jouant à deviner le tatouage de l'autre, allons-y.

- J'imagine que ça peut aider, oui. Si je te demande si tu es humaine, ce sera grillé d'avance si c'est le cas et le jeu se terminera vite de ton côté, et si je te demande si c'est une lettre grecque, on a pas fini. On va dire que mon initiale est composée de trois barres, combien la tienne en possède-t-elle ?

code by bat'phanie
avatar

chronologiste
Swann Weavers
chronologiste
Age : 22
Messages : 271
Date d'inscription : 11/03/2018
Crédits : Andrej Pejic /Andreja Pejic
Métier : Infirmier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Caught in the act

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum